jeudi 31 décembre 2009

Pour 2010, bonne... heuuu... ah pitin...

Non, pas de d'écrit aujourd'hui encore.
Finalement, tout ce qu'il y a à dire peut se résumer à la fin de cette vidéo, avant l'message page du jour :)

mercredi 30 décembre 2009

Racle, racle, racle...

Minuit 57, le 30...

Il y a des caractères chinois ou japonais qui remplacent pour une raison inconnue certains des accents de ce fichier ainsi que la lettre qui suit cette accent.
Il y a ma gorge, enflée, qui gratte et qui me fait dire : les châteaux, ce n'est pas fait pour toi.
Il y a la certitude de plus en plus nette que je ne vais pas continuer l'aide au devoir si je deviens plus créatif.
Il y a Omar qui est malade et que je n'ai pas vu depuis que je lui ai donné un coup de main.
Il y a cette douleur dans mon bras droit du genre à un tendon... C'est très chiant quand je porte une charge. Je ne sais pas pour combien de temps je vais en avoir.
Il y a ce mail débile de voyance qui m'envoie à imprimer la croix de Salomon. Eh ben mon salaud, si seulement ça marchait.
Il y a ces deux conventions que je n'ai pas envie de louper cette année.
Il y a John Ghost qui attend que je reprenne la plume.
Il y a ce repas, demain soir, avec le p'tit noyau dur du théâtre et de Facebook.
Il y a les textes que je n'ai pas révisé.
Il y a Horus sur mes genoux en train de dormir. Il ne reste sur les genoux que quand on va le chercher pendant qu'il est à moitié en train de dormir. Il tient chaud, le salaud. C'est un plus quand on arrête pas d'avoir froid.
Il y a Héloïse, à l'aide au devoir, qui a proposé une activité photo cette aprème. C'est vrai que c'était bien sympa.
Il y a les gosses que j'ai fait jouer ensuite et qui aiment bien ça qu'on leur propose des trucs différents.
Il y a cette demi-journée que j'ai oubliée dans mon planning. Rha, du travail était prévu jeudi matin mais mes engagements sont déjà pris.
Il y a mes doigts que je croise, pourvu que je ne me paye pas une bonne crève. Des dioux.
Il y a le dernier épisode de la saison 2 de Torchwood qui s'est fini bien à l'anglaise. Pitin, il y a quand même un joli taux de mortalité dans les séries anglaises par rapport aux séries américaines. Et le pire, c'est que ça passe bien.
Il y a la saison 3 que je vais devoir me procurer pour faire plaisir à ma femme, tiens...
Il y a le premier janvier qu'on va passer chez les parents de ma femme. Bon. Je devrais sans doute bosser sur le portable sur des trucs que j'ai en retard pour la nouvelle année.
Il y a cette boucle d'oreille que ma femme m'a donné le 25. 25 euros pour la réparer. Mais elle vient à la fois de mon père et de ma mère... Les bijoutiers abusent. Mais il n'y a pas toujours de prix à la valeur sentimentale.
Il y a la Nouvelle Calédonie qui se fait plus insistante et qui m'appelle. Ouais, sans problème, en dépit du fait qu'il y ait moins d'occasions culturelles (mais un cours de théâtre devrait pourvoir se trouver ou se faire et des rôlistes se trouver), avec internet, hein, pas de problème pour ne pas être coupé de certaines choses essentielles.
Il y a encore Horus sur mes genoux. J'ai chaud. J'ai froid aussi. Mais je préfère sentir le chaud.

mardi 29 décembre 2009

Chambord

Minuit 33...

Trois choses.
Excellente idée que d'aller visiter Blois, de loger dans un relai de chasse, de pouvoir faire du feu et de balader un peu dans le bois de la propriété où nous étions.
Formidable que le propriétaire du relai ait vécu onze ans en Nouvelle-Calédonie et qu'il avait un livre que je me suis entièrement goinfré sur l'île des Pins (un haut lieu mystique dans mes jeux de rôle et une énorme frustration dans la vraie vie parce que nous n'y sommes jamais allés).
Totale compréhension de François Premier ou d'autres rois ou nobles qui ont suivi et qui n'ont pas voulu s'installer trop longtemps à Chambord parce que pitin, je sens que je suis au bord de la trachéite tellement on a choppé froid et qu'il y avait du vent.

Trois faits.
Dans la boutique du château, envie d'en apprendre plus sur Léonard de Vinci. J'ai vu qu'il y en avait un pour les nuls.
J'ai goûté la liqueur royale. Bon. D'accord. Mais enfin, ça ne vaut pas une bonne vieille liqueur de chez Ernest Preiss. http://www.ernest-preiss.com/ (pouf, pub gratuite)
Rentrant de ce séjour où on va dire que je me suis un peu reconnecté avec des choses vraies (l'absence du net est surtout pesante pour l'actualisation de mes pages, en dehors de ça, le temps qui n'est pas passé sur des forums l'est à lire), je me suis décidé de l'endroit où j'allais passer le réveillon 2010.
Bon sang. Ça fait un moment que je n'ai pas vu le père Fabrice. Il part le 7 pour un tournage de deux mois aux States. Dix contre un que la synchronicité (je passe sur des détails), l'invitation au bon moment va me permettre de me sentir grandi.

Une conclusion.
Ouais, l'année prochaine, ça va dépoter. Y a des choses qui vont changer un max. Marre de la routine. Je veux faire ce qui est possible pour avoir l'occasion d'être au chaud l'plus souvent.

lundi 28 décembre 2009

Chroniques Donjons et Dragons 49

Houps. La fin du cul, du cul, du cul pour nos aventuriers ?

samedi 26 décembre 2009

A lundi

3 heures 08...

Suis-je sot, ça serait même à mardi. Un week-end près de Blois et une ou deux occasions de visiter des châteaux de la Loire. Tagada.
Ça ne va pas être simple de reprendre le boulot la semaine prochaine, surtout que je suis seulement en possibilité de rentrer assez tard le lundi.
Mais passons.
Ceci fera en sorte d'aider à payer le voyage aux Etats-Unis. Tadadaaaa.
Et ma femme qui a rêvé, tiens, qu'on était un peu à la place de Sam et Dean dans un épisode de Supernatural et qui n'a pas eu le temps de me le raconter.
Et pour cause...
J'ai passé ma journée avec Indiana Jones en regardant l'intégrale proposée par Canal Plus.
Contrairement à beaucoup, j'ai bien aimé le quatrième. Comme quoi...

vendredi 25 décembre 2009

Allez, je fais chier une dernière fois avec Copenhague.

1 heure 46, le 25...

Peut-être que j'aurais moins emmerdé le monde si je n'avais pas eu l'occasion d'y passer deux fois. Peut-être. Mais passons.
Merci à ceux qui m'ont fait des gros cadeaux : les parents d'ma femme, ma mère, le frère d'ma femme, ma femme...
Tadadaaaaa.

jeudi 24 décembre 2009

Hier, c'est clair

1 heure du matin, le 24...

Ouais, hier, c'est clair, je volais, j'étais en robe de mariée (même si je restais un mec) pour refaire un mariage un peu déconne.
Avant-hier ou un peu avant, j'étais un mutant dont un pissenlit pouvait sortir du sein.
Hier, c'est clair, ou avant-hier, j'ai commencé à lire un de mes jeux de rôle que je n'avais pas touché. Il faut clairement que je le finisse avant d'écrire les 28. Il y a une idée dedans qui est assez géniale et qui correspond en partie à ce qui arrive aux personnages de mes joueurs. Mais chut, je ne peux pas révéler de quoi il s'agit pour l'instant. Quoique. Tant pis. Il s'agit de Momie la Résurrection où les personnages reviennent à la vie avec une partie de leur âme nettoyée et remplacée par une partie plus ancienne. Là, où cette partie d'âme n'a rien à voir au départ avec le personnage dans le jeu, chez moi, si.
Parce que se rajoutent des univers parallèles et le fait qu'il y ait plusieurs éclats d'âme d'une même personne. Mais passons.
Je pourrais aussi balancer les quelques idées qui me sont venues à l'esprit.
- Ranger tout ce qu'il y avait sous l'escalier et qui était en souffrance depuis qu'on a emménagé. J'ai libéré de la place pour ranger des choses.
- Me rendre compte qu'il y a certains de mes livres que je ne lirai jamais. Plein de fleuve noir qui vont prendre la poussière. Il y a de fortes chances que nombre de mes comics ne soient jamais relus également mais là, c'est pas pareil. J'ai plus d'affinités on dira.
- Me rendre compte, aussi, que c'est la même chose pour des magazines. Il faudrait que ça parte, des dioux. Que ça parte. Il faudrait que je regarde les côtes de tas de trucs et que je passe une ou deux heures par jour à rentrer des trucs sur ebay. Rha.
- Réaliser, que tant qu'à faire, il y a des attitudes encore plus responsables dans mon quotidien à adopter. Vivre plus sain, c'est être en accord avec ce souci qui me prend la tête depuis l'échec de Copenhague. C'est quand même dommage de rester un gros con, pour quoi que ce soit. Le nouvel an sera une bonne occasion de se lancer vraiment trois défis, tiens.
- Prendre conscience que de toutes les manières, même si j'aime assez ce que je fais avec les gosses à El Qantara, ce n'est pas une situation qui risque de durer du fait du manque de budget et du risque que ça me prenne bien trop la tête de voir qu'il y a des gamins qu'on ne peut pas sauver. Pour l'instant, je m'accroche au fait qu'il y en a qu'on sauve justement. Mais hum.
- Ne pas bouger au nouvel an. Pour si peu de jours, c'est con si ce n'est pas Angoulême. Ou alors tenter un truc sur deux jours pas trop loin. Un peu au bonheur la chance, d'ailleurs. On verra.
- Découvrir qu'un branchement antenne derrière ma télé ne servait à rien, ce qui fait que je pourrai brancher une antenne normale afin de pouvoir voir un programme pendant que j'enregistre sur le câble, ah le con.
- Acheter des cadeaux de Noël qui sont ce qu'ils sont à ma femme et qui lui serviront là-haut quand elle regardera la télé toute seule. Mais chut. Je ne peux pas en dire plus.
- Avoir envie, pour une des premières fois de ma vie, de gagner de l'argent. Si. Plus. Histoire de pouvoir vraiment profiter de certaines choses en vacances. Il y a le projet USA qui se dessine pour l'année prochaine mais il y a des choses qu'on veut revoir et d'autres qu'on voudrait voir et c'est dur de faire un choix. Ce choix serait moins dur avec plus d'argent.
- Me dire, à l'instant, qu'il serait temps que je commence à rédiger des trucs que j'ai en retard sur les parties de jeux de rôle, quitte à le faire plus en résumés qui permettent de bien synthétiser les informations.
- Râler parce qu'un de mes quatre mille colis reçus pour Noël s'est perdu dans le warp des livraisons. Mais peu importe. Ce n'est pas grave. Ils vont essayer de corriger l'erreur.
- Orienter clairement trois ou quatre directions seulement pour les parties l'année prochaine et me concentrer sur ce que je préfère vraiment. Ça ne va pas être simple. Mais bon, en même temps, ce n'est pas comme si c'était le plus gros problème du monde.
- Découvrir une lettre de Thomas Gregory, vieille de 4 ans, que je n'avais pas ouverte. Je ne l'ai pas encore lue d'ailleurs. J'attends demain. Demain, c'est d'ailleurs à lui que j'écris plutôt qu'au père Noël comme je voulais faire. Une belle histoire, écris-moi une belle histoire ai-je fait dire à mon crapaud pôpa dans une de mes pages du jour. Une belle histoire, ça pourrait être un truc du genre plusieurs personnes qui écrivent au père Noël en souhaitant très fort des trucs plus ou moins différents des cadeaux de d'habitude.
- Réaliser à l'instant, que tant qu'à faire, je pourrais souhaiter un joyeux Noël à des tas de gens sur ma boîte mail. Mais que bon... Noël, c'est une fête qui est bizarre, très bizarre. Je suis incroyablement victime de la société de consommation et je me fais niquer grave sous tous les aspects de ma boulimie d'achat, de bouffe ou de consommation. Je me fais tellement niquer que je me dis : et merde. Qu'est-ce qui me rend si dingue ? Qu'est-ce qui a remplacé Dieu ? Quels manques dois-je à ce point combler ?
Dieu est mort. Mon père aussi. Ma mère, non. Et elle n'est pas un manque, ne l'a jamais été. Surtout maintenant qu'elle parle avec moi au téléphone de trucs dont on a jamais vraiment causé.
Est-ce que si on est empathe, on doit forcément souffrir pour le monde qui nous entoure ?
Est-ce qu'on doit avoir peur de vivre vraiment parce que le confort est plus rassurant ?
Dans le jeu de rôle que je suis en train de lire, la partie d'âme qui est supprimée d'un individu pour être remplacée par une partie d'âme ancienne est celle qui a toujours provoqué l'échec de cet individu. Le premier janvier, je songe à changer un peu mon moteur. Il a déjà quand même pas mal changé. Je ne change pas rapidement, personne ne le fait. Pour m'amuser, comme je le fais parfois, je vais essayer de me "traduire" dans le jeu et de voir quelle partie de mon âme aurait dû changer si j'avais été un personnage. J'hésite entre deux mais j'ai déjà ma petite idée... C'est juste un jeu de l'esprit, mais je le trouve bien intéressant. Apprendre à connaître vraiment le pourquoi de ses faiblesses véritables est une expérience possible en lisant certaines choses, même du jeu de rôle.

mercredi 23 décembre 2009

Tadadam.

Minuit 55

Quel jeu ai-je masterisé pour ma première fois ?

Warhammer, V1.
Je voulais acheter donjons et dragons. Le maître de jeu qui m'avait initié au jdr avait joué à ça, ça semblait sympa. Mais bon, j'ai pris warhammer à défaut vu qu'on ne trouvait pas le manuel du joueur ou du maître dans la boutique où j'ai dû l'acheter. A moins qu'il n'y ait eu à l'époque que le guide du joueur de trouvable.

Qui étaient les joueurs : famille, amis, club, des inconnus ?
Potes des beaux-arts avec qui je jouais (tranche d'âge de 21 à 23 je suppose, je devais avoir 23). Tous dans la bande dessinée. Ça donnait une bonne ambiance de partie pour les dessins des persos.

Comment en suis-je arrivé à masteriser ?
Le virus, sans doute, l'envie d'avoir plus d'occases de jouer entre les parties que proposait le mj. Je ne me rappelle plus de comment ça m'a pris. Mais je pense que ça m'a semblé évident. Quand on a envie de raconter des histoires dans l'absolu, c'est sans doute naturel de passer de l'autre côté du paravent. Il y a aussi l'idée que tout le monde ne veut pas toujours maîtriser et qu'il faut bien que l'un s'y colle. Et ensuite, il y a la notion de plaisir d'être maître de jeu où tu es indéniablement le joueur le plus "actif" de la table.

Mes appréhensions ?
Les règles, sans doute. Retenir des trucs qui auraient pu être compliqués, quoi. Je me souviens m'être pris un peu la tête à comprendre la notions des tests de ceci ou de cela à warhammer. Mais quasiment mon deuxième jeu fut un truc autrement plus compliqué : Rolemaster. Je fus fasciné par la création aléatoire (fabriquant un système permettant de faire des flip flop pour éviter d'avoir des personnages un peu nuls) et la mécanique de création de personnage et de points de développement. J'ai dû m'entraîner à créer plus de cent personnages.

Finalement, qu'est-ce qui s'est bien passé ?
J'ai pour la première partie que j'ai fait joué inventer un concept autour des personnages que finalement j'ai encore et toujours. Les pjs sont mieux pour moi si ce sont des élus. Le concept que j'ai voulu mettre en place sur la durée et qu'on a pas pu jouer faute de temps, de joueurs encore là, est mon ciment. Dans l'absolu, il y a la notion de posséder un "plus" qui explique pourquoi les personnages de jeu de rôle évoluent si vite par rapport au monde, et un "plus" lié à un destin qu'on peut OU NON suivre. Le ou NON est important. Je donne plus si on accepte le destin. Et au-delà du destin, il y a la notion de sacrifice. J'aime cette idée de se sacrifier pour une cause qui est plus grande que soi. Le sacrifice peut bien sûr prendre plusieurs atours.

Et qu'est-ce qui a foiré ? (ou qui aurait pu mieux se passer )
Le concept, c'était bien. Mais après, fallait faire des scénarios, et là, plus dur. J'en étais resté au supplément Repose sans Paix à avoir fait jouer deux fois un scénario très donjon (une fois un rêve, une fois en rêve). Pas ça. Les pjs avaient le potentiel pourtant. Savoir trouver des bons scénarios et les faire jouer, donc. Voilà qui n'était sans doute pas simple. Improviser à la première partie, également.
Ensuite, j'ai essayé Rolemaster (dont j'étais fan en sucrant un peu les compétences) et j'ai connu mon épiphanie en maîtrisant Shadowrun quelques temps plus tard.
Depuis, également, je dois avouer que je suis fan de l'impro. Parfois trop. Il faut se tempérer en gardant des notes sinon on se paume très vite.

mardi 22 décembre 2009

Avatar

1 heure 47, le 22
Je ne regrette pas de l'avoir vu Avatar.
C'est plus ma tête qui me maudit. Mon handicap visuel me laisse sortir du film avec un gros mal de crâne et une sale envie de gerber.
Mais bref, j'ai bien aimé et je me fous du caricatural de certains rôles. Il n'y a pas le temps de tout faire dans un film comme ça et dans un film comme ça, t'as vraiment intérêt à ne pas louper la partie "plein la vue".
C'était une pure claque.
A la limite, le côté très méchant des "méchants" (et encore, très méchant, hein...), c'est là pour expliquer pourquoi le héros il jette tout aux orties. Je ne sais pas qui est l'actrice qui fait la fifille qui noue une relation avec le héros. Mais c'est vrai qu'elle est très bien rendue en alien. Très attachante.
Et également, ben c'est exactement le genre de film qui donne envie de retourner au cinéma (je n'y vais plus : j'aime pas la pub, j'aime pas la VF, j'aime pas les gens qui causent dans la salle, j'aime pas faire 20 minutes aller et plus au retour - bordel dans le parking, alors que j'ai un écran plat, canal et la possibilité de voir les films en VO). La preuve, j'y suis allé.
La 3D a quelques beaux jours au ciné avant que les télés ne le proposent toutes.

Le jour magique du Solstice d'Hiver voir ce film, merci m'sieur Cameron.
Merci aussi pour ce message écolo alors que je suis mis par terre par Copenhague 2009.
Je voudrais bien remercier aussi la conseillère socialiste avec qui j'ai causé à l'hôpital et puis aussi son mari, qui connaissait mes pages du jour.
Mais tu ne remercies pas les gens parce qu'ils étaient malades et que ça t'a donné l'occasion de parler avec eux.
Hum. Quoique. Merci Anne Marie.

lundi 21 décembre 2009

Chroniques Donjons et Dragons 48...

Deux jours de suite que je n'écris rien dans mon journal. La vidéo semble avoir pris le pas. Mais en même temps, dégoûté comme je suis par l'attitude des américains et des chinois à Copenhague, je ne vomirais que des insultes.
Tagadam, un passage des chroniques qui commence sur mon chat, tiens.

dimanche 20 décembre 2009

L'échec / el fracaso / the failure (Copenhague / Copenhagen 2009)

Je suis positivement énervé. En rage totale même.
Tous les gros mots du monde ne suffiraient pas à dire ce que je pense des groupes industriels américains, des dirigeants chinois et de tous les gros connards qui se foutent que cette planète va couler.
C'est pas une vidéo comique. Ou alors, si, à un degré que je n'ai jamais pratiqué pour l'instant.

samedi 19 décembre 2009

Froid, froid, froid...

Minuit 39, le 19...
J'ai déblayé ma voiture, mon auvent et mon allée avec des coupures sur tous les doigts.
J'ai pu apprendre que je loupais le travail encore aujourd'hui du fait que les écoles étaient fermées.
J'ai constaté que mon chauffage faisait la gueule et avait du mal à dépasser 17 degrés alors qu'il est réglé pour 18.
J'ai constaté que rien ne vaut la chaleur humaine, à trois dans une petite pièce pour oublier d'avoir froid comme j'ai maintenant.
J'ai bien Horus pour me chauffer les jambes, il le fait bien. Mais les reins, pitin, les reins.
J'ai appris que le neveu de ma femme avait encore un nouvel ennui de santé. Y a des gens qui ont pas tiré le gros lot sur cette question en naissant. Faire à 12 ans une maladie qui ne commence à toucher que les femmes de 40 à 50 ans en majorité alors qu'on a déjà deux maladies auto-immunes. Houuuu.
J'ai bien aimé la bataille de commentaire avec une certaine Lucy sur ma vidéo à propos des Suisses et des minarets.
Je pense qu'un jour il faudra que j'exprime toute mon opinion sur ce que je pense du fait d'obliger un enfant à avoir UNE seule éducation religieuse.
J'aime de moins en moins le fait qu'on puisse s'arroger certains droits alors que la Religion n'est qu'une Secte qui a bien réussi.
Mais je reconnais le droit à l'aveuglement ou à la recherche de sens (même si le Dieu Unique a tué cette recherche du sens plus que de raison).
Je me demande, à la limite, si on ne devrait pas interdire toute forme de Religion qui ne donnerait pas aussi à ses adeptes la possibilité de regarder ce qui existe ailleurs, de comparer.
Je crois au syncrétisme, à l'intégration d'éléments ici ou là, à l'évolution avec son temps et au fait d'avoir une foi responsable et éclairée.
Mais pour un qui a la lumière, combien de crétins qui prennent les choses au pied de la lettre ?
Ouais. Crétins, synonyme d'inculte qui ne s'est pas posé de question.
Mais en même temps, combien de pourcentage de suiveurs dans notre humanité ?
La société de consommation n'est-elle pas pire que le fait d'appartenir à une Religion ?
Quelle véritable liberté vis-à-vis de ce qui nous enchaîne ?
La Religion serait-elle alors un moindre mal contre la perte de valeurs fortes qu'on aurait besoin de posséder ?
J'ai froid. Copenhague risque d'être un échec. Les dirigeants chinois sont des connards si ça a capoté à cause d'eux. Et tout ceux qui se sont faits bouffer par leurs lobbies également.
Ne pas réussir à sauver cette planète. Bordel.
J'ai froid.
Mais après tout, dans quelques années, je ne pourrai même plus dire ça... De quoi je me plains ?
Horus vient de larguer, le salaud.
Je crois que je lui file trop de levure de bière.
J'ai froid. Demain, je dois aider Omar à faire son déménagement. Hum. J'aurai chaud.

vendredi 18 décembre 2009

Blog Chaton : Premières Neiges

Heuuu... Je n'ai rien de plus à rajouter. C'est d'ailleurs, pour une fois, exactement la même vidéo que sur le blog d'Horus.
Une tranche de vie avec la neige, quoi.

jeudi 17 décembre 2009

Un mercredi soir...

2 heures 16, le 17...

Sympathique pot de fin d'année au théâtre. Il n'y a bien que là qu'on en aura eu un de toutes les manières.
Sympathique nouvelle en voyant que j'étais sur Men and Cats avec Horus.
Semaine prochaine de vacance mais un peu bloqué quand même pour bouger si le temps fait le con.
Je regarde dehors, il ne neige pas encore. Cool.
Je regarde la météo : on a le droit surtout à de la brume et de légers brouillards givrants.
Je regarde mes forums sur internet : je pense qu'il y a problème de compréhension de chacun... j'ai vraiment une sainte horreur de ceux qui jouent des enfoirés qui cherchent à entuber un groupe. Et jamais je ne le permettrai en tant que maître de jeu et jamais je ne supporterai longtemps un tel comportement d'un autre joueur en tant que joueur (si la chose était avérée).
Je regarde dans un miroir (virtuellement) et j'ai l'impression souvent d'être encore très seul, d'échapper aux autres, de ne pas participer à certaines réunions. Ce n'est pas forcément normal de se retrouver seul à Noël ou au Nouvel an. Pas forcément.
Des bouts d'une réalité que j'aurais aimé avoir eu s'effilochent plus vite que des flocons de neige.
Je viens aussi de voir le coût du billet de train pour aller en Bretagne. Houuu. Je vais peut-être réserver cela à l'avance, cong.

mercredi 16 décembre 2009

La rage...

Minuit 42, le 16...
Parfois, elle est plus dure à sublimer.
Contre les cons qui t'ignorent sur les forums, c'est facile. Ce ne sont que des cons dans les quelques lignes abruptes qu'ils produisent, que dans la manière dont ils ont de se défouler et on est toujours le con de quelqu'un. Ne pas laisser le pouvoir à l'autre est facile.
Contre l'injustice de la réforme du système d'aide aux associations, la fin de l'aide à certains projets, notamment ceux liés à l'aide au devoir, plus. Est-ce la crise ou une putain de politique de droite de mes couilles qui verrouille l'attribution d'argent qui ne vient plus pour certains projets ?
Je ne sais pas. Je sais juste que l'année prochaine, sur Bourges, c'est 500 gamins qui risquent de rester sur le carreau entre ce que nous faisons à El Qantara et ce que fait une association appelée Accueil et Promotion.
Bon, y a aussi le côté : tiens ? Je vais perdre mon boulot. Mais quand on voit comment certains peuvent être aidés par ce que nous faisons. Ça se pose là quand même.
Et puis, hein, qu'est-ce que c'est tout ça à côté de l'avenir de c'te planète ? C'est vrai que ça parait bien peu en définitive.
A côté de ça, tiens, je n'ai toujours pas reçu ma convocation pour la grippe A. Mais je commence à me dire qu'ils vont pouvoir se la foutre au cul. Si je n'étais pas dans les prioritaires en étant en contact avec des malades ou des gosses, c'est que y a pas de raison que j'ai la rage pour rien, pas vrai ?

mardi 15 décembre 2009

Johnny Hallyday versus Copenhague 2009

2 heures 23...
Ce n'est pas après Johnny ce truc là...
J'ai même fait une deuxième vidéo là-dessus que je mettrai jeudi.
C'est après les médias qui sont devenus dingues. Le sens des priorités et le devoir d'élever les masses. Ouais, c'est dur pour les fans de Johnny. Mais il n'y a pas à violer son légitime secret médical, et il n'y a pas à faire passer une info qui ne concerne qu'un seul homme avant une info qui va peser sur le futur de 6 milliards et plus d'êtres humains, merde.

lundi 14 décembre 2009

Warhammer, sans paix.

Minuit 47, le 14 décembre.

Ah ben finalement, plutôt un scénario de repose sans paix, cette aprem.
Y a des personnages qui prennent des directions étranges...
Adulf, le nain manchot élevé par les rats et champion de justice (ex bateleur et ratier) fait rien qu'à blinder les caractéristiques avant les compétences et il est maintenant un porc (avec une arme magique sans doute) qui peut frapper à 88 % avec trois attaques. Hourg. Le plus gênant est qu'il parle skaven et rat et qu'il semble vraiment vraiment bien contrôler les derniers et se faire obéir a priori des premiers.
Ludivette, l'elfe duelliste (ex bateleuse et gentilhomme) n'a que 3 en Force après un +1 d'augmentation, mais c'est une elfe qui a le potentiel aussi d'un 76 % en CC (+5 avec une arme bien construite) et surtout, ben elle a quitté sa famille qui l'emmerdait mais qui semble d'après une intuition avoir des problèmes actuellement. Je sens les emmerdes elfiques qui ne vont pas tarder à pleuvoir.
Neige, la kislevite bandit de grand-chemin (ex hors la loi), poursuit une plongée dans une direction qu'aucun des membres du groupe ne comprend. Ca a l'air d'être lié aux renards. Elle a acquis des caracs mentales d'elfe pour le moins (en calme, FM, sociabilité et intelligence). C'est un masque qui lui donne ses pouvoirs et le masque ne semble pas aimer mon personnage pour des raisons qui me sont pour l'instant inconnues... (une autre forme de chaos par rapport à la mienne ?
Roland, le pnj chevalier bretonien qui nous accompagne tout le temps est un monstre de la Force mais a acquis une mutation du chaos qui fait que son bras est tout rose. Miom. On espère qu'il pourra être changé par une bénédiction de Shallya. Trois d'entre nous ont sacrifié chacun un point de destin (ouais, ça fait trois en tout) pour un gamin mutant avec une tentacule qu'on a confié à un temple de Shallya en espérant que l'enfant serait sauvé par la bénédiction de la Déesse.
Aigle, mon demi-nain demi-elfe n'est lui-même que la moitié du temps, il a commencé milicien et n'a même pas fini une carrière de base de mercenaire. D'un autre côté, il était aussi hypnotiseur, puis a pris apprenti sorcier et finalement sorcier 1 (tout juste à cette partie, enfin le début d'une carrière avancée) car il partage son développement entre deux rôles : lui même et sa sœur. Développer deux personnages en même temps avec les xps d'un seul, ça laisse sérieusement à la traîne, surtout quand on a une carrière de magicien. Le frère se sacrifie pour sa soeur. Un legs d'une démonette de Slaneesh (un collier elfique) lui permet de laisser la place à sa sœur (un jour sur deux) mais les deux jumeaux partagent tous leurs souvenirs. Aigle a senti récemment qu'avant son amnésie il était maître des runes. Ça va être l'horreur en temps de jeu pour récupérer de cela (les autres personnages seront des monstres à deux carrières avancées quand il en aura à peine débuté deux de sorcier 1 et de maître des runes 1, c'est la douce jouer de warhammer, faut pas jouer maggot eh eh eh eh). Il avait aussi 3 tatouages sur le corps qui lui donnaient son nom Adler Baer Forell (aigle ours truite en allemand) et cherchait un quatrième tatouage manquant mais il a découvert qu'il avait en fait 6 tatouages (deux ayant réapparu). Il lui manque toujours le souvenir de son dernier tatouage, les deux nouveaux sont le poisson clown et la cochenille. Mon dieu, il ne va pas les rajouter à son nom. Il sait aussi que ses quatre animaux principaux sont pour deux masculins et pour deux féminins (on passe la chose pour le poisson clown et la cochenille). Ours est masculin, aigle et truite féminins. Il lui faut trouver donc son dernier totem masculin. Des dioux. Sans doute un félin. Un chat égyptien peut-être, on verra bien.

dimanche 13 décembre 2009

C'te week-end...


Minuit 50...


Notes jeux de rôle du week-end et considérations uniquement lisibles pour un rôliste.
Or donc, hier soir, les limites de donjon et dragon 4 avec les bonus que j'ai donnés aux personnages, ceux-ci deviennent effectivement imbutables. Il faudra que je ne change rien la prochaine fois que je fais jouer à par les bonus aux compétences, aux caractéristiques et le fait de toujours pouvoir bénéficier d'un équipement correspondant à son niveau.
Cette après-midi, les limites d'une grave crise de sinusite extrêmement aigüe de ma femme qui me permettent de me rendre compte que ma fiche universelle n'est pas totalement universelle et que je me dois de revoir encore la donne. Pas tant dans la dénomination des attributs ou quoi, mais plus dans les spécificités de chacun des jeux qui m'intéressent et qu'il faut rendre dans une fiche permettant de jouer à shadowrun, l'appel de Cthulhu, le monde des ténèbres, Chill, Torg et éventuellement le système D6.
J'ai introduit donc les personnages d'Hervé et Bruno à la découverte des talents des loups garous et de leur potentiel. Bonne chose pour moi, ils ont choisi des loups garous que je pourrais bien détailler, car je possède sur eux les suppléments qui vont à fond dans des trucs précis. J'ai bien aimé employer encore le test de la balade dans la forêt pour définir dans une quête spirituelle à la recherche de soi les personnages.
Je pense que les sept cavaliers de l'Apocalypse auront la forme primaire suivante :
Métis, Furie Noire de la lune du milieu (Hervé), avec une annexe en Seigneur de l'Ombre.
Humain, Rongeur d'os de la lune masquée (Bruno), avec une annexe en Arpenteur Silencieux.
Humain, Fianna de la lune pleine (Clarisse ?), avec une annexe en panthère garou.
Humain, Marcheur sur Verre de la lune pleine (Clarisse ?), avec une annexe en Tigre (ou renard) Garou.
Humain, Enfant de Gaïa (Axel ?) des trois quarts de lune, avec une annexe en Ours Garou.
Humain, Croc d'argent, de la lune du milieu (Alexandre), avec une annexe en Lion Garou
Loup, Arpenteur Silencieux, du quart de lune, avec une annexe en Coyote Garou.

Ce soir partie trop courte des masques de Nyarlatothep où les personnages ont rencontré un individu essentiel pour comprendre les jeux de pouvoir sur le Caire et obtenir quelques informations non négligeable. Je me suis encore heurté de peu à la frustration du système de jeu qui s'il avait duré un tour de plus dans la phase de combat m'aurait bien énervé. Je n'y peux rien : plus le temps passe dans cette campagne, plus je trouve que les réserves, c'est con. Il faudrait vraiment pouvoir les renouveler beaucoup plus vite qu'elles ne le sont.
Demain, un p'tit warhammer en espérant que ma femme pourra jouer. Ça m'embêterait qu'elle ne puisse pas venir. J'aime bien être joueur avec elle et avec Jérôme, ça crée des trucs pas mal niveau ambiance.

samedi 12 décembre 2009

Rha...

4 heures 10...

Rha. Encore des gosses trop fainéants. Encore des pjs très intelligents. Encore la flemme de me mettre à écrire. Et encore trop tard ce soir pour faire quoi que ce soit.
Il y a aussi sans doute le week-end, très chargé avant les fêtes.
Plein de choses que je ne dis pas. Plein de choses qui pourraient m'agacer.
Et Johnny Halliday dont on entend plus parler que de Copenhague.
Et encore mes pjs, ce soir, qui sauvent plus de 100 000 personnes en ne tombant pas dans un piège à la con.
Et les phrases qui ne veulent rien dire en ce moment.
Et les gens qui n'ont pas d'imagination. Je ne comprends pas qu'on ne sache pas inventer des histoires. On sait tous rêver, non ? Donc, on sait tous raconter des histoires.

vendredi 11 décembre 2009

Génération de merde.

Minuit 52, le 11 décembre.

Un demi anniversaire. J'ai rêvé que je perdais ma maison (pas la mienne de la réalité, celle de mon rêve).
J'ai aussi retrouvé par hasard les deux dessins que je m'étais amusé à faire après ma vision dans l'avion lors du retour d'Australie. Du genre, si des esprits ou des aliens existent, ils auraient la gueule que je leur ai dessinée. Marrant. Je vais employer ces étranges créatures en jeu de rôle, tiens.
Mais j'en viens au titre de ce jour.
Je sais que les gamins que j'ai sont souvent de famille difficile ou ne parlant pas toujours bien le français. Mais quand même, il y a des choses générales qui ressortent : ne plus lire, se foutre de connaître ses tables de multiplication (c'est pas grave, on a une calculette sur le portable), se branler comme de l'an 40 du français, ne pas respecter certaines choses, ne pas avoir envie d'apprendre.
Alors, est-ce qu'on devient un vieux con le jour où on se dit : putain, les gosses, ils n'apprennent plus rien. Ils font même parfois trop la loi chez eux, bordel.
On a une gamine, elle est intenable parce que gâtée pourrie par ses parents qui ne la punissent pas assez. Il y a une vertu dans les valeurs de la droite (la seule pour moi, presque, mais passons) : essayer de respecter les anciens. Bordel, où va un monde où on laisse croire aux gosses que c'est pas grave, on s'en fout si on est nul en maths et français, c'est pas grave, on s'en fout si on est con et sans éducation...
Etre un brin éduqué ne fait pas en sorte que tu vas réussir automatiquement, c'est sûr, mais putain dans la vie de tous les jours, ça aide plus qu'être le dernier des abrutis ou des incultes.
Tous les gamins ne sont pas des graines de gros cons, bien sûr. Mais ce qui est difficile quand tu es avec eux, c'est quand tu vois les germes de la grosse connerie et que tu ne peux pas défricher parce que les parents, eh ben, ils ont démissionné.
J'ai décidé que je serai plus sévère. On ne peut pas laisser l'ivraie foutre en l'air les bonnes graines. Je travaille pour les bonnes graines. Ou l'ivraie qui peut être sauvée. Celle qui ne peut pas, tant pis. C'est dur d'admettre que des gosses sont déjà foutus. Mais c'est déjà le cas. Et vu l'avenir qui se prépare, hein, si des trucs comme Copenhague ne réussissent pas, c'est déjà doublement le cas.
Génération qui n'a pas de bol, tiens. On a oublié de leur mettre du plomb dans l'aile.

jeudi 10 décembre 2009

Drag Queen

23 heures 41, le 9
Té, j'me d'mande si, pour déconner, j'vais pas apprendre un des textes du spectacle en rab histoire de proposer un truc éventuel en cas d'rappel. Il y a un texte qui irait très bien si un des personnages était un gros drag queen à la place d'une gourgandine.
Je suppose que je devrais avoir le temps de tout me remettre en tête pour la troisième semaine de janvier.
En cas, si jamais il y a problème d'apprentissage du texte par celle qui doit le faire, ça serait assez déconnant.
Hum.
Rock'n roll.
Et sinon ? Sinon, j'espère bien que ça sera possible de filmer aussi ce spectacle, histoire de comparer quoi.
Non, c'est vrai. J'ai bien envie de le jouer sur un autre ton. Plus fou, un peu moins gros con. Mais c'est encore à réfléchir ou à réagir sur l'inspiration du moment.
Comme la chanson qu'on devait choisir et sur laquelle on devait réagir. J'ai pris un truc qui bouge un peu techno et hop, jeu de hanches du kekou qui se la pète et ceci à l'impro. Bouger avec la musique, j'aime bien. Faire le con avec, c'est je crois le truc le plus important quand tu arrives à être acteur. Parce qu'au final, c'est ce qu'il y a de plus dur : faire rire.
Hum, et d'ailleurs je viens de comprendre pourquoi j'écoute si peu de musique. Il faut que ça me fasse bouger, que ça provoque vraiment une forte émotion en racontant une vraie histoire (chanson à texte).
Hu ha. Des fois je me dis que si j'avais le temps - mais surtout l'argent, je prendrais des cours de chant et de danse. Je saurais infiniment mieux apprécier la musique alors.

mercredi 9 décembre 2009

Bon Anniversaire

Minuit 49, le 9 décembre 2009

Ben voilà... Alors, moi, à 40 ans, eh ben, je me souviens le soir avoir été dans un pub où on m'offrit une boisson gratuite. J'ai visité une galerie d'art et marché pas mal sur la plage. J'ai loupé les ours que je devais voir le jour de mon anniversaire. Et nous n'étions que deux.
Toi, eh ben, y aura certainement un peu plus de monde, l'avantage d'avoir une famille avec des enfants. Y aura pas forcément de sortie, certainement pas d'ours. Mais essaye de faire quelque chose qui fera que tu te souviendras de ces 40 ans. Un truc qui sorte de l'ordinaire quoi. Je ne me souviens pas de mes 10, de mes 20 et de mes 30. Je devrais pourtant. Mais non. Rien de notable. Vers 30 ans, j'avais moins de potes de jeux de rôle qu'à 25, y avait moins d'occasion de se réunir à plein comme ce le fut deux ou trois ans plus tôt.
Juste fais un truc différent.
Moi, le truc différent, c'était d'aller au Canada, de vouloir voir des ours. Alors, c'est sûr un truc comme ça, c'est pas possible. Mais peut-être qu'une résolution qui amène peu à peu certains changements.
Je te préviens. Toute cette lettre est dans mon blog. La réponse, elle, s'il y en a une, ne le sera pas par contre.
J'espère que tu sauras redécouvrir Magnum dans son intégrale.
Je n'ai pas spécifiquement fait de vidéo pour le jour de ton anniversaire. Mais il y a la page du jour :
http://www.lapagedujour.net/decembre2009/neufdecembre2009.htm
Et puis un p'tit coucou d'Horus dans son entrée du neuf décembre...
Walla walla.
Bonnes 40 prochaines années.

mardi 8 décembre 2009

Deux vidéos

1 heure 27, le 8 décembre...

Y a celle du jour (8 décembre 2009), dans le blog d'Horus.
http://horus-le-chat.blogspot.com/2009/12/ronron.html
Et puis celle qui est en lien, juste en dessous dans le blog
http://www.youtube.com/watch?v=w7HJnVU3QwM

C'est un peu tout. Mais c'est pas mal, déjà.

Comme des Cons (Ou de la réussite de Copenhague 2009)

Ah ben, pas de textes aujourd'hui. J'ai pas envie d'en rajouter plus.

lundi 7 décembre 2009

Rêves sépias...

1 heure 17...

Dans mes rêves, dans cette nuit qui fut bien longue (près de 8 heures, ce qui prouve que je devais être bien naze), j'ai couru à 90 kilomètres heure, faisant croire à quelqu'un qui courait à 70 que j'avais le bénéfice de la technologie (alors que c'était celui d'une sorte de magie), j'ai eu l'occasion de sauter des tas de mètres de haut en me baladant un peu à la Hulk, de goûter un plat de riz qui se décomposait sous une action chimique à la table d'un maître de jeu voulant faire goûter quelque chose à un joueur refusant de le faire (et moi de me dévouer pour goûter à sa place), j'ai vu un immortel et sa voiture chuter dans une falaise, j'ai retrouvé la croix et le collier de quelqu'un qui les avait perdus.
Et les couleurs, les couleurs étaient de nuit, moins vives, ou sépias généralement, sauf quand je courais sur la route droite qui traversait champs et campagnes assez mornes.
Dans le rêve partagé de cette après-midi, car le jeu de rôle ressemble beaucoup à ça, mon personnage a continué à se sacrifier pour deux personnes : sa sœur qui développe une carrière de magicienne au détriment de la propre carrière d'initié qu'il aimerait suivre et un enfant touché par le chaos qu'il a sauvé de la mort et pour lequel il a sacrifié une de ses possibilités de survie.
J'aime bien l'idée d'un bonhomme qui cherche à avoir la foi, qui passe son temps au contact de la nature et des arbres et qui en retour n'a d'autres signes que le fait de continuer à faire ce pourquoi le destin semble l'avoir choisi : devenir un homme d'arme (même si c'est dur, toute son expérience va à un côté magicien) capable de vendre ses services, surtout si la cause est d'éliminer la véritable corruption.
Un personnage en dit souvent long, dans son attitude ou ses manières sur des versions de soi fantasmées. Mais avec des bouts de vérité dedans. Porté sur le cul, mais en paroles seulement ; prêt à se sacrifier pour sa sœur, prêt à pardonner et à sauver des personnes que d'autres auraient irrémédiablement condamnées, irrémédiablement en quête mystique comme si la magie d'origine divine pouvait avoir plus de "sens" que la magie vue finalement comme une simple science. Il n'y a plus de mystère dans la science. Alors qu'il en reste quand on est pas certain que son pouvoir vienne vraiment d'une entité.
Mais bref. Je ferais bien d'autres rêves sépias, moi, ce soir.

dimanche 6 décembre 2009

Celui qui se fait vieux...

2 heures 20, le 6...

Ah pitin. Y a quelques années, j'aurais poussé mémère dans les orties, je me serais déplacé ce soir pour aller rencontrer les gens qui font une animation interclub. Mais, mais, mais :
- J'ai eu une migraine de folie toute la journée (à lutter dans la voiture en allant chercher la télé offerte par les parents de Kat).
- J'ai mon handicap visuel, surtout très dérangeant de nuit et qui me file de plus en plus envie de gerber quand je conduis de nuit. Je ne peux pas dépasser (et encore, ça me met au tas) les une heure de conduite.
- Malade, les semaines précédentes, je n'ai pas eu le temps de préparer un truc comme j'aurais voulu (ça, c'est le moindre des mal, je suis le roi de l'impro).
- Julien, de la confrérie des arcanes, m'a précisé que ce n'était pas si grave si je ne venais pas (plusieurs désistements ayant eu lieu et donc ma voiture n'étant pas nécessaire forcément).
Du coup, je suis resté bien vissé sur le canapé, profitant d'une bière au miel (une des dernières possibles à acheter) de la seule brasserie de Bourges (qui ferme ses portes) et de trois films qui coûtaient rien à mon intellect. Dans trois genres différents. J'aurais bien aimé lire. Mais non. Pas possible.
Je suppose qu'il faut que j'aille chez l'ophtalmo.
On peut rajouter là-dessus que la boucle d'oreille de mon père va me coûter bonbon à réparer, plus que l'achat d'une neuve, mais passons.
J'ai une nouvelle télé, j'avais un mal de crâne de folie (qui s'est estompé avec massage et bière) comme tous les débuts de week-end, j'ai zappé mon loisir favori mais j'ai pensé à ne pas tirer la corde trop raide.
Je ne suis plus capable de certains exploits accomplis à Parthenay où malade comme un chien j'avais continué à maîtriser pour mes joueurs (ceci dit, je n'avais pas eu à conduire malade - conduire malade, c'est le truc le pire, c'est plus que totalement infect. Je me souviens être rentré au plus mal de chez un collègue de Kat à Angoulême. Oh pitin, plus jamais ça).
Celui qui se fait vieux, donc. Mais de toutes les manières vieux ou pas, c'est juste que j'étais con à pousser des limites voici quelques années. Et il faut penser que je vais avoir une semaine de folie. Omar est en formation. Tout seul, je sens que je vais m'amuser littéralement comme un petit fou. Ça va être quelque chose de beau.

samedi 5 décembre 2009

Ce soir, j'ai fait jouer Torg, en Aysle, un des édits de la Reine du supplément Queenswrath (dont je fais jouer TOUS les scénarios) en rajoutant un village manipulé par une sorcière gagnée au ténèbres et faisant croire aux villageois d'une manière de traiter avec des kobolds (sortes de fées du logis en fait). Une mauvaise manière. Une manière qui aurait conduit à la ruine du village. Le mentor de la sorcière s'est avéré être un weredragon (dragon garou), la némésis des pjs en Aysle. Un des miracles des règles de Torg, c'est que quand t'es très bon dans les compétences approuvées, tu peux obtenir des résultats sur des pnjs sans avoir à les tuer par le biais de l'intimidation, du sarcasme ou de la ruse... Et c'est ce qui s'est passé au final, les pjs terrorisant pis que tout la pauvre sorcière qui entamait son très long chemin vers la corruption.
Je passe les nombreux jeux de mots dont sont friands les joueurs (que deux, mais bonne complicité, et très grosse détente. Perso, mon chiffre idéal pour faire jouer, c'est deux ou trois joueurs).

Le combat final du scénario contre des loups-garous d'Orrorsh a contaminé un pj.
Mais les 28 ont le "Zeitgeist". L'état du monde. Une compétence à part possédée par eux seuls.
Si le pj se transforme en loup garou dans un monde, il adopte ce que le monde pense des loups garous.
Les pp (persos principaux, pnjs et pjs toujours ensembles) avaient une fenêtre d'un jour et d'un seul pour retourner dans le sixième monde, ils en ont profité plantant la campagne torg pour reprendre celle de shadowrun.
Ils sont arrivés à Ales Stenar, Suède, par une sorte de pont vers les métaplans, mais transformés en léopard garou (pour deux d'entre eux), tigre garou (pour l'infecté) et otarie garou pour la pnj devineresse.
Il y avait là en partie l'action d'un vieux truc qui pesait sur les épaules d'un pj et un joli concours de circonstances avec des jets qui tombaient bien.
Ce qui m'amuse, c'est que je transforme des incidents ou des hasards dans la partie (trois fois, je me suis dit : il arrive ça, si un pj fait pareil que moi au jet de dés, trois fois, c'est arrivé) en complot d'un gros méchant pour faire fuir les pjs d'Aysle et du monde de Torg. Les pjs sont trop des épines dans son pied mais il ne les veut pas morts, bien canalisés, ils sont excellents pour éliminer tous les obstacles des autres seigneurs et surtout, eh ben, si les pjs sont morts, leur esprit va s'incarner dans un autre corps dans un autre monde, et ça, le pnj, il ne pourra plus rien contrôler.

Fin de partie en cliff-hanger avec les pjs qui se retrouvent en face d'un groupe de shamans new-age ne comprenant pas ce qu'elles ont invoqués et réunissant leurs forces pour mettre les pjs au tas en cas qu'elles aient invoqué des mauvais esprits.
Et dans mon Chill-Torg, et dans mon Shadowrun-Torg, je commence à mettre les pions sur le principe des changeurs de peau, un des trucs qui habitent les 28 dans certains univers.

vendredi 4 décembre 2009

Les français, ils aiment pô le bonheur

Ben qu'est-ce que je peux mettre d'autre dans mon blog du jour, hein ?
Moi, quand j'ai des beaux commentaires bien rigolos au second degré sur une de mes vidéos, ça me titille assez pour avoir envie d'être encore plus "laid" :)

jeudi 3 décembre 2009

Cécilia

Et merde. Pas pu m'empêcher de lâcher ça à chaud. Je regrette même pas le mot que j'ai employé. Il reflète la vérité de ce monde qui est en train de partir en sucette.

Kouign Aman

1 heure 34, le 3...

Ayé, j'ai enfin atteint la perfection en ce qui concerne le feuilletage et en gros les doses. Ne reste plus que le temps de cuisson parfait et la température idéale. Plus compliqué à réguler de folie. Trois ou quatre minutes de moins peut-être ainsi que quelques degrés de moins, et pouf pif badabam.
Et sinon ?
Sinon, ma femme est triste aujourd'hui. Une gamine que sa mère et elle avait gardé quand elle était plus jeune est morte ce mercredi. 15 ans. La mucoviscidose. J'ai trop mal au crâne ce soir pour faire quelque chose ou je ne cracherai pas ma haine des gens du pouvoir qui ne font rien pour la manière dont l'argent devrait être redistribué. Moins aux milliardaires qui n'en font rien de toutes les manières et plus pour la recherche, en particulier sur les maladies rares dont trop de gens se foutent. Bordel de merde, c'est pas que les particuliers qui devraient avoir à donner.
L'Etat devrait s'engager. Les finances devraient être plus propres. Comment voulez-vous après ça qu'on se dise que cette foutue planète ne mérite pas d'exploser quand on constate à quels points ces mêmes milliers de pourris nous laissent crever.
En même temps, la gamine, d'après ma femme, en avait marre de lutter.
Et là, que dire ?
Que dire aussi quand on voit tout le foin fait sur le sida (dans les 30 millions de personnes touchées dans le monde) et qu'on ne fait rien sur le diabète.
On a bien envie de se dire qu'on mériterait tous d'être en première place sur un site du genre vide de merde, pas vrai.
Heureusement, il reste le Kouign Aman, pitin.

mercredi 2 décembre 2009

Toutes ces rivières.

1 heure 08, le 2 décembre.

Rêve de théâtre, hier soir, se mélangent Françoise (dont après tout ce n'est que la mère qui fait du théâtre) et Jenny (qui nous donne des cours). Une répétition déjà rodée par une troupe déjà aguerrie où pourtant j'ai des idées d'impro et de mise en scène.
Un élève de première avec lequel je discute de la manière d'écrire une histoire, très motivant d'avoir le temps lorsqu'on a du monde pour aider.
Une vidéo sur les Suisses qui ne reflète pas l'idée que je me fais de tous les Suisses, bien sûr.
Une vérité difficile à entendre : nous sommes tous racistes de manière primaire, c'est un mécanisme de survie dans l'instinct primaire, quand on était des tribus et qu'on devait se méfier au premier abord de l'étranger.
Une vidéo sur un jeu qu'on ne peut pas lire pour l'instant en ligne mais qui devrait correspondre on ne peut mieux à mes chats.
L'envie de lire des trucs sur Loup-Garou, le jeu de rôle, ce qui laisse un peu en arrière une belle histoire que je devrais raconter.
L'anniversaire de ma sœur, bientôt, et le cadeau qui est commandé.
Des courses, des courses, des courses ce matin. J'ai regardé les prix des télés et finalement ce sont les parents de Kat qui nous en offrent une pour Noël. Hou bon sang, je ne vais pas quoi savoir faire comme cadeau.
La possibilité de peut-être passer quelques jours en Bretagne pour faire plaisir à la famille (je ne vois pas quand j'aurai un autre créneau sinon, à part pendant les vacances scolaires).
L'incertitude sans doute sur l'avenir des associations dans l'aide au devoir. Moins de budget, ça fait sacrément des difficultés.
La nécessité d'apprendre les paroles d'une chanson pour demain soir. Hou. Il faut effectivement que je m'y mette. Mais les paroles sont courtes et extrêmement simples.

Ce que tu dis, c'est de la merde.
Ce que tu penses, c'est de la merde.
Même ta vie, c'est de la merde.
Même quand tu danses, c'est de la merde.
Ah, tu m'écœures ; ah, tu m'écœures, ah tu m'écœures
Bourgeois plaire aux poivrots
Ah, tu m'écœures ; ah, tu m'écœures, ah tu m'écœures
Bourgeois plaire aux salauds
Ah, tu m'écœures ; ah, tu m'écœures, ah tu m'écœures, ah.

mardi 1 décembre 2009

Les suisses, ils aiment pô les minarets.

Allez, un rabiot pour ce jour.

Cher Thomas...

Minuit 58...

A propos du Voyage en Australie, ce fut simple.
Darwin et le parc de Kakadu (Northern Territory), pendant une semaine.
Le Queensland : Cairns, Cape Tribulation (plus au nord, magnifique), les Tableland, Townsville, Magnetic Island, MacKay, Seventeen Seventy, Bundaberg (où nous avons crevé), Rainbow Beach, Fraser Island, Brisbane...
L'essentiel aura été pour nous de pouvoir voir certains animaux, certains paysages et d'avoir la furieuse envie de retourner en Australie parce que franchement, de mon point de vue, ils ont tout là-bas, tout. Tous les climats que j'apprécie, tous les fruits (toute l'année), la qualité de vie, la vie sauvage.
Il a juste fallu se faire à l'accent australien, mais qu'importe.
Sinon, j'ai été malade deux semaines ces derniers temps, des virus qui traînent je suppose, mais pas la grippe A (du moins pas encore), j'ai même eu l'occasion d'être arrêté deux jours par le docteur tellement je semblais fatigué ou manquer de tension.
Ce qui m'a manqué, c'est de louper ma visite du lundi à l'hôpital. Aujourd'hui, j'ai pu y retourner parlant avec une vieille portugaise, un ancien cuisinier, un autre ancien cuisinier et peintre et d'autres personnes de manière plus courte pour des conversations plus informelles.
J'aimerais beaucoup avoir plus de temps pour aller à l'hôpital ou que ça soit une sorte de métier. Il y a un vrai réconfort à apporter aux patients et une vraie manière de relativiser ses problèmes lorsqu'on parle du malheur des autres. Je me souviens aujourd'hui encore d'une dame de 85 ans qui avait toute sa tête, toute sa façon de raisonner mais qui avait énormément perdu la vue, ce qui l'handicapait beaucoup puisque c'était une grande lectrice. Elle ne voyait plus bien depuis 5 ans, c'était son grand drame. Drame que je peux comprendre pour avoir sombré moi aussi dans une sorte de dépression à la suite du fait que mon oeil droit soit bien bousillé par l'herpès oculaire.
Je tacherai de bosser les vidéos que j'ai faites en Australie pour t'envoyer des liens.
On risque de venir l'année prochaine aux Etats-Unis, avant de se refaire un voyage en Australie parce que bon... Une question de temps, de budget et aussi d'envie de repasser une fois en Californie pour voir l'oncle de ma femme ou passer te faire coucou.
En ce qui concerne la manière dont les gens qui ne comprennent rien à rien au fait qu'il faille sauver cette planète ou aider des nécessiteux à avoir un système de santé, c'est bien une des horreurs de l'Amérique. je croise les doigts pour que certaines choses s'accomplissent pendant le mandat d'Obama et qu'on ne se retrouve pas à nouveau avec une saloperie de gouvernement à la Bush.
Je promets à chaque fois d'essayer de réécrire assez vite.
Mais si tu veux des nouvelles plus quotidiennes, n'oublie pas que je fais chaque jour plusieurs choses sur le net, particulièrement (même s'il est parfois abscons) mon blog : http://lhommequiavulhomme.blogspot.com/
Bien à toi.
Et bonnes fêtes (un peu en avance).

lundi 30 novembre 2009

Sarah

Le questionnaire de Sarah

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Cela me donne plus d'assurance et me conforte dans ma façon d'appréhender ma vocation. Qui pourra suivre le dicton "Protect & Serve" sinon nous autres 28? Qui pourra juger de la valeur de la vie des uns et des autres, sinon moi, Mort?

Pourquoi les sauver ?
Parce que certains le méritent, parce que l'innocence existe encore sur cette planète, enfin je l'espère.

Quelle part d'ego là-dedans ?
Je n'ai jamais mis mon égo en avant. Si je risque ma vie, ce n'est pas pour nourrir des ambitions personnelles mais pour débarrasser les rues des immondices qui la squattent et menacent des corrompre encore plus le monde.

Quelles motivations cachées derrière cela ?
Un fort désir de justice.

Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
A grand pouvoir, grandes responsabilités. Je ne sais pas si j'ai les épaules pour supporter tout ça. Connaître la vérité sur toutes les horreurs qui nous entourent; décider du sort du monde - nous l'avons déjà fait - et supporter seuls les conséquences... J'ai un penchant pour les jeux d'argent et l'alcool, mes compagnons doivent certainement s'abandonner à d'autres choses pour oublier, le temps de quelques heures, ce que nous savons et faisons.

Quels vices seront acceptables ?
Je ne sais pas si c'est un vice, mais je suis impulsive, j'ai la gachette facile et ce n'est pas nouveau. Dans certaines situations, le doute peut nous jouer des tours, l'instinct nous sauver la mise.

Qui respecter ?
Les innocents et nos alliés, tout ceux qui luttent contre les horreurs. Et Dieu. Même si j'ai parfois des doutes, je ne peux m'empêcher de penser que nous sommes son bras armé, ses archanges venus défendre la Terre des menaces qui planent.

Qui protéger en priorité ?
Les innocents. Bien sûr, j'aurai tendance à protéger ma famille et particulièrement ma fille en priorité.

Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Je pense qu'ils ne perdent rien pour attendre. J'ai commencé à établir une black list de fumiers dont je m'occuperai personnellement dès que j'en aurai le temps.

Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
cf réponse précédente.

Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Rien n'empêche les compromis, il suffit de faire le ménage une fois qu'on a tiré ce dont on avait besoin d'eux. Quitte à le faire à l'insu de ses alliés.

Quelles limites dans les moyens d'action ?
Je suis contre le sacrifice des innocents même dans un but noble. Autrement, ma devise est depuis longtemps "la fin justifie les moyens". Pour contrer nos ennemis, il ne faut pas lésiner sur les moyens, eux ne le font pas.

Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Parce qu'un trafiquant de drogues, d'humains, d'animaux, d'armes, etc a souvent commencé dans la rue. Il faut traiter la cause et pas juste les symptômes.

Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
Partant du principe que c'est Dieu qui m'a conféré ces dons, je n'ai pas à en désirer d'autres. C'est à Lui de décider ce qui me serait utile.

Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
Mon premier équipier. Un vieux de la vieille aux méthodes "old school" et qui était persuadé qu'on pouvait changer le monde à notre échelle, dans les rues de New York. Ce type avait la flamme. Il faisait aussi du bénévolat pour la réhabilitation des jeunes déliquants. Son espoir d'un monde meilleur m'a motivé mais malheureusement, cela ne lui a pas suffit pour rester en vie jusqu'à la retraite. Et je n'ai pas su rester dans la voie qu'il m'avait tracée, sa mort a entraîné une réaction en chaîne qui m'a définitivement changé.

Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Ca fait longtemps que je suis hors la loi parce que malheureusement, les lois ne servent pas toujours la justice; on doit donc faire la justice soi même, comme on l'entend.

Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Je suis contre le sacrifice. Il y a toujours une alternative.

Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Etre en couple, j'ai déjà donné, pour finir abandonnée et quasimment privée de ma fille. Alors "ordinaires" ou non, peu importe, les hommes resteront toujours des hommes. Je préfère rester seule à présent, même si ça serait tellement confortable de pouvoir s'épancher et d'avoir l'impression d'avoir une vie "normale" de temps en temps...

Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Il faut vraiment que j'arrive à trouver le temps de passer quelques jours de vacances avec Amy pour vérifier cette théorie.

Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
C'est à Dieu d'en décider et certainement pas à moi, la Mort !!!

Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Je n'ai rien contre les singes et par ailleurs, je me considère encore comme une humaine, avec son lot de faiblesses, de vices, etc.

Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
Ma faiblesse est ma fille bien sûr. J'ai beaucoup de cicatrices, la perte de mon premier équipier puis mon divorce je pense, sont les plus à vif. La noblesse ? Je pense que nos buts sont nobles puisqu'ils servent un idéal de justice. Et ma foi en Dieu bien sûr.

dimanche 29 novembre 2009

John réfléchit

1 heure 11, le 29...

Le gardien regarda dans le rouleau les réponses consignées par John.
Il soupira. John était un des plus nobles d'entre tous. D'autres, avaient clairement des motivations moins nobles avant de devenir résidents de la Cité. D'autres qui auraient bien le droit de mourir, le temps de trouver des hôtes plus disposés à se sacrifier pour faire perdurer le monde et la Cité.

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Rien. Des fois, ça serait bien d'être juste un ordinaire. A vrai dire, si, ça fait quand même un truc : ne pas mourir du cancer. Et puis savoir qu'on peut peut-être sauver le monde. Même si on a pas les capacités de Superman.
Pourquoi les sauver ?
Pour quoi sauver les gens ? Alors que la plupart des gens sont égoïstes, lâches et veules. Parce qu'il y a aussi en chacun une part de lumière qui ne demanderait qu'à s'exprimer si le temps était laissé à chacun de se concentrer là-dessus et si un exemple aussi était montré à chacun.
Quelle part d'ego là-dedans ?
L'ego dans la volonté de sauver les gens ? J'ai pas trop d'ego. Je vois des choses, je sais qu'elles vont arriver, j'y réagis. J'y réagis obligé. C'est pas pour la gloire ou pour voir des filles me tomber dans les bras.
Quelles motivations cachées derrière cela ?
L'Apocalypse, le Chaos, le Changement radical, des mondes qui vont s'écraser. 6 directions. C'est trop. Si tout est arrangé, il n'y aura plus qu'un monde. Moins de problèmes, comme avant. Avant, c'était plus simple.
Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
J'ai peur d'être malade, j'aime surtout les trucs ronds, je parle trop quand je suis avec les gens, je suis curieux, très curieux, trop curieux. La curiosité, c'est le plus grand des défauts et aussi la plus grande des qualités. Le vice caché, c'est que j'aime ça voir et savoir. Et que ça fait sans doute un frisson d'aller dans le sens de ce que l'on voit.
Quels vices seront acceptables ?
La curiosité, la peur, la gourmandise. La peur, c'est vu comme la lâcheté. Mais non. C'est simplement connaître ses limites.
Qui respecter ?
Ceux qui veulent changer le monde, les autres 28. Ceux qui essaient d'utiliser leurs talents, leurs dons ou leur foi pour rendre le monde meilleur.
Qui protéger en priorité ?
Les femmes. Les enfants. Les fous.
Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Certains mériteraient de ne pas être sauvés. Et ne le seront pas. Non. Surtout s'ils tuent des chats.
Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
Révéler leurs secrets et leur corruption.
Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Obtenir des moyens et de l'argent avant de révéler leurs secrets et leur corruption.
Quelles limites dans les moyens d'action ?
Aucune tant qu'on a pas à tuer. Tuer, c'est quelque chose qu'il faut éviter de faire. Pousser les gens au suicide, c'est autre chose. Surtout s'ils y ont déjà bien travaillé avant. Et puis il y a tous ceux qui sont déjà morts dans mes visions. Ils sont déjà morts. Pour eux pas de limite, tant que c'est pas moi qui me salit les mains.
Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Tout dépend du voleur de quartier. Il y a des quartiers très importants, où vivent des cités. Des vieilles dames qui ont besoin qu'on s'occupe d'elles.
Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
J'aimerais bien avoir le pouvoir d'être télépathe parfois, ou vraiment aussi celui de soigner les gens. Au lieu de ça, je sais être invisible, aller où je veux et ne pas mourir, jamais. Je sais qu'il est possible d'obtenir d'autres pouvoirs. Ceux des vampires, ceux des mages, ceux des changeurs de peau. J'ai choisi de me contenter de ceux des mages. Même si je n'emploie quasiment jamais la magie.
Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
En humain, je suis fasciné par des types qui ont fait avancer la science et l'Histoire, du genre Da Vinci. En super héros, s'ils existaient, je serais très intéressé par rencontrer Superman. C'est quand même un des plus costauds parmi tous.
Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Je suis déjà un hors la loi. Pour assurer le futur et ce que nous sommes, je le suis devenu depuis bien longtemps.
Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Il est parfois nécessaire d'en sacrifier 100 pour en sauver un. Celui qui ensuite en sauvera au moins 101.
Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Oui. C'est moins compliqué quand même. Mais être en couple, je sais pas si ça, ça vaut le coup.
Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Oui. Mais j'en veux pas maintenant.
Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
Oui. Mais hors de question d'en faire un marché.
Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Certains humains, oui. Mais c'est de la faute d'un manque d'éducation.
Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
J'aime pas qu'on connaisse tous mes secrets, je n'aime pas qu'on pense du mal de moi, j'aime croire qu'il faut sauver d'abord les vieilles et les enfants et je ne supporte pas qu'on fasse du mal aux chats. Les chats, c'est une religion qui fait partie d'un de mes secrets.

samedi 28 novembre 2009

L'ombre passe, le corbeau croasse.

1 heure 31, le 28...
Houuuu. C'est un beau jour, non ?
Des questions pour ceux qui ont le pouvoir, comme les 28... Et que tout individu possédant un statut équivalent à un super héros devrait se poser...
L'ombre passe, le corbeau, messager de l'ombre croasse et regarde ceux qui errent dans la cité avant de laisser le vent porter son chant à tous...

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Pourquoi les sauver ?
Quelle part d'ego là-dedans ?
Quelles motivations cachées derrière cela ?
Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
Quels vices seront acceptables ?
Qui respecter ?
Qui protéger en priorité ?
Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Quelles limites dans les moyens d'action ?
Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
Ouais, la dernière question fait quatre choses à définir.

Demain, s'il a le temps, John Ghost répondra.

vendredi 27 novembre 2009

A gauche, là...

Minuit 52, le 27...

Alors merci doctoresse parce que franchement, je n'aurais pas pu aller au boulot.
Ce n'est pas tant la toux. C'est le mal de crâne. Une migraine de folie qui ne me lâche pas (et je refuse de prendre plus de deux dolipranes par jour). Avec le mal de crâne, l'envie de gerber.
Tout est passé trop vite. Horus qui se retrouve caché dans le jardin d'un voisin, la lettre de Thomas que je n'ai pas pu lire, les gaufres que je suis arrivé à faire ce matin pour ma femme, le résumé de partie de Bruno que j'ai un peu corrigé, les deux films étalé comme une merde sur la canapé (gros loupé sur le premier mais j'ai adoré Ennemy Mine, un bijou qui met une larme), une partie de la journée allongé.
Ca reste à gauche, ça vrille. Je n'ai comme solution que d'aller au pieu.
Et de mettre, pour ceux qui voudraient lire plus, ce lien dont je suis bien content aujourd'hui :
http://www.lapagedujour.net/novembre2009/vingtseptnovembre2009.htm

jeudi 26 novembre 2009

En vrac...

2 heures 11...

J'avance sur les pouvoirs des 28. C'est bien, ça donne une idée du pouvoir potentiel de ces derniers au pinacle de leurs possibilités. John Drake est un individu sérieusement dur à tuer qui emprunte des talents aux vampires, mages et loups-garous en plus de ses capacités extraordinaires de 28.
Il y aura de quoi avoir des personnages restant à visage humain puisque qu'ils doivent parfois sauver de simples êtres (et en ce cas, j'aime bien l'idée du feeling, c'est à dire des personnages faisant des scénarios avec juste leur bite et leur couteau) à la code quantum. Mais aussi des personnages capables d'un niveau "The Authority" éventuellement en certaines occasions. Ben oui, si, comme dans notre monde moderne, personne ne bouge pour sauver cette planète, les personnages, eux, en auraient les moyens.
Je suis allé chez le docteur cette aprèm parce que bon, j'ai bien eu mal aux bronches ce matin en toussant et que je suis bien au tas à l'effort. Pouf. 10-8 de tension. Yoho. Pour du 12-8 normal chez moi, ça veut quand même dire au tas. La doctoresse m'a arrêté deux jours pour que j'évite de contaminer les gamins. Sympa, elle ne m'a pas filé des antibiotiques avant que je lui demande de ne pas le faire. Ca m'embête un peu de ne pas aller au boulot, plus pour les deux journées de salaire dans le cul alors que ce sont des jours plutôt creux. Mais je suis vraiment au tas.
Au théâtre, où on a pas fait les fous ce soir et où j'ai zappé les trucs physiques, on a appris qu'on referait notre spectacle en janvier. Va y avoir de la répétition dans l'air. On ne sait pas si on sera tous de l'année dernière en ce qui concerne ceux du mercredi. Mais c'est plutôt une nouvelle sympa.
Il va falloir que je prenne 15 minutes chaque jour pour résumer mes chroniques DD sur internet parce qu'à force, je suis déjà paumé dans certains secrets que j'ai placés et que j'ai oubliés, cong.
Il va falloir que j'en fasse autant avec la campagne des 28 sur shadowrun et Torg que j'ai mené depuis des tas de mois, surtout avec Hervé et ma femme d'ailleurs. Le fait d'avoir défini des pouvoirs et des possibilités devrait leur permettre de faire des choix intéressants. Je n'ai pas défini tout encore cela dit. Je me tâte à raconter l'histoire du "début" en vidéo. Ca serait peut-être pas mal. En incarnant "l'ombre" à défaut de John Ghost qui lui a une tête bien plus jolie que moi, eh eh eh.
J'ai reçu une lettre de Thomas Gregory. Je la lis demain et je lui réponds.
Horus a passé une grosse partie de sa journée dehors. Bon, ben il devient de plus en plus indépendant l'andouille. C'est normal, c'est sa vie de chat. Je suis allé le chercher à l'instant pour le foutre sur mes jambes. Il reste. C'est con. C'est un chat qu'il faut chercher. Mais je ne l'échangerais que contre un Karma (ce qui n'est pas possible).
On se demande si finalement on ne va pas aller aux Etats-Unis (voyage plus simple) l'année prochaine pour se taper du genre une ou deux escales en chemin avant de filer sur la côte Ouest.
Il est aussi probable qu'on aille en Alsace (bien que ça me titille plus de pousser jusqu'à l'Allemagne).
Après avoir aidé un gamin pour son latin, je me dis que je m'achèterais bien un de ces livres pour l'initiation en cinquième. Bien pratique pour se faire des bases. Je regrette de ne pas avoir plus pratiqué mon espagnol ces dernières années et de ne pas avoir continué le latin (j'en ai fait qu'un an).
Il n'est jamais trop tard pour s'y remettre.
Par contre, se mettre au grec ancien. Houuuu. Ça risquerait d'être une autre paire de manches. Mais qu'est-ce que ça me dirait bien aussi. Après tout, le grec ancien, c'est la langue de base des 28... Des dioux.

mercredi 25 novembre 2009

Les pouvoirs des 28...


2 heures 14....


Boah, j'avais déjà défini des trucs. Au final, les personnages seront sacrément plus doués que la normale avec des capacités spéciales (7), un super inné sur des attributs (7), sept avantages (au choix à taper dans n'importe quel jeu qui existe) et sept pouvoirs de 28 (dont trois sont surtout très bien maîtrisés).
Les capacités spéciales, c'est un talent, une aptitude, un truc au choix des personnages au début en plus ces six machins qui sont : parler plein de langues, avoir plus de moule, être médium, soigner plus vite, avoir plusieurs visages, avoir une aptitude innée pour la magie.
J'ai déjà vu : super saut, super oreille, super vue, reproduire n'importe quel son, télépathie, voir le secret sombre, régénération, téléportation, s'entendre dire toujours oui quand on propose du sexe.
Certaines de ces capacités se rapprochent des pouvoirs des 28 et indiquent ce que le personnage risque d'avoir en favori.
Mais les pouvoirs, les gros pouvoirs des 28, eux, concernent les sept chevaliers de l'apocalypse, la maîtrise innée et renforcée de certaines formes de magie, le fait de pouvoir avoir des attributs divins ou des capacités de super héros.
Au départ, je voulais rester très free form sur les pouvoirs. Mais comme il y a sept niveaux de Puissance, je me fends de définir sept champs à chaque pouvoir pour juste imaginer qu'un personnage possède de plus en plus de "champs" dans ses pouvoirs au fur et à mesure qu'il les possède.
Je ne vais pas spoiler de manière précise quels sont les pouvoirs possédés par les Vingt-Huit afin de ne pas dévoiler de par trop les pans du mystères à mes éventuels lecteurs et joueurs.
Oh bien sûr, les 28 ont aussi des défauts :
- le fait de tomber de temps en temps dans le coma pour rejoindre la Cité (ou d'être infecté par un étrange mal).
- le fait d'être appelé parfois ailleurs.
- des pertes de mémoire à propos de certains faits.
- l'incapacité de se foutre sur la gueule entre eux.
- le fait de lier des gens à leur destin en agissant sur eux.
- la vision d'un sacrifice qui a été accompli et qui va s'accomplir.
- la nécessité de se retrouver un jour tous ensemble pour faire quelque chose pour c'te foutue planète (ou pas).
- un changement assez profond de la psyché et de la personnalité le jour où l'on reçoit le don.
Mais c'est bien mineur comparé aux avantages.
Pour l'instant, je n'ai pas fait jouer à gros, gros niveau. Mais il va falloir que j'y arrive dans le cadre de projections des personnages dans le futur, au bord de l'Apocalypse, à un moment où ils sont sérieusement blindés.

Je pourrais juste parler de l'un d'entre-eux.
John Drake. John Drake, c'est un Drake, un humain qui pourrait se transformer en petit dragon dans l'univers de jeu de Shadowrun. Mais Drake, lui, il ne veut pas, il veut rester humain adepte de la cponduite des véhicules et de la plongée dans la matrice. Il est cependant possédé par le souvenir d'une ancienne vie en tant que guerrier scandinave et ça lui joue des tours au quotidien où il est obligé de revêtir parfois l'habit du guerrier.
Au moment où tous devront se sacrifier ou pas, John s'est vu.
Personne ne peut lui refuser quand il demande à quelqu'un de coucher avec lui, il régénère tout type de dommage, semble savoir tout faire, absolument tout, et n'a aucun problème pour parler et communiquer avec quoi ou qui que ce soit. Il semble qu'aucune pensée ne puisse lui être cachée. Ce qui n'est pas un mal. Il est curieux John, très curieux.
Il aimerait surtout savoir s'il devra se sacrifier en 2012. Parce qu'après tout, il vient de 2050. Il est issu d'une expérience qui a permis de copier l'énergie sacrifiée de 28 personnes mortes pour sauver le monde. Ca le ferait un peu chier d'avoir à recommencer ce truc là.
Surtout que John sait qu'il existe deux paires de 28. Ceux d'avant 2012 et ceux d'après. Or, eh ben ceux d'avant, ils n'ont pas cessés d'exister.
Ouais, ça fait 56 vingt-huit. Un beau merdier. Surtout qu'il y a sans doute sept groupes de 28 dans les archives pour peu qu'on prenne la peine de se renseigner dans la bibliothèque de la Cité accessible à ceux qui savent tout.
Oh bazar.

mardi 24 novembre 2009

Snirfl

1 heure 45, le 24

Ben du coup, pas beaucoup de messages écrits sur c'te fichu blog à force d'avoir balancé des vidéos. Mais de toutes les manières, vu que j'ai chopé la crève comme on dit, je n'aurais pas eu grand-chose à dire. J'ai dû prendre mes responsabilités et louper l'hôpital aujourd'hui. J'ai décliné une invitation de dernière minute à faire une partie ce soir et j'ai pris sur moi de faire une sieste de plus d'une heure cette aprem.
Le début de l'hiver est toujours comme ça. Un bon coup dans la gueule.
On s'étonnera après que j'ai envie de fuir sous les tropiques.
Sinon, eh ben sinon, je m'inquiète toujours autant pour le futur de cette planète. Les gosses sont largués par la pub, les jeux télés et le manque de civisme. Ouais. Sans déconner. Les pays riches sont incapables de foutre 100 milliards sur la table pour essayer d'aider les pays pauvres à ne pas polluer et pour sauver cette planète. Je commence à me dire en gros qu'on va peut-être dans le trou.
Et ceci me renforce dans le fait qu'en étant végétarien, au moins, je ne participe pas à certaines des horreurs qui arrivent à cette planète.
Sans compter que j'ai dû prendre un coup avec les trois ans de la mort de mon vieux.
Mais passons, j'ai déconné samedi, dans la page du jour, sur le fait qu'il faut que j'écrive une belle histoire.
Il va donc falloir.
C'est le plus important.

lundi 23 novembre 2009

Chroniques Donjons et Dragons 44

Hum... Sans déconner. Dimanche, pas envie de faire grand-chose plus dans le journal que ce lien vidéo.
:) Mais alors c'est sûr que si on a rien suivi depuis des tas de mois, houuuuu...

samedi 21 novembre 2009

Trois Ans

Ah, pas autre chose à dire, pour une fois :)

vendredi 20 novembre 2009

Tadadadam.

3 heures 08, le 20...

Bon, je pense que j'ai eu le truc de ma femme mais sans être au tas vomi et diarrhée.
Et là, bon, ben c'est la gorge et la tête qui prennent. Y a pas mal de gens qui toussaient le week-end dernier ou parmi les gosses.
Blim.
Truc contre le mal de crâne, pschiit pour la gorge, thym et sauge et citron.
Sinon, j'ai rêvé encore une fois que je volais. Je croisais, de nuit, Sabine du théâtre dans une rue déserte promenant un chien. C'était cool parce que j'ai pu voler un moment à côté d'elle. Pif. Deuxième personne de qui je rêve au théâtre.
C'est qu'elles doivent un brin compter.
Je n'ai d'ailleurs pas parlé de l'impro qu'on a faite le mercredi soir. Moi et six filles (l'autre groupe était de une fille et cinq mecs). J'ai posé un truc pas con : un prêtre sataniste qui donne une drogue de vérité à une bande de bourgeoises coincées du cul. L'idée d'une drogue qui fasse forcer la vérité ou d'un sort qui ait la même capacité, ça peut être vachement bien pour une pièce de théâtre ou un huis-clos ou un scénar. Je vais essayer d'y songer.

jeudi 19 novembre 2009

Yoyo

1 heure 54, le 19...

Marrant, je pense à Lionel ce matin. Et pouf, il appelle quelques minutes plus tard. Je ferais bien de penser à Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac, tiens pour voir. La conversation au téléphone m'a fait penser à plusieurs choses (j'étais en train de faire des recherches sur Star Trek) : quel jeu idéal en SF pour mes joueurs ? Il y a tellement de jeux SF qui existent qu'il faudrait sans doute que je présente les souches de base aux joueurs et que je leur laisse choisir. Si je regarde dans ma ludothèque, je me retrouve, moi avec les choix suivants :
- Métabarons, tiré de l'œuvre de Jodorowsky et sous mon moteur de jeu préféré. (Avantage, on peut broder, les règles sont mes préférées, inconvénient moins ouvert peut-être que Star Wars)
- Star Wars, avantage, j'ai plein de scénarios possibles, y a plein d'ambiances éventuelles ; inconvénient, c'est un univers "vraiment trop à part" pour que je puisse le raccorder à mon multivers (sauf un twist particulier sur une idée à la con, un démiurge qui crée l'univers dont il est fan).
- Battlestar Galactica, avantage ma femme elle adore la série. Défaut, y a peu d'adversaires, pas d'alien, pas de possibilité de reprendre la série telle quelle, faut jouer sur un autre vaisseau. Y a aussi pas assez de pouvoir ou de mystique pour mon goût, mais après tout, tout se rajoute.
- Serenity, avantage ma femme adore aussi. Mais mais mais, encore une fois peu de pouvoirs psis et surtout je n'ai pas vu le film encore. Défaut pour moi également : pas d'alien. Ça peut se rajouter, hu.
- Dark Heresy, avantage, c'est touffu, bien écrit et dans l'univers de Warhammer (le premier jeu de rôle que j'ai acheté. Défaut, on y joue que les suivants d'un inquisiteur. Pas évident de se mettre dans la peau de quasi-fachos. Et puis aussi univers pas facilement adaptable à mes "28" comme futur probable de la terre.
- Rogue Trader, avantage, c'est aussi dans l'univers de Warhammer, ça joue à une échelle de commande d'un putain de vaisseau. Défaut, comme pour Dark Heresy, la rigidité éventuelle d'un rôle dont on ne peut pas vraiment sortir. Autre défaut, c'est assez lowtech dans plein d'endroits.
- Fading Suns. Un de mes chouchous, à condition de changer les règles. Un bémol, le voyage spatial y est trop lent entre les portes des étoiles (pour des vaisseaux) et les systèmes. Avantage, c'est déjà inclus dans un des futurs des jeux que je fais jouer. Défaut, toutes les races ne sont pas aussi attrayantes que dans d'autres jeux.
- Tigres Volants. Un bon jeu de SF avec des elfes et du fun. Mais je sais pas, il me manque la flamme dans ce jeu, y a pas assez d'alien et je me fais pas aux hommes chiens.
- Stargate. Pas assez SF au départ, règles trop lourdes, truc à trouver pour expliquer pourquoi tout le monde parle l'anglais.
- Trinity. Huuuu. Une putain de balle mais j'ai pas envie de piétiner sur les traces d'un autre mj qui nous fait jouer à ça. On a encore du potentiel pour explorer cet univers. Inconvénient, pas encore assez d'alien. Mais bon point de départ pour un futur éclairé.
- Shatterzone. Avantage, des règles que je comprends, y a une flotte comme dans Star Trek, un background permettant la plupart des trucs de SF mais pas tellement de "mystique", peu. Gros avantage, inclus aussi dans un des futurs des quatre mondes que je fais jouer. Défaut, ce manque de mystique justement.
- StarSphere, le monde futuriste de Torg. Là, tout serait possible parce que peu a été décrit dessus finalement.
- Star Trek. Avantage, je suis fan de l'univers, c'est possible de l'inclure dans mes "28". Défauts, j'ai pas encore assez de matos pour faire jouer, il faut incarner plutôt des membres de la flotte pour en profiter un max (c'est possible sans mais y a moins le parfum), y a le côté pyjama qui peut faire peur.
- Divers avatars de mon système de jeu préféré.

Il faudrait peut-être que j'en parle aux joueurs.
Ca ne serait que de moi, j'aimerais bien avoir l'occasion de pouvoir faire jouer une campagne Star Wars (pas classique et dans une uchronie) et une autre campagne SF.
Les éléments que j'aimerais voir mis en place sont des personnages maîtres de leur vaisseau (à la serenity), un pilotage lié peut-être à la psi (trinity), une menace sourde (battlestar), une recherche des origines, des portes des étoiles, du voyage dimensionnel possible pour goûter à plusieurs univers le temps de quelques scénars. Tout ce que je peux faire à StarWars, Shatterzone ou StarTrek finalement.

mercredi 18 novembre 2009

Prêtre-Magicien

1 heure 43, le 18

J'ai mélangé sans doute des tas de trucs de ma journée ou des jours derniers.
Sur une route sinueuse dans un paysage méditerranéen, je grimpe sur des rochers avec mon père. Bon sang, j'ai rêvé si peu de lui depuis qu'il est mort. Et je rêvais de toutes les manières si peu de lui. D'ailleurs, je crois que je ne rêve que très peu des gens que je connais. Ma femme de très rares fois, une copine de ma femme une fois, une copine du théâtre deux fois, ma soeur et ma mère jamais.
Bref, je grimpe sur cette colline en bord de mer après avoir quitté la ville où nous vivons et où il y avait des problèmes de circulation et de logement pour arriver à un centre sans doute consacré à la nature et à l'art. En montant dans un bâtiment jusqu'au dernier étage, sous pente, je tombe sur un groupe de gens allant faire du cinéma ou un truc du genre. J'ouvre les fenêtres parce que c'est enfumé. Mais je ne sais plus à ce moment où est mon père. Il n'était là que pour me faire sortir de la ville et m'aider à grimper. Il cesse de m'accompagner au milieu du centre, à un moment où nous passons devant des donuts très colorés dont il ne veut pas.
Bref, après la réunion de futurs figurants - ou que sais-je - je descends d'un étage et arrive dans une classe un peu à l'ancienne. Il semble que j'ai perdu quelques années et que je sois à nouveau un enfant. Je montre alors aux personnes de cette classe que je dispose de pouvoir de lévitation et de psychokinésie. J'arrive également à exorciser une petite fille possédée par un démon. Le prof de la classe, ravi de mes performances, voudrait que je devienne un prêtre. Mais je lui dis clairement que je préférerais être un magicien, ou à la limite un prêtre-magicien à condition de trouver un endroit pour l'être.
Mon père, le vol, des pouvoirs, de l'action, des paysages, de l'émotion.
Il va falloir que je recommence, des dioux. :)

mardi 17 novembre 2009

Deux entrées de jeu plus tard...

1 heure 22, le 17

Un collège fermé à St Germain du Puy. 150 élèves sur 500 malades.
Toujours mal au doigt que je me suis brûlé en sortant un bol du micro-ondes.
Un peu vaseux, pas assez dormi.
Plus de 20 enfants en même temps à l'aide au devoir. Ils ne respectent plus leurs créneaux. Ca ne va pas pouvoir être possible.
Hors de question que je me bouffe les vendredis matins deux fois par mois pour des réunions qui ne servent à rien à mon niveau.
Une petite vieille bretonne qui a manqué passé hier, qui en a marre, qui a 87 ans et qui peut me raconter clairement des tas de trucs intéressants pendant près de trois-quart d'heure.
Un résumé envoyé à Alexandre sur des choses qui arrivent à son personnage.
La lecture encore de Star Trek et l'envie d'y goûter un peu en jeu de rôle en rajoutant certains éléments persos bien sûr.
Un bon film de Robert de Niro ce soir à la télé.
Une vidéo sur la FAO et un extrême énervement de constater que nous pays riches sommes vraiment de gros enculés de merde.
Il y a des connards qui profitent horriblement et une petite partie de ce profit suffirait à sauver c'te planète.
Un soupir. C'est con qu'on doive tous souffrir ou crever à cause de l'égoïsme de quelques-uns. C'est con aussi qu'on soit égoïste. Si on l'est.
L'envie de se concentrer sur des choses pas égoïstes.
Le lien du film fait avec Horus : http://www.youtube.com/watch?v=YY_ig6mrrQk
Zoup là.

lundi 16 novembre 2009

Du 21 au 24 juillet 1991, journal de Ghost.

Les faits majeurs de ces derniers jours
Le Ravageur a été éventuellement été identifié comme étant sans doute Laura, la cousine de Montgomery Miles. Mais Keanu Kanuala, prêtre catholique mais pas trop, et Vincente Gioli, consiglieri de la mafia, pourraient mériter ce titre.
Le Tootsy Tutty, bar dans lequel il y a eu tuerie sur Coréens organise parmi les meilleures parties de poker de la ville. Il parait, ouais, il parait, qu'on peut miser bien autre chose que de l'argent.
Les chevaliers ont un nouvel allié en la personne de Crawford Miles.
Seamus est rentré du Japon et enquêtait sur du lourd là-bas. Il a disparu en loupant une téléportation après avoir fui une menace.
Dans la cave de Seamus, il y a Nelson. Nelson aime le poisson. Il tue ceux qui sentent le poisson. C'est comme ça. Nelson, il vient de la Chine profonde. Ou d'un truc genre Tibet ou Himalaya.
Une vision du futur montre Seamus et Nelson devant des profonds.
D'autres visions du futur montrent Seamus se faire aider par des russes pour défoncer du pont abyssal.
Parks va retrouver sa dernière graine Kaupman.
Il y a certainement un sphinx dans la région de Guadalupe. Une créature de l'inconnu extrêmement difficile à tuer.
La carte indiquée par votre serviteur montre tous les points où le voile pourrait trop facilement se déchirer.
Il y a monsieur Clark, de la cellule Licorne qui a été manipulé par le père Keanu Kanuala pour essayer de tuer dans un restaurant japonais Seamus, Jessica et Sarah.
Darryl, il est ami avec un vampire proche des bêtes. Ce vampire proche des bêtes, il est ami avec une rate un peu spéciale, bien grosse et toute blanche, qui appartenait à "yoyo", un gitan itinérant tué dans la région de Guadalupe.
Là-bas, dans la région de Guadalupe, il y a peut-être des anges de la mort et des fantômes.
Kaupman, il a peur, il va demander un truc aux chevaliers. Juste un petit truc. Un truc pas dangereux en apparence. Mais quand même.
La propriété dans laquelle les personnages vont devoir s'introduire pour rendre service à Kaupfman appartient à un homme d'affaire lybien,Tarik Al Bessad, un monsieur spécialisé dans les arts et livres anciens. Très spécialiste. Chez lui, il y a en particulier Trevor Thompson, un monsieur à qui on ne la fait pas et qui prendra la peine de mettre aux trousses des chevaliers des "passeurs" si ces derniers révèlent qu'ils contrôlent le temps. Hé, c'est qu'il a bien remarqué quand même que c'était embêtant ces arrêts du temps qui survenaient de plus en plus. Ceci dit, il y a des choses intéressantes dans le manoir Al Bessad, notamment quelques ouvrages indiquant des endroits "chauds" de cette planète.
Seamus, il a des photos qui sont bien cool. Y en a une pour les îles Tonga, une pour l'Antarctique, une pour l'île de Mann et une autre qui est à l'île des Pins. Là-bas, y a des portails. Oh oui. Et ils mènent dans des endroits chauds et humides, croyez-moi.
Kaupman, il connaît aussi "Cannibal Joe", un type qui a tout pour survivre à un hiver nucléaire et qui ne fait plus vraiment confiance au gouvernement américain. Il a de quoi fournir du matos ou de l'aide pour filer dans les dunes de sable de Guadalupe.
Janus Jabert, un monsieur avec des gouts pas orthodoxes pour les jeunes filles, très jeunes filles qu'on trouve à Pattaya a délivré une autorisation de creuser aux chevaliers. L'autorisation définitive devrait arriver d'ici quelques jours.
Les macarons de Cynthia sont vraiment pas mauvais. On verra quand je pourrai manger ceux de Jessica.
Le bon chiffre pour affronter un sphinx, c'est cinq. A priori.
C'est le 21 juillet. Il faut beau. Mais il ne sentira pas bon le sable chaud.

24 Juillet.
Cinq chevaliers : Mort, Famine, Pestilence, Guerre et Colère de Gaia.
Ca y est, il est arrivé plusieurs trucs pour les chevaliers.
Bon, en premier lieu, ils n'ont pas encore rencontré "Cannibal Joe", mais c'est normal aussi, il a eu peur de la flopée de types au courant à propos du Surnaturel qui ont pointé le bout de leur nez à Guadalupe.
Y avait mr Johnson, de son vrai nom Elias Cutlas, qui est un chasseur. De fantômes essentiellement. Il travaille pour le compte de Lance Palmer, le frère du sénateur Dewey Palmer. Des mecs puissants. Il est chargé de s'occuper de la sécurité de Betsy Palmer, une jeune fille qui a reçu très fort le don de percevoir l'inconnu et qui se retrouve trop souvent dans des endroits liés à l'inconnu. Faut voir quand même que la mère de Betsy n'était pas un être humain tout à fait ordinaire, hein. Ça... Une ange que c'était. Peut-être que sa fille est destinée à en devenir une. En tout cas, les chevaliers l'ont sauvé elle et son fiancée Mickey. Fallait être idiot, aussi, pour partir dans les dunes de sable de Guadalupe où des tas de rumeurs de disparition avaient cours.
Y avait les chevaliers, bien sûr, débarqués en grande pompe finalement quand on considère que certains d'entre-eux ont des physiques d'agents spéciaux.
Puis y avait aussi les agents spéciaux du gouvernement, chargés de récupérer des créatures étranges. Ils ont essayé de capturer Steve Mc Cornill, membre d'un groupe de motards gay surnommé les "fuckers", un individu dont le véritable secret n'est connu que par les O'Reilly. Prévenu par un ange de la mort, après que lui et ses compagnons aient défait le sphinx, Seamus s'est téléporté pour sauver celui qu'il doit sauver. Il s'est retrouvé dans un endroit où il est clair qu'il va enfin avoir quelques explications sur son passé et son statut de gardien du masque de nacre.
On peut dire que le Sphinx de la cité sous le sable était aussi un personnage à part, réveillé par mégarde dans le cadre de la reproduction d'un rituel, il a donné du fil à retordre au chevalier avant de périr grâce aux pouvoirs de téléportation de Seamus qui put amener tout le monde dans le domaine de la créature. Et puis aussi sans doute au pouvoir de mort de Sarah et aux capacités de combat de tous les chevaliers qui réussirent à chacun frapper simultanément la créature afin de l'expédier ad patres avant qu'elle n'ait temps de s'enfuir en se téléportant.
Je pourrais parler de Kenzo, le japonais aux muscles surdimensionnés, ou de Chen, le chinois au ventre énorme, qui travaillent pour Crawford Miles mais je n'ai pas encore rêvé d'eux beaucoup, bien que je pense qu'ils fassent une excellent équipe avec Abott Grevisse et Don Tilezzi, les deux derniers membres du quatuor de choc de Miles.
Je pourrais aussi parler de LUI, après l'apocalypse, lorsque tout le monde et toute vie animale a disparu de la terre. Il veut mon masque, il me veut moi, il veut que je le rejoigne pour être complet. Mais non, désolé, il aura beau avoir déjà absorbé l'ombre, je crois que j'ai compris. Il ne peut être totalement un Dieu que s'il a le pouvoir consenti de l'ombre et de l'oracle en lui. Et Jessica qui ne comprend pas pourquoi je ne mange pas ses macarons.
Je sais aussi que dans la cave de Crawford Miles, en utilisant les baguettes du "Gardien" remises par Miles à Seamus, les chevaliers ont trouvé la porte d'un des gardiens du seuil. Je trouve sympa que, mine de rien, ce dernier ait informé les chevaliers d'un des plus grands pièges qui pourraient leur arriver : cesser de croire en eux-mêmes. Il a parlé de ce Jack, le dernier investigateur à avoir franchi une porte dans son domaine. Il est tombé sur une succube qui lui a fait croire que son univers n'était que le produit d'un holodeck dans l'univers de Star Trek. Ce dernier a tout fait pour sortir de l'holodeck et maintenant il nourrit la succube par les émotions qu'il génère dans la réalité virtuelle fabriquée pour lui par la succube.
Enfin, je me dis que c'est peut-être pas mal que tous sauf Mort aient pris conscience du fait que sous la Cité s'étendent autant de monde. Ils ont vu les créateurs des six mondes physiques de la ligne horizontale : Giulia, Licorne, Cendre ou Jane, Yul Jon, David et Vic. Ils n'ont pas su qui était le créateur du septième monde. Un monde où un 28 est devenu l'ombre et a transformé peu à peu toutes les autres ombres en son avatar.
Dans le troisième monde, celui de Yul, ils ont vu qu'il y avait une ligne verticale. Et sept mondes également. Les quatre mondes déchirés et les trois mondes d'à côté.
Je ne regrette pas d'avoir dit, aussi, ce que je pensais des graines aux chevaliers. L'idée est quand même que les 28 sont séparés en quatre groupe de sept dans quatre mondes parallèles et qu'en faisant germer des graines, ils créent les réceptacles des 21 autres 28 qui ne sont pas dans leur monde. Lorsque la fin sonnera, ils se réuniront mais qu'adviendra-t-il des 72 graines ainsi créées ?
A moins, bien sûr, que ces graines n'aient jamais vraiment existé que pour permettre de soutenir le fait que les 28 soient déchirés en quatre. Mais je me complique la vie à réfléchir à tout ça. Je reviens à l'immédiat : Kaupman a rencontré les chevaliers, leur a révélé qu'il possède le don d'illusion. Pas le don le plus inintéressant d'ailleurs parmi les 28.
Les chevaliers se sont inquiétés de savoir s'ils possédaient eux aussi leur don.
Ils croient que ce n'est pas le cas. Mais pourtant, ils devraient savoir. Leur don, ils l'ont déjà. Qu'est-ce que ça voudrait dire, sinon, de pouvoir être Mort, Guerre, Famine, Pestilence, Colère de Gaïa, Ruines et Folie...
C'est tout aussi bien, après tout, que de pouvoir posséder d'autres pouvoir comme l'immortalité, le vampirisme, la télépathie ou la téléportation...
Je n'ai pas encore bien regardé le futur par contre. C'est pas moi qui décide après tout. Entre le contact qu'ils se sont fait avec Mr Johnson (pour Palmer), la connaissance qu'il y a des agents gouvernementaux s'intéressant à des menaces liées à des créatures du genre profond ou "crevettes de l'espace", les possibilités offertes par l'Octogone et celles données par la Save, les chevaliers ont vraiment de quoi voir venir.
Ah oui, j'ai oublié de parler du bateau ou du vaisseau. Ils ont aussi trouvé Ronan Kalounec. Ce qui est bel et bien. Il est un des trois qui ont survécu et qui survivront toujours, lui, après tout. Un des trois qui sont aussi le Cocu et le Vampire. Ou LA. J'ai oublié.
Ouais. Comme je préfère oublier les trois futurs possibles qui ont été présentés aux chevaliers.
Dans le premier, les étoiles meurent. Et je vous raconte pas le merdier que c'est au niveau de la société qui a replongé dans une sorte de féodalisme.
Dans le second, les barrières physiques et spirituelles sont mises en place, mais ce sont des planètes qui ont pété. Je ne crois pas qu'on puisse parler proprement d'un futur clair. Mais au moins ceux qui ont le pouvoir sont les gouvernements, les corpos et une sorte de flotte. Il n'y a pas de monstres ou de démons qui dirigent les hommes.
Dans le dernier, c'est une vision d'un futur ou des surhommes peuvent guider les hommes... Mais pendant combien de temps avant que ceux qui vivent entre les couches ou que ceux qui ont oublié qu'ils étaient des hommes ne viennent faire la guerre ?
Je ne sais pas pourquoi la vision du sixième monde n'a pas été donnée. Ou qu'il n'a pas été aussi plus montré la possibilité de l'Apocalypse. Je mets de côté, la vision de celui qui pense vraiment que nous sommes tous dans un holodeck depuis le départ et que nous pouvons nous réveiller. C'est une vision qui est commune à presque tous les mondes.