mardi 31 juillet 2012

Ostéopathe.

Pas là le monsieur si chaudement recommandé.
Pas du tout là.
DU TOUT.
Je vais devoir travailler sur moi pour la douleur.
Ca va pas le faire d'attendre de l'appeler le 15 août pour un rdv encore plus tard.
Et sinon, j'espère qu'on pourra reprendre nos séances de jdr de la semaine, cong. Ca va manquer sinon...
Je vais me sentir en manque. Quitte à ce que ça soit moi qui maîtrise.

La page du jour en attendant.
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/trenteetunjuillet2012.htm



lundi 30 juillet 2012

Jour 16, Voyage en Ecosse 2012

La page du jour :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/trentejuillet2012.htm

Et la terrible constatation que c'est pas pareil une journée de retour...
Parler avec les voisins, d'accord.
Se vider les tripes ou reprendre des mauvaises habitudes, facile.
Laver le linge, une première cela dit, pour moi avec c'te machine...
Faire des tartes au citron.
Se couper le doigt.
Boire du vin...
Enfin voir un épisode du trône de fer.
Ne pas recevoir de câlin de son con de chat stressé.
Ben tiens.
Je pourrais raconter de manière romancée le quotidien. Mais les pages du jour me suffisent pour ça.

Ah si.
Le retour du blog d'Horus, un autre post au retour des vacances.
http://horus-le-chat.blogspot.fr/2012/07/dretour-la-maison.html

dimanche 29 juillet 2012

Jour 15, Voyage en Ecosse 2012

Ce qui est dingue, outre l'heure à laquelle je me couche, c'est de songer que j'étais ce matin tôt à Stirling, vers 9 heures à Glasgow, vers 15 heures à Paris et vers 20 heures à Bourges...
Pas de problèmes techniques au retour.
Juste à gérer ma peur de l'avion.
Heureusement que j'ai le voyage de l'esprit. En fermant les yeux, je vois défiler des tas de paysages et scènes et je peux me concentrer parfois sur certaines choses.
Je pense que d'aucun appellent ça le voyage astral. Mais que ceux-là se gourent. Je verrais ce genre de voyage comme encore plus détaché de son corps et de son environnement.
Non, là, moi, j'entends quand même des choses autour.
Mais il n'empêche, je pourrais peut-être tenter de voyager comme je le fais en avion tous les jours. S'échapper dans des lieux étranges et inconnus par le simple pouvoir du cerveau qui déverrouille les pistes des paysages mentaux.
Alors, alors, alors.
Quelles images retenir du voyage ?
Hu ?
Si je devais au final n'en prendre que huit pour faire une page du jour ?
La baie de Tobermory, bien sûr.
Corrimony, un centre de l'univers, évidemment.
Le pub de Corrimony.
Une vue depuis Ulva, n'importe laquelle.
Un aigle sur son arbre.
Une loutre (peut-être) qui plonge à Bathing Pool près de Glengorm.
Le visage rougeaud du fait du coup de soleil du type qui fait le ferry vers Ulva.
Le tobermory cat.
Plaf.

Alors.
Comment laisser des choses encore en suspens ?
Revenir... Vite. Mais il y a tant d'autres endroits à visiter. Mais l'Ecosse est facile pour tomber amoureux. Ce n'est pas si loin de chez nous et c'est plus évident d'accès que ces terres du genre Australie, Amérique du Nord-Ouest, Nouvelle Zélande ou éventuellement Afrique du Sud
Alors.
Que dire.
On risque de revenir. Chaque année. Ne serait-ce que pour une semaine.
On risque fortement.
Et si je devais me livrer au jeu des images de la journée...
Bonne crise de rire ce soir au jeu de rôle (que ça fait du bien d'en faire un pour ne pas regretter trop le retour).
Un trèfle dans le jardin des parents de ma femme trouvé directement.
Le super petit déjeuner de ce matin.
Le petit frère de ma femme super heureux de son appareil photo.
Le père de ma femme qui vient nous chercher.
Les gens qui boivent de la bière dès 9 ou 10 heures du matin.
Un craquage à l'aéroport sur une dernière bouteille de whisky.
La musique assez à fond dans la voiture pour tenir le coup, je suis décidément vraiment amoureux de la BO d'Akira.

La page du jour pour finir :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/vingtneufjuillet2012.htm

vendredi 27 juillet 2012

Jour 14, Voyage en Ecosse 2012


Sur le retour
Tôt le matin, trop tôt départ pour Craignure, son joli ciel, ses fichues midges et l'attente du ferry. Plaf un trèfle pour compenser celui perdu la veille, si, si, si...
Passage rapide par Oban pour un petit arrêt à Tyndrum dans mon magasin préféré... Ah ah ah... Et un p'tit ledaig, jeune, certes, mais bien portant, et à pas cher s'il-vous plait.
Déjeuner dans un coin qui doit être aux alentours de Loch Luvaig, mais sous la pluie, et avec quelques midges, et pas dans le meilleur endroit.
Petite balade à Callender, un bled éminemment touristique qui fait le joint entre les Highlands et les Lowlands. Nous avons eu le temps de voir la cascade qui fait une des attractions du coin.
Puis amarres larguées à Stirling dans un B&B avant de balader un peu au centre ville et de profiter de la ville le soir... Trois pubs effectués, pour l'apéro, un autre apéro et manger et après la balade pour goûter une ginger beer épicée à l'orange.
Ma femme n'a pas voulu rester dans le dernier pub pour écouter le chanteur.
Des images fortes ?
Le château de Stirling qu'il nous faudra visiter un jour.
Le gay son with pink shoes à la cascade de Callender, je me suis foutu de sa gueule, d'en haut, alors qu'il glissait sur les rochers, j'ai relativement bien glissé (en allant quatre fois plus vite) lorsque je suis allé au pied de la cascade.
Le terrain qui s'étale dans les hauteurs de Callender entre Lowlands et Highlands.
Le pub où nous avons mangé mais dont la carte a dû changé depuis notre guide du routard. A vrai dire plusieurs bars de la ville proposent exactement la même chose, une chaîne a dû acheter pas mal de bars m'est avis.
La vue depuis le château de Stirling, on comprend l'importance stratégique de l'endroit.
La boutique de whisky de Callender où j'ai résisté à l'achat d'une version du Ledaig que je pense avoir déjà.
La bouteille de Ledaig, 1972, à 299 livres dans la même boutique qui me fait me dire qu'il faudra que je gagne assez de sous un jour.
Page du jour, au fait.

Jour 13, Voyage en Ecosse 2012


Bye Bye...
Quoi ?
Un dernier jour avec un peu de, huuu... de nostalgie pour moi...
Ou je ne sais quoi. Sans doute le fait d'avoir perdu les lunettes comme un con.
Et aussi le fait d'avoir à quitter c't'île et peut-être de n'avoir pas été aussi actif que les autres années. Le confort de l'appartement n'incite pas forcément à se lever tôt et permet de rentrer tranquille manger à midi ou faire la sieste.
Bref.
Glengorm Castle encore pour faire la balade qui mène aux pierres levées puis jusqu'à Dun Arra et Bathing Pool.
Grand moment de silence et de tranquillité au bord de la mer. Les pieds dans l'eau, je filmais les formes qui émergent du fond de l'eau lorsque j'ai entendu un squick et aperçut à 90 % une loutre plonger (les phoques descendent, les loutres plongent) à quelques mètres de moi.
Elle n'a pas voulu se remontrer. Pensée magique, près d'une petite mare où j'avais aperçu une grenouille, je me suis dit que si je trouvais un trèfle, ça voudrait dire que j'avais vraiment vu une loutre mais en ouvrant mon carnet collecteur pour y placer le trèfle trouvé, je me suis rendu compte qu'en plus des lunettes j'avais perdu le trèfle trouvé sur Ulva.
Grmbl.
Deux ou trois courses au restaurant du château et déjeuner ici avant une sieste un peu trop longue. Début d'aprèm consacré à essayer de faire les magasins pour trouver mes lunettes et trouver la « police station » (fermée bien avant l'heure de fermeture).
Qu'importe. On avait envie de rester un peu sur Tobermory de toutes les manières. Bières locales à la pression pour un « Plockton day » comme l'année dernière avec un bout de l'après-midi à glander devant des verres. On a pu sympathiser un peu avec un couple de hollandais et un couple d'anglais. C'est facile de parler avec les gens dans les pubs.
Mais j'envie la facilité avec laquelle les hollandais parlent trois langues.
Enfin bref...
Dîner à la maison après avoir acheté des produits au fish'n chips et bu sur le dessus de nos trois pintes deux ginger beer. Ouais. Pas cuite. Mais griserie. Griserie du départ.
Cette nuit j'ai même vu un épisode d'absolutly fabulous réalisé pour le début des jeux olympiques, ce qui changeait d'être vissé le soir sur Food Network.
Hum.
Pas de Tobermory cat aperçu également aujourd'hui mais je suis devenu son deux millième «j'aime » sur facebook sur l'initiative de ma femme.
Donc deux liens aujourd'hui...
Le facebook du chat de Tobermory.
La page du jour.
Et en ce qui concerne les images du jour...
La station de police avec personne dedans dix minutes avant l'heure de fermeture.
La loutre aperçue du coin de l’œil pendant mon bain de pieds.
Le petit cercle de pierres près de Glengorn.
La foutue baie de Tobermory, tout simplement. Éclatante dans le soleil.
Le merle et le moineau évoluant au milieu des tables au pub.
Se tenir sur Dun Arra, des ruines au sommet d'une butte, au-dessus de la mer.
La petite route qui continue vers on ne sait où à côté du terrain de golf sur les hauteurs de Tobermory.

jeudi 26 juillet 2012

Jour 12, Voyage en Ecosse 2012


Yeux loin
Visite de l'île d'Ulva aujourd'hui. A peine le dixième de l'île exploré et un paysage magnifique. Je me suis fendu de conneries que j'ai hâte de revoir en commentaires vidéos. Ça me forcera peut-être à retourner sur toutes ces vacances que je n'ai jamais revues.
On a aperçu un aigle sûr, deux peut-être.
Mais c'est surtout une question de paysage, côte, roches basaltiques, mer, ciel bleu, sous-bois, fougères, couleurs des champs en fleur, silence...
Peu de monde va sur Ulva et il n'y a carrément pas de ferry le samedi, c'est dire.
Donc, en échange, c'est préservé..
Le reste de la journée, balade dans l'art garden de Calgary et retour ici pour apéro et manger à l'appartement.
Chercher mes lunettes aussi.
Deux jours que je sais pas où elles sont...
M'est avis que je les ai paumées comme un con.
C'est plutôt embêtant, et ce d'autant plus que mon œil non herpès est particulièrement fatigué (et c'est lui qui a besoin de correction).
Je ne vais pas me prendre la tête maintenant. Des lunettes, ça se refait. Et sans passer par l'ophtalmo, trop long.
Hum.
Ulva.
Je repense à cette balade. Sans doute la plus belle pour l'instant du séjour et peut-être des séjours en Ecosse...
Évidemment, on ne peut pas comparer avec l'incroyable beauté des paysages changeants dans les rocheuses, mais il y a quand même le bonus de la mer et d'apercevoir aussi un peu de vie sauvage...
Allez, je retiens quelques images :
- L'idée de commenter avec une bêtise vaguement crasse les vidéos.
- La ferme marine en face de nous pendant qu'on mangeait. Tu m'étonnes qu'ils ont facilement sur Ulva des produits marins.
- Le petit cottage réaménagé avec l'histoire de l'île et de cette femme qui est restée jusque dans les années 50 avant de capituler.
- La balade à travers les fougères pour retrouver le chemin qu'on avait perdu.
- L'aigle aperçu par ma femme et que j'ai pu observer aux jumelles.
- Le coup de soleil du gaillard qui nous emmenait en ferry. Rouge tomate le pauvre.
- La marée basse et le ciel bleu au-dessus de Calgary.
- Pour ma femme (parce que moi je ne l'ai pas vu, ça s'est passé quand elle est allé s'acheter des coquilles St Jacques en beignet), le chat de Tobermory qui dérange les voitures.
- Les deux cyclistes qui ne nous entendent pas avec le vent et leur casque au sommet des collines.
- La route, bien sûr, enfin du moins le chemin que nous avons pris.
- Les champs aux couleurs qui ont stupéfait ma femme au début de notre balade.
- Les incroyables formes des racines d'un arbre toujours vivant, bien que couché dans le jardin d'art de Calgary.

La page du jour, allez :

mercredi 25 juillet 2012

Jour 11, Voyage en Ecosse 2012

Loch loch loch...
Partir fut dur.
Mais bon.
La ferme locale en premier. Formidables produits en viande, je suppose. Je n'ai acheté que les saucisses à l'ail et aux herbes, une tuerie.
Glengorm café ce matin, une occasion de baver sur les bâtons de marche et de goûter un vrai expresso avant une balade vers le bord de mer et de nombreuses vaches des highlands. Beau bord de mer, j'ai pu inaugurer mon carnet népalais acheté hier avec un trèfle.
Manger à midi ici, avec enfin du boudin de Stornoway et les fameuses saucisses.
Sieste bien méritée...
Balade l'après-midi vers un loch situé avant Dervaig, essentiellement utilisé pour la « sea food » et les balades en vélo. Un peu de midges, un peu, même pas mordu, eh eh eh, ou en tout cas même pas mordu de manière significative.
Balade ensuite à Calgary beach, histoire de profiter du bord de mer et de tenter de voir des loutres. Echec sur les loutres et pas de balade dans l'art gallery de Calgary, ma femme était un peu fatiguée, et c'est vrai qu'il était tard.
Dîner encore à l'appartement, on ne fait pas trop marcher les restaurants locaux, une quasi dizaine pourtant avant une petite balade nocturne jusqu'à la marina histoire d'avoir une vue de la ville de nuit et de tous les yachts qui trônent dans la baie.
Les meilleures images ?
La fichue ferme locale pour les fromages ou des produits de la ferme. Jardin magnifiques et très bons produits.
La baie à Glengorm. Une sorte de bout du monde tranquille remplie de fleurs, définitivement il vaut mieux choisir le mois de juillet pour visiter l’Écosse.
Un chat noir aperçu sur la route assez loin de toute habitation...
La baie après Dervaig. Hou.
La baie de Calgary, hou.
Et tiens... Une panne de réseau ?
Hu. Ha... Bon, shit happens... Je ne pourrais peut-être actualiser ma page que demain.
Pas grave...
J'ai quand même eu de la chance jusqu'à présent...
Un peu plus tard le lendemain matin...
Ah... Voyez...:)
La page du jour, tiens, en attendant...

mardi 24 juillet 2012

Jour 10, Voyage en Ecosse 2012


Wild rain...
Je dis quoi ?
Glande le matin, wild life excursion, glande en rentrant, petite balade avec apparition du chat de Tobermory et Pub juste à côté... Pitin de pub, d'ailleurs. Mon préféré au niveau du décor jusqu'à présent. Et une bonne ambiance avec pas mal de locaux...
Food network le soir pour cause de lecteur DVD maudit. Gni.
Concernant l'excursion, nous partîmes à neuf avec le guide, un couple de York, un couple de je ne sais pas où (ils étaient discrets) et leurs deux jumeaux de quatorze ou quinze ans pour faire des arrêts dans les endroits où on peut apercevoir des oiseaux, des phoques et des loutres.
Au bilan ? Quatre aigles dont trois dans un des « spots » les plus connus de l'île, une loutre, des tas d'oiseaux et de phoques.
Un peu dur le matin à cause du foutu vent et de la pluie, temps d'autant plus rude qu'il fait 30 degrés à Londres en ce moment et ensoleillé et sec sur presque tout le Royaume-Uni...
Mais on a eu le même mauvais temps au même endroit l'année dernière, donc, hein...
Le climat est moins rude à Tobermory, forcément, c'est un port, c'est protégé.
Nos compagnons de voyage étaient des geeks des oiseaux, je suppose, et je dois avouer que j'aime ça les gens qui ont une passion, c'était intéressant à observer, en particulier le guide qui fait vraiment, vraiment, vraiment le boulot qu'il adore.
Des images à conserver ?
- La statue de cerf dans le parc artistique de Galgary.
- Le chat rouquin de Tobermory (finalement pas mort) qui nous accompagne un moment.
- La petite salle du pub où nous nous sommes posés avec ma femme.
    - Le partage des sandwich le midi, avec les gamins qui se sont bien jetés sur les sandwichs au jambons que justement nous ne mangions pas.
- Les aigles. Un de mes totems. Vraiment des animaux majestueux. A travers le télescope, c'était presque magique.
- Le phoque planté sur un rocher presque trop petit pour lui
- La loutre près de l'île d'Ulva qui nous fait supporter le vent, la pluie et le froid.
- La vue depuis le sommet de Tobermory.
- Le taureau noir des highlands, pitin, le bestiau de folie

Bref. Demain nous ressortons la voiture. Trois jours qu'elle n'a pas bougé.
Sinon, la page du jour :

lundi 23 juillet 2012

Jour 9, Voyage en Ecosse 2012

My socks are wet
Hu ho...
Dans le chapitre des trucs cons...
Mon super carnet où j'ai fait quelques dessins et placé mes trèfles à pris grave l'eau aujourd'hui, presque autant que mes chaussettes.
J'ai toujours occasion de faire de la morve de toutes les couleurs, dix jours que je suis pris, au minimum, cong.
J'aurais pu m'éviter de mouiller mon carnet en fermant mieux la poche de mon K-way. J'ai en partie tenté de le sécher en le passant au micro-onde, mais c'est le temps qui va finir par y faire.
Nous n'avons pas fait grand-chose l'après-midi, trop mauvais temps.
On pourrait résumer la journée par lever assez tard, glande, balade jusqu'au phare, retour par le terrain de golf, dîner ici avec des choses sympathiques de la boulangerie locale, glande, faire les magasins (où je me suis acheté dans un truc qui vend des machins népalais une chemise et une p'tite statuette de Ganesh), courses, revenir au salon de thé qui fait des chocolats pour trouver porte presque close, balader sous la grosse pluie dans les hauteurs de Tobermory, rentrer trempés, expérimenter la dernière galère avec le lecteur DVD, boire de l'ale, de la ginger beer achetées en bouteilles, faire à manger, passer sa soirée devant food network...
Les galères du DVD player. Ah pitin, on a tout eu : le lecteur qui ne se lance pas, un DVD oublié dans le lecteur récupéré par les propriétaires, le nouveau lecteur qui plante, les DVDs gravés par un pote qui ne fonctionnent pas. Conclusion ? Toujours pas de Trône de fer le soir. Malédiction.
Mais demain c'est mon anniversaire de choix, celui qui est le plus important où des vrais changements peuvent avoir lieu. Une petite cérémonie personnelle en perspective, tiens, pour l'occasion...
On doit aussi visiter les coins où on peut voir les animaux sauvages avec un guide.
Pas beaucoup d'images de la journée, donc, dans la vidéo ou dans l'appareil photo, mais si je devais encore retenir quelques images :
- Le golf de Tobermory, avec le vent qui souffle à fond ainsi que les hauteurs des falaises par un p'tit chemin que je nous ai fait emprunter.
- La fille qui vend les truc népalais qui se précipite vers nous sous la pluie parce qu'on a oublié la toute petite statuette de Ganesh (que ça me fait plaisir de ne lui mettre qu'un n).
- La grosse rigolade sur la sente glissante et très pentue quand j'ai voulu filmer ma femme qui descendait.
- Une grosse rigolade aussi sous la pluie battante de l'après-midi.
- Le p'tit monument aux morts avec tous ces gens qui ont les mêmes prénoms ou nom de famille.
Mais bref... Les prochains jours seront plus actifs... Histoire de compenser pour les deux jours où nous n'avons pas sorti la voiture.
Je vois, je vois... une balade autour de l'île – obligé. Éventuellement Iona ou une autre île. Essayer de mettre à profit le p'tit guide sur les monuments et l'histoire de Mull.

La page du jour :

dimanche 22 juillet 2012

Jour 8, Voyage en Ecosse 2012

Le puits de la vierge Marie...
Tober, puits.
Mory, Marie.
C'est simple pourtant, non ?
En bas les échos du pub me font regretter d'être casanier le soir, mais en même temps, le foie et les finances ne suivront peut-être pas et j'ai bu déjà à la maison. Pas violent. De la ginger beer et un verre de Ledaig. Mais plus, c'est pas mon truc. Bien sûr, on peut boire des trucs sans alcool ou du cidre, mais je ne sais pas... Pas pareil.
Or donc, au chapitre des bonnes nouvelles, le chat mort n'est pas mort, il est juste vieux et juste la vedette de la ville. Quand il dort, on dirait juste qu'il est mort.
J'ai prévenu les proprios de l'appartement pour rien.
J'ai aussi trouvé mes trèfles au bout d'un chemin comme ma p'tite voix me l'avait dit cette aprè-s-midi, pleine vue sur la ville, depuis un quai au loin emprunté pour un chemin qui mène jusqu'à Aros Park, joli parc pour pique-niquer et petit étang rempli de nénuphars.
La journée est restée très légère.
Rien le matin, si ce ne sont des affaires domestiques : courses, linges, s'inquiéter pour un chat mort qui ne l'était pas, essayer de faire marcher le lecteur de DVD. Du coup, d'ailleurs ce dernier a été changé mais il est parti avec le DVD 1 de ma saison du trône de Fer. Hum. Pas pu voir les épisodes. On s'est rabattu sur les bonus.
Midi, j'ai fait des carottes façon comme je peux avec double cuisson (eau et poêle) et rajout de raisins secs et de noix de cajous pendant que ma femme essayait de comprendre le linge qui sèche (et en fait le ramenait)... Fish'n Chips, sur le port, pour elle, ramener en « emporté » et pas dégueu du tout ma foi.
L'après-midi, nous avons opté pour la balade qui mène jusqu'à l'Aros Park... Longer la côte sur quelques centaines de mètres jusqu'à un étang en croisant une cascade et diverses essences végétales dont le très envahissant rhododendron.
Petit pub court, le soir, où on a goûté un cidre et une bière qu'on ne connaissait pas (c'est vrai qu'elles se ressemblent beaucoup les bières ici, mais en même temps elles ne font pas mal à la tête).
Dîner à l'appartement le soir avec option pour voir le trône de Fer et se rendre compte, que non, pas de premier DVD. On s'est rabattu sur la télé (une émission de dingue sur les problèmes de poids suivi par une émission médicale sur l'état des testicules) et sur les bonus de la saison 1 du trône de Fer.
Ma femme a laissé un message aux proprios, j'espère qu'ils l'auront. Ça me ferait chier d'avoir à recommander le Trône de Fer. Ou de faire graver le premier DVD...
Quelles images de la journée alors ?
Ce foutu chat rouquin que je pensais mort, pas mort. Bon sang, ça m'a fait quelque choses quand j'ai su qu'il était vivant. Il a eu l'air de très bien réagir à ma présence, d'ailleurs, puisqu'il s'est levé quand je l'ai caressé pour sentir mes chaussures et s'en aller poser pour un photographe...
Ces foutus trèfles avec vue sur Tobermory.
Un putain d'arbre avec une partie de son tronc penché et plongé dans l'eau auprès duquel on se sentait incroyablement bien.
La rue principale de Tobermory, juste un p'tit coin de paradis.
L'intérieur des deux églises vite visité, d'un côté une sobre église évangéliste, de l'autre un bâtiment désacralisé qui accueillait quelques ventes.
Un livre dans la bibliothèque locale qui parle des contes de l'île...
Horus aperçu vaguement ce matin à travers la webcam.
La cascade aperçu lors de la balade.
Moi qui soigne par l'épaule le mal de pied de ma femme. Les capacités pour soigner les autres se développent de plus en plus depuis cette année et quelques opérations personnelles ainsi que la visite à la guérisseuse...
La vue sur la baie depuis la fenêtre de la maison, tout simplement.
La bouteille de Ledaig, ouverte cette après-midi devant cette fenêtre, évidemment.
Bref, bref, bref...
Oui, une journée pépère. Et demain le sera aussi. Demain, il pleut fort dans l'après-midi, les balades vont être perturbées... Est-ce qu'on se fera un château ? Pourquoi pas...

La page du jour en attendant :

samedi 21 juillet 2012

Jour 7, Voyage en Ecosse 2012

On the way to heaven...
Pas eu le temps de dire au revoir à Michaël... Il n'était pas là ce matin... Mais ainsi est son métier, rencontrer surtout des gens de passage.
Prise du ferry ce matin, j'ai résumé la dernière partie de Pathfinder dans le bateau.
Arrivée à Mull et départ pour Lochbuie pour faire la même balade que l'année dernière, une belle balade qui donne sur la mer et qui finit sur un cercle de pierres mais que nous avions fait par mauvais temps. Une belle balade oui. Qui fait aussi passer devant la chapelle de Saint Kilda.
Alors ?
Eh ben, une encore plus belle balade avec le soleil. Au chapitre des plus par rapport à l'année dernière :
- Marcher plus loin sur les terrains entourés par l'eau et pris par les moutons, on a pu même y déjeuner.
- Couleur bleue de l'eau qui reflétait celle du ciel.
- Balade un p'tit moment avec le baladeur sur les oreilles en écoutant du Fat Boy Slim.
- Marcher sur la plage, bien plus à marée basse.
- Marcher dans l'eau, avec comme point d'orgue se poser un instant dans l'eau, exposé aux quatres éléments, le sable, le vent, le soleil et la mer.
- Un aigle et un cerf aperçu en plus de tas de lapins.
- Absolument pas de midges...
- La chapelle de St Kilda détendus, pas mouillés...
- Vouloir prendre tout son temps pour faire la balade et le faire.
- Les poules de la ferme où on a acheté les œufs qui nous ont bien fait marrer.
- Des moutons en pagaille pas tous farouches, tout comme un lapin pas très peureux près du cercle de pierres.
- Plus de temps au cercle de pierres puisqu'il n'y avait pas de midges.
Le seul bémol, je me suis coupé en prenant un tout petit bout de rocher et j'ai taché comme un con mon pantalon. Bien mineur. Ah, si. Pas de trèfles également, mais Mull ne m'a pas réussi pour ça et sa magie est autre.
Les bémols de la journée sinon ?
Pas grand-chose, si ce n'est ce pauvre chat écrasé non loin de là où nous logeons. Pauvre bête. C'est une rue où il est impossible d'aller à plus de 25 à l'heure... Je n'ai pas voulu voir le cadavre de près, ça a retourné ma femme. J'ai une faiblesse avec les chats, je n'y peux rien.
Ne pas être resté pour le troisième tour du quizz au pub en bas. Vachement bien comme ambiance, surtout en buvant de la ale, détendu...
Toujours constipé, peu ou prou. Saleté d'avion.
Sinon, ici à Tobermory, c'est le rêve... Une vue magnifique, tout le confort (internet, télé), une laverie automatique pas trop loin, un magasin qui ferme à dix heures, des restaurants et des pubs comme on veut, un joli petit appartement...
Ouais, on est bien ici. Ma femme a bien choisi. Ce soir, je suis un peu crevé mais demain j'irai faire un tour de nuit sur le port.
Pour sûr.
Quels ombres et quels fantômes charrie cette ville ?
Ah, si... Un p'tit texte qui m'est venu dans la balade et qui fait écho à un autre apparu en balade hier aussi...
Je les cite dans l'ordre...
«  - Je suis de Fort Lauderdale » répondis-je à la pute qui s'en allait faire son affaire dans la salle de bain...
Fort-Lauderdale, pensai-je... Je n'y ai jamais foutu les pieds et cette fille va s'en rendre compte si elle perçoit les points d'accent français dans ma voix ».
I washed my hand over her dead body, and I yelled: I'm a Connelly, I'm an assassin.
I washed my hands over her dead body, and I yelled : I'm a Connelly, I'm an assassin.
Then she stood up and fought me back. I thought : «  Nevermind, I'm a Connelly, I'm a fighter, I won't be afraid of those damn undead ».
Moui, moui, moui...
Bref...
Trois images majeures à retenir de la journée ?
Le cerf aperçu de loin par ma femme.
L'incroyable bleu du ciel avec moi les pieds dans l'eau.
Ce pauvre agneau blessé à une patte qui marche seulement sur trois pattes.
Mais trois, ce n'est pas assez. Les trois vieux sur des chaises devant la chapelle, le lapin au cairn, les poules ridicules, le cercle d'arbres autour d'un vieux cairn avant le cercle de pierres où des gens s'arrêtent pensant qu'ils sont déjà arrivés au cercle de pierres...
Hum... Et la fichue ambiance dans le pub avec le quizz cette nuit.
Trois images, ce n'est pas assez...

La page du jour, au fait :

vendredi 20 juillet 2012

Jour 6, Voyage en Ecosse 2012



Walking on a slightly wide side...
Ile de Kerrera aujourd'hui.
Le temps le permettait. On a eu un peu froid (rarement), très chaud (pas mal de temps) et moyen assez souvent.
Pas de trèfles, rage. Mais ça, c'est perso. A la fin du voyage, seulement, maintenant.
De magnifiques baies et paysages par contre. Absolument à faire et à voir... On a dû arriver sur l'île vers 9 heures moins 10 pour repartir à plus de 16 heures... On a eu juste deux pauses. Une petite sieste et le repas dans le tea garden, un sorte de snack / salon de thé tenu pas des babos... Sandwich au pâté de saumon pour ma femme et soupe du jour et « toastie » pour moi, plus des carrot cakes mais sans le icing (ce qui arrangeait ma femme), pas près avant dix minutes...
De la grosse balade, je retiens des tas de trucs :
- Je fais pipi dans la nature, paumé, pour entendre l'arrivé du facteur sur son squad...
- Le border collie albinos qui a répondu quand je l'ai appelée et dont nous avons des photos magnifiques.
- Le château de Gylen, un p'tit fortin tombé pour manque d'eau (ce qui est un truc fou en Ecosse) situé sur un site magnifique qui valait le détour.
- Une magnifique ronde d'arbre près d'une ferme, sans doute y avait-il dans le temps un cercle de quelque chose au milieu.
- Une vache peu farouche que j'ai pu approcher et caresser.
- Le cabanon où nous avons mangé ma femme et moi, préférant fuir le soleil.
- L'énorme arbre auprès duquel jouaient des petites filles dans une ferme. Un endroit parfait pour passer des vacances gamin.
- Un petit bâtiment qui accueille un centre de secours pour les perruches et perroquets...
- Le calme tranquille pendant très longtemps en faisant la boucle de l'île à l'envers du sens de la visite.
La soirée est moins riche, mais tout de même...
- Courses au Coop et puis au Tescoe pour trouver une « crabbie's » à un prix plus intéressant.
- Tentative de trouver un jouet pour Kilda dans un pet shop, en vain.
- Bière dans un pub, devant la rue principale, en essayant une bière au gingembre pression pour ma femme et une guiness cold pour moi. C'est vrai que c'est un beau sport d'être assis là comme ça, à regarder les gens passer.
- Beaux morceaux de musique de Michaël, l'homme à tout faire de l'auberge, un allemand qui a décidé de s'installer en Ecosse. Je suis allé le voir jouer hier, mais il lui manquait des gars de son groupe... Il a de très entraînants morceaux de sa composition. Il faudrait qu'il s'enregistre. Vraiment...

Pas de visite de la ville en nocturne, pas de distillerie... Non.
On reste dans la chambre ce soir, peinard... Parfois, ça arrive en vacances et c'est moins dispendieux...

Et sinon, y a 7 ans...

mercredi 18 juillet 2012

Jour 5, Ecosse 2012


Foi de voyageur sous la pluie...

Nouvelles de France, mon Horus est sous surveillance et antibiotiques plusieurs jours. Bon. Il stresse. Comme son maître quoi.
Bref, je reviens plus vite que d'habitude, il ne devrait pas s'en faire longtemps.
Plein de rêves cette nuit qui incluaient le refus qu'on ampute ma jambe, un éloge d'un rédacteur sur le producteur exécutif d'une télé pour enfant, la volonté d'analyse des gens de droite pour l'élection d'un Dupont-Aignan et ma demande à William Lemergie, de France 2 d'assister à un débat en coulisses.
Bref.
Passons.
Pluie et visite écourtée (pas vu les forts et un des bleds) de l'île de Luing. Une île de paysans, de marins et de gars qui travaillaient dans les carrières d'ardoise... Plusieurs images restent : les carrières, justement ; le départ des oies sur un bras de mer ; un type mort en 1934 à 27 ans dans un incident de carrière avec sa mère et son père décédé en 43 et 46 et un jeune frère mort jeune. Le dernier frère a dû mourir en 63 et sa femme en 66, bizarre de se souvenir de tous ces chiffres, hein ; le petit ferry pour faire la centaine de mètres qui sépare Luing de Seil ; la randonnée de 13 kilomètres impossible à faire sous la pluie.
Petit arrêt au retour près d'une baie où des phoques se prélassaient sur une île.
Repas à midi ici, à l'auberge de jeunesse, après quelques courses. Pas plus mal. Mais pas dc sieste.
L'après-midi, le Sea Life, un tout petit centre avec aquarium, deux loutres, un phoque et accueil de bébés phoques.
Les images ? Les deux loutres, le trèfle enfin trouvé et rangé dans le carnet prévu à cet effet, quelques poissons rigolos, les enfants allemands qui ont énervé ma femme, l'horrible kitsch de la boutique de souvenirs.
Un peu de shopping entre juste un magasin de livres et la boutique de la distillerie Oban, mais sans rien acheter.
Repas au pub d'en face, le Lorne... J'ai goûté le Oban, qui a sur le fini des notes de café, réglisse, poivre, bois cendré et qui est étonnamment doux. Très buvable en dépit de la note de réglisse que je lui trouve. Repas classique sinon, un à côté d'onion rings, un fish'n chips et pour moi du haggis et du black pudding frits (si si si) avec des frites aussi. En dessert l'apple pie avec crème, à partager à deux. Avec la guiness du début de repas et la demi-pinte de bière locale (pour ma femme), de quoi étouffer un chrétien. C'est pas la même technique qu'hier au restaurant japonais, pour sûr...
Ma femme est déjà couchée, en attendant d'aller dans un autre pub. Je ne garantis pas qu'elle soit capable de se lever, tiens... On verra. Je ferme aussi les yeux cinq minutes et j'attends de voir si le médicament contre la constipation va faire effet. Saloperie d'avion. Ça a toujours le don de me bloquer.
Demain on espère un temps couvert mais non pluvieux pour faire l'île de Kerrera... On espère... On verra, hein...
Houps. Update de dernière minute, femme au tas, chacun son tour... Vais-je aller au pub tout seul ? Hum... C'est quand même moins bien... A réfléchir.
Je poste en ligne le bousin du jour et on verra bien d'ici quelques minutes...
Une jolie image sur mon côté, une mère et son fils qui dînent... J'aime bien les couples comme ça, un parent, un enfant... Il y a du fusionnel... quelque chose de parfois de plus que dans une relation classique...

Jour 4, Ecosse 2012


Au sud d'Oban...
Ce matin, route vers Kilmartin... Là-bas, une église avec des vieilles pierres tombales et plusieurs cairns alignés ainsi que deux cercles de pierre.
Une balade de deux heures ou deux heures et demi selon le guide qui nous en prend quatre, pour pique-niquer sous la pluie et prendre un café au musée local afin de se réchauffer.
L'après-midi, route vers Seil pour balader à Ellenabeich, un village qui était occupé dans le temps par des ouvriers travaillant dans les carrières d'ardoise...
Le soir, l'Itedaki-Zen, le restaurant végétalien japonais aperçu hier. Pas dégueu du tout, je pourrais facilement faire un de mes repas de la journée comme ça... Mais ça serait un peu dispendieux...
Or donc, une journée sans grand-chose à raconter en apparence au regard du choc des photos...
Comment comparer un cairn à un autre cairn ?
Comment comparer tel coin de l'Ecosse à un autre coin de l'Ecosse ?
Avec les images qui restent dans la tête...
Trois images ?
La peau de léopard dans le petit magasin d'Ellenabeich... Rho la la la. Sans compter l'exposition sur l'artiste allumé du coin (peintre, poète et écrivain)...
Le cairn avec la pierre mystérieuse dans la chambre duquel on peut accéder en faisant rouler une trappe.
L'intérieur du restaurant japonais.
D'autres images ?
Les incroyables décors sur la route Oban – Kilmartin, la paix et la tranquillité de Kilmartin, le chat noir d'Ellenabeich et aussi les lapins partout, la queue de véhicules voulant sortir d'Oban et bloquée par des travaux sur à peine 5 mètres, les moutons, chèvres et vaches de Kilmartin, une maison à Kilmartin qui avait toutes les qualités requises extérieures pour être hantée, un écureuil à queue blanche aperçu sur la route vers Seil, le pont qui enjambe dix mètres de flotte pour relier Seil au continent, le carrot cake acheté sur le chemin et qui attend d'être fini dans le frigo...
Je me serais bien juste passé du mal de crâne qui continue. Le foie pas encore droit et les yeux qui s'ajustent bizarre...
Ouais. Je m'en serais bien passé.
Dodo tôt encore ce soir, histoire de rattraper le coup, je suppose...
Demain, il pleut toute la journée au moins autant que cette après-midi, on est pas encore sûr de notre programme...
Hu ?
Au niveau mystique ? Ce que ça fait tous ces cairns ?
Le plus extraordinaire restera Corrimony mais j'ai bien aimé la p'tite voix qui me dit tu trouveras ton trèfle au pied de la pierre levée, plaf. Trouvé.
Ou le regard avec la vache, je me penche et je trouve le premier trèfle de la journée.
Ou toutes ces impressions visuelles en touchant les pierres des cairns...
Mais ça, on s'en fout, c'est du registre du personnel, de la foi...
Et tiens, en parlant de foi, il faudrait que je trouve la foi en mon foie, cong... Sérieusement.

Et sinon la page du jour :

mardi 17 juillet 2012

Jour 3, Voyage en Ecosse 2012

So can you just tell my the name of the place where you are going to play ?
Kelvin...

Bon... Je serais bien retourné à Corrimony ce matin, mais la petite voix a fait non, tu es malade, tu vas contaminer l'endroit...
Et malade, je l'ai bien, bien, bien été...
Entre un truc un peu druidique shamanique sur le site pour se débarrasser de vieux maux et prendre quelque chose, entre le coup de froid, entre le mal de crâne, entre la crise de foie du fait de l'alcool d'hier (en partie, parce que j'ai moins bu qu'au Clachaig Inn justement, sachant que ça ne m'avait rien fait l'année dernière), entre le syndrome de Gilbert qui n'a pas supporté la dose de Paracétamol... Huuuuu.
Au tas.
J'ai dormi sur la route, fait le zombie lors de l'arrêt à Port Appin, gerbé tout le liquide que je pouvais. J'ai fait un p'tit tour en arrivant à Oban. P'tit, puis sieste tout l'après-midi ensuite...
Il n'y a qu'après manger et des aspirines – tant pis pour l'estomac, le foie lui refuse le paracétamol – que j'ai pu bougé, moins atteint par l'ignoble mal de crâne qui me tenaillait...
Et ben je peux dire que ça a rattrapé la journée.
Oban, y a beau avoir des coins à touristes, c'est joli et puis c'est tout...
Le château en hauteur où j'ai trouvé un trèfle...
Les maisons dans les sommets qui donneraient envie de gagner au loto pour s'installer.
Le port avec le soleil couchant et les mouettes...
La distillerie de la ville...
Le restaurant japonais vegan découvert par hasard...
Le magasin de chaussures où pour une fois j'ai flashé sur des trucs qui valent 55 euros...
Mais bref...
Un bon coin, des gens sans doute sympas, une bonne discussion avec l'employé allemand qui s'occupe des fleurs, il est arrivé définitivement en 2006 et ne quittera pas l’Écosse...
Il joue dans un groupe, dans un bar, le mercredi soir...On ira le voir...
Et on a déjà un planning de trois restaurants : japonais vegan, indo-pakistanais et pub...
L'internet n'est pas dans la chambre, mais tant pis, ch'uis pas là pour ça, j'irai actualiser les pages du jour après la douche...
Pitin de journée. La première aussi malade en vacances, mais il fallait ce qu'il fallait pour vaincre plusieurs maux...


La page du jour : http://www.lapagedujour.net/juillet2012/dixseptjuillet2012.htm

dimanche 15 juillet 2012

Jour 2, voyage en Ecosse 2012


Jour 2...
Bien... Je dois avouer une légère pression intérieure...
Les raisons ?
L'amour de ce pays.
L'amour du whisky, je sors d'un bar qui est un des meilleurs bars à whiskies de Grande Bretagne... J'ai goûté deux versions du Ledaig que je ne connaissais pas et m'en suis fait recommandé une bien chère qui me sera difficile à trouver...
Deux bières dans les pattes (une demi pinte d'une amère et un truc vieilli dans des fûts de whisky) ainsi que cinq single malt (un basique, deux ledaig, deux maccalan)...
La visite gratuite du château d'Urqhart après un bon tuyau du gars de l'auberge de jeunesse où nous nous trouvons...
Une jolie balade à Glen Morisson (sans certitude, j'accuse un léger trouble alcoolique, le pire du séjour je pense, enfin, tout dépend de ce qui se passera sur Mull).
Les retrouvailles avec Corrimony et une connexion particulière dans le tunnel qui mène vers la chambre mortuaire. La sensation de jeter une vieille peau pour en prendre une nouvelle.
Un petit rituel mystique et personnel.
Le gros coup de froid qui me met au tas, certes, mais aussi dans un état second.
Les deux portions en hors d'oeuvre de haggis plutôt qu'un hors d'oeuvre et un dessert qui me font découvrir que je suis loin d'être un végétarien dans l'âme...
Des bonnes nouvelles d'Horus, mon chat va bien.
Le mal de crâne dû à l'alcool qui se mélange au mal de crâne dû au coup de froid.
Les deux trèfles à cinq feuilles trouvés à Urqhart ou Glen Morrisson (je suis pas sûr, je vous dis).
Cette étrange sensation d'être au centre de l'univers dans la salle de pub de l'auberge de jeunesse où je me trouve tout seul...
Heure locale, il est proche de minuit...
Je pense que je ne vais pas tarder à tomber mais il y a une mystique qui se met en place, celle du guerrier solitaire, du lutteur du monde spirituel...
Ce qu'on trouve en soi, qui est là pour le voir ?
Qui sait vraiment qui on est à l'intérieur et quels chemins on a parcouru ?
Trois images de la journée ?
Corrimony forcément.
Les vaches des Highlands à Glen Morrisson.
Le chien de l'auberge de jeunesse ce matin, je sens que je veux un chien.
D'autres choses que j'ai oubliées ?
Le nombre de fois où on entend parler français (les trois autres occupants de l'auberge de jeunesse étaient des français), la balade dans Fort William (j'espère que c'est ça) avec le vendeur de vêtement qui est snowboarder et qui essaie d'apprendre le français, la bonnefemme enceinte qui dégueule de l'autre côté de la rue alors que je prend mon quatrième verre de whisky et que je pique le verre sans scrupules (j'ai laissé un pourliche qui couvre le prix du verre), le Steading (le pub où un serveur m'a fait découvrir le Ledaig, mais sans le serveur cette fois ci), la balade avortée à Corrimony près du cimetière parce qu'elle serait trop longue à faire...
Une excellent journée. Bourré ou pas...


Quinze jours, jour 1 Ecosse, 2012


Quinze jours...

Jour 1, Ecosse 2012
Mon chat est malade, le con... Vessie pas en forme, mais c'est le stress... Il ira mieux quand on rentrera...
J'ai trouvé un trèfle dans le jardin des parents de ma femme ce matin... Tant mieux, pour notre chance et pour Horus.
On a eu un problème technique dans l'avion, dérouté sur Birmingham (où il y avait des techniciens de la compagnie) au lieu de Cardiff.
Hum. Je revois le couple qui revenait d'Afrique du Sud avec la mari au chapeau, les deux retraités qui allaient à un mariage, les deux italiennes paumées, le pauvre italien encore plus paumé, pas de bol, mais solidarité dans les conversations...
Très mauvaise information de Flybe... Nous avons été à poireauter longtemps dans notre avion, dans le bus, dans l'aéroport, encore dans le bus, plus longtemps dans le bus et dans le nouvel avion...
C'est dur pour un phobique de l'avion, mais on est vivant.
Paysage et temps formidable entre Glasgow et Glencoe et la soirée initialement prévue au Clachaig Inn écourtée de trois heures... Nous avons pu écouter un groupe qui donnait «  Les Tonkerers ».
J'ai aussi lu « La leçon » de Ionesco. Plus ça va, plus c'est le théâtre que j'aime lire. Ça donne envie de jouer. Je jouerai bien aussi ce texte, surtout pour la progression dramatique de la fin...
J'ai la crève... Bien carabinée.
Je ne sais pas le résultat du test des appareils de Maleluka qui ont pris la pluie.
Je suis assez amoureux du coin et je revois tous ces clins d'oeil et sourires au Clachaig. Hum... Le meilleur pub de Grande Bretagne ?
Bonne discussion aussi avec un couple à la fin du concert et dédicace des musiciens sur la pochette du cd que je leur ai acheté.
Seule déception, le green welly shop était fermé, pas pu prendre le Ledaig que j'aime bien chez eux, mais on s'est arrangé pour manger sur place sur le pouce histoire de se caler un peu.
Trois seules images de la journée ?
- Le groupe, le soir, qui donnait avec le violoniste électrique qui pichait comme un gros sale et la copine du leader qui arrivait à faire vendre des cds par sa seule plastique (j'ai acheté le cd avant, je ne plaide pas coupable)
- La beauté des montagnes en arrivant à Glencoe.
- Le steward qui dort bouche ouverte comme moi, après s'être retrouvé passager parce qu'il n'avait plus le droit de bosser.
Un autre regret, les quelques heures volées à Glencoe, parce que arrivés en retard.
Mais tant pis. Nous sommes vivants. La fissure dans le réacteur n'a pas eu raison de nous...

samedi 14 juillet 2012

Sur le départ...Back To Scotland

J'ai mal au bras...
J'ai la crève...
J'ai la gorge qui racle...
J'ai normalement peur en avion...
J'ai une jambe qui tire...
Mais je m'en fous. La crève passera mieux au froid de là-bas qu'au cloisonnement d'ici après la fête de fin de       pestak...
Hum, depuis que ma femme n'a pas fait exprès de renverser du coca sur le clavier du netbook, j'ai aussi, la touche escape qui déconne un peu...
Mais le plus important c'est que ça soit la touche escape dans la tête qui ne fasse pas défaut :)  

La page du jour d'autres vacances, au fait :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/quatorzejuillet2012.htm

vendredi 13 juillet 2012

Nord SF

Revenir en arrière, sans les anecdotes, sans se relire, juste avec les souvenirs.
Laisser passer l'émotion...

http://www.lapagedujour.net/juillet2012/treizejuillet2012.htm

Mon foutu Karma était encore en vie, à l'époque, normalement...  Ou pas...
Pitin de mémoire.

jeudi 12 juillet 2012

USA 2005

http://www.lapagedujour.net/juillet2012/douzejuillet2012.htm

Oui, je pense que vu le nombre de photos, je peux tenir deux mois.
Deux mois pour même pas quatre semaines de séjour.
On en fait douze fois plus en une journée qu'en temps ordinaire.
C'est dingue de retrouver le passé comme ça. Dingue.


mercredi 11 juillet 2012

Y a 7 ans...

Bizarre de revenir en arrière, mais il n'est jamais trop tard, après tout.

http://www.lapagedujour.net/juillet2012/onzejuillet2012.htm

Vous allez manger des states.
Enfin...
Femme, tu vas manger des states. Mon blog m'indique que seule toi me lis, ce qui est aussi en gros le but.

mardi 10 juillet 2012

Nostalgie...

Là, non :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/dixjuillet2012.htm

Mais les pages qui suivent, si...
Je fais le journal des vacances d'il y a 7 ans, ça fait bizarre.
Vraiment...


lundi 9 juillet 2012

Gn'eu de rôle.

http://www.lapagedujour.net/juillet2012/neufjuillet2012.htm

Ca c'est pour la partie de ce week-end.
Que j'aime bien la SF et certains délires. Oui.

Y aura bientôt aussi quelques parties de l'été... Au programme, Shadowrun, StarWars, Icons, Pathfinder ou ADD... Et j'aurais bien fait aussi un Cthulhu histoire de voir ce qui me motive plus pour l'année prochaine.
J'aurais bien aimé que ma femme participe au délire un peu mystique / firefly like que je prépare sur StarWars avec d'un côté des contrebandiers et de l'autre des adeptes de la force dans les personnages.
Mais passons.
Les vacances aussi, c'est fait pour voyager.
Jour J moins pas beaucoup, pitin...

dimanche 8 juillet 2012

Coup de barre

http://www.lapagedujour.net/juillet2012/huitjuillet2012.htm

Fatigue, accuse fatigue des dernières semaines et de la folie d'hier et d'aujourd'hui.
Accuse vraiment.
Ch'ais pas si je vais pas tenter, pour la première fois, un journal de voyage en direct, cong. :)

samedi 7 juillet 2012

Pluie mais vraie.

D'abord ça :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/septjuillet2012.htm

Ensuite la cata pour la dernière représentation des vendredistes, la cata. Vraiment.
Pluie alors que jeu en extérieur;
Des plombes pour démonter un matos mouillé et une représentation finie dans une salle, avec juste des chaises comme accessoires.

Mais, on a vu qui était là, qui comptait et sur qui on pouvait compter.
Et ça, c'est bien.

vendredi 6 juillet 2012

Disque dur.

Opération de sauvetage de données effectuée aujourd'hui et de repos du bras. Ca kicke quand même un peu méchant ce que je me suis fait.
Ma mère et mon neveu sont repartis et avec des grosses galères de train.
Saloperie de SNCF, y a quand même vachement de bordel.

La page du jour est là :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/sixjuillet2012.htm

Vaguement stupide.

Et j'ai pris la décision de juste récupérer des photos de vacances pour faire mes pages du jour des vacances, tiens... Sans déconner.
Ca ira plus vite quand même.
Ou pas.

jeudi 5 juillet 2012

Boson

Dernière journée avec ma mère et mon neveu. Je l'ai emmené marcher près de l'étang où je passerais bien de temps en temps en vélo...
Cool.
Bonne discussion.
Il en avait sans doute besoin le môme.
On a mangé à la meilleure pizzeria de Bourges, bonne pizza, mais un goût de ranci soi sur la farine, soit sur l'huile piquante. J'ai manqué signaler cela. Ca baisse furieusement la note un truc comme ça.

Une jolie photo de chien à adopter transmise à ma femme (eh eh eh).
Une page du jour : http://www.lapagedujour.net/juillet2012/cinqjuillet2012.htm
Le début de la relecture des variations.
Un peu de zombie, flemme post pestak et devoir faire attention au bras quand même. J'ai mal quand je bouge trop ou conduit.

mercredi 4 juillet 2012

Chat de rôle 43, le retour...



Et sinon, oui, l'initiation du neveu s'est bien passée avec un irlandais disposant de pouvoirs de sorcier. :)
On a un DD externe qui semble avoir lâché. La grosse galère pour des tas de photos qu'on n'aura plus jamais, dont Horus petit. Chié.

La page du jour :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/quatrejuillet2012.htm

mardi 3 juillet 2012

Mademoiselle Bonsoir.

Le pestak donné par la troupe des adolescents de Maleluka fut magnifique. Une grande mise en scène, bravo.
http://www.compagniemaleluka.fr/?page_id=239

Sinon, moi :http://www.lapagedujour.net/juillet2012/troisjuillet2012.htm

Et moi encore : ne pas aider plus... Ca réveille la douleur.
Un merci aussi à Jean-Pierre Mercier pour le soutien à la troupe en espérant le revoir au printemps des poètes.


lundi 2 juillet 2012

Après pestak...

Tiens, un album...
https://www.facebook.com/media/set/?set=oa.470158569661080&type=1
Tiens une page du jour :
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/deuxjuillet2012.htm
Tiens, l'envie d'en faire plus.
" Les variations énigmatiques "
Tiens, une photo comme une autre.


dimanche 1 juillet 2012

Juillet...

Pouf...
http://www.lapagedujour.net/juillet2012/premierjuillet2012.htm

Et sinon, repas à la crêperie avec tout le monde, à 7, j'ai pu rejoindre tout le monde après avoir esquivé un concert que j'aurais bien regardé mais ça m'embêtait de louper le restau.
Et moins de stress qu'au premier pestak.
Sans doute parce que j'ai de la famille qui vient nous voir. Ca transcende.

Si tout se passe bien, j'aurais ramené deux copains de jdr, voire plus, 5 personnes de la famille, une ex de maleluka et son copain, quelques personnes à qui j'ai fait la pub du pestak... Yo.

Et cadeau...