samedi 31 août 2013

L comme Louvres...

Le beau a une vertu : il te permet de te dépasser.
Sans le beau, je n'aurais pas tenu avec la lombalgie et l'hernie.
Voltaire nu est beau.
Les français que j'ai découverts ou les flamands aussi sont beaux.
Le beau est l'essence de l'art. Le beau élève l'esprit. Le beau fait survivre.

Demain, moins de beau. Je rentre.
On essaiera de penser à Voltaire Nu. Au corbeau. Aux autres sphères.
http://www.lapagedujour.net/aout2013/trenteetunaout2013.htm

L comme lancinant.
L comme lisière.
L comme ludique.
L comme Latitude.

Ah, et puis un lien essentiel:
http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/voltaire-nu

vendredi 30 août 2013

L

L comme Lombalgie...
Ca dure de 2 à huit semaines...
Yeh.
On va faire ce qu'on peut alors pour tenir le coup avant de reprendre kiné et muscu...

http://www.lapagedujour.net/aout2013/trenteaout2013.htm

et ça aussi, tiens, pour demain...
http://www.lapagedujour.net/aout2013/trenteetunaout2013.htm

L pour lumière aussi.
L pour la putain de journée...
J'ai appris que je commençais un peu de presbytie, normal.
J'ai appris que j'avais que comme seul guérisseur possible ma pomme.
Pas la peine de compter sur les autres, de fait, puisqu'il n'y a rien à faire pour eux tant que je ne suis pas paralysé.
Donc, s'il n'y a rien à faire pour les autres, il ne reste que moi.
Lundi, c'est la grande rencontre avec le moi qui se remet actif.
Enfin, dans la mesure de ce que la Lombalgie lui met dans la gueule.
Je porterai la ceinture abdominale demain et puis tant pis, j'aurai pas vraiment plus mal qu'aujourd'hui de toutes les manières, et plus, ça voudrait dire bloqué.
J'ai décidé de ne pas être bloqué.
De ne plus l'être, pardon.

L comme Ligne. Ligne droite.
L comme Lascar, va me falloir en être un.
L comme Laguz, ouvert au hasard dans mon livre : Handbook of Rune Magic.
L comme Life.
L comme Loutre, tiens, aussi. Eh eh eh eh.
L comme Lost, Last, Lust, Liste des choses à faire.
Liste.
Non, pas Liste... Longue Liste.
L comme Louvre, demain. Tiens...

jeudi 29 août 2013

Un pas dans le vide...

Alors, un connard de merde de putain de tapis de danse mal porté me provoque l'hernie et je signe déjà pour mon quinzième mois à l'avoir dans mon cul.
Alors, l'hernie d'après le neurochirurgien n'a pas bougé.
Et la chose est simple : le problème, c'est la douleur. Puisque je peux quand même bouger (même si je n'ai pas le droit de courir, soulever, agiter ma colonne vertébrale), je dois voir ce qu'il en est pendant encore quelques mois.
Pendant encore quelques mois où il serait impératif pour pallier aussi au léger problème lombaire de plus en plus présent de faire du vélo, de la natation, du yoga et de se muscler.
Mais si je peux gérer la douleur, ne pas faire d'opération, c'est mieux.
Oui, mais.
Je suis handicapé du coup.
Oui, mais, c'est pas tout les médecins qui le reconnaissent le handicap vu que je n'ai pas de boulot physique.
Oui, mais, au boulot, on s'énerve forcément parce qu'on a des cas à gérer et la douleur quand je m'énerve, elle est bien là, présente d'une manière qui envoie le pâté et je ne guéris pas.
Oui, mais, de toutes les manières, il y a le plan du mental : comment supporter d'être dans un travail qui t'a coûté peut-être à vie un confort physique en te laissant incapable de soulever des charges ou de courir avec ton chien.
Oui, mais de toutes les manières qui pour reconnaître un accident du travail.
Oui, mais et la vague proche de la dépression qui m'a saisit en quittant le cabinet du docteur où j'ai claqué 130 euros pour moins de dix minutes de conversation...
130 euros sans déconner.
Ca fait cher le : bon, attendez trois mois et musclez-vous.
Très cher.
D'autant plus cher que la seule solution est bien de passer du coup les prochains mois à jouer à musclor en évitant de se tordre quoi que ce soit et en n'ayant pas d'occasion de s'énerver.
Hum.
Ecoute les signes.
Je rage de ne pas gagner d'argent. Mais je rage d'être devenu une loque cette année. Une loque sur le plan physique. Le point de non retour n'a pas été atteint. Il y a des choses pour m'aider à tenir le coup, une femme d'accord pour que je me soigne en laissant de côté le travail, le désir d'écrire qui va réapparaitre, le fait que si j'arrive à soigner les gens, je devrais maintenant essayer de me consacrer à moi-même, comme une sorte de dernière épreuve avant de faire le grand saut vers autre chose...
Le plus que je peux profiter d'avoir un peu de sosu, pas de scrupules, je le fais.
Le moins que je peux avoir l'occasion de m'énerver aussi.

Je remercie le serveur du bar où je me suis arrêté, à côté de l'oeuf cube. J'ai appris des choses sur les bières pression, j'ai découvert une scène rôliste parisienne et ça m'a fait plaisir.
Je remercie les parents de ma femme de m'avoir accueilli chez eux (et André pour l'excellent Cahors bu ce soir).
Je remercie ma femme qui accepte mon chemin.
Je remercie ma mère qui n'est pas en état et qui a eu des larmes au téléphone quand je lui ai dit que j'en avais pour quelques mois encore à voir si j'en chiais autant, elle m'a donné une raison pour essayer de ne pas en chier autant : ne pas la faire pleurer.
Je remercie les auteurs des trucs que j'ai achetés aujourd'hui : Seattle 2072, Cthulhu pour Savage World et un recueil sur des familles pour le jeu du Trône de Fer.
On va essayer de mettre tout ça à profit cette année.
Oui, ça sera comme un signe.

Un pas dans le vide d'un monde nouveau. Tournons la page dès la rentrée, tiens.
Tout est dit.

La page du jour.
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtneufaout2013.htm

mercredi 28 août 2013

Faisons simple...

Un lien utile :
http://www.cracked.com/article_19296_6-lies-about-human-body-you-learned-in-kindergarten.html/?utm_source=facebook&utm_medium=fanpage&utm_campaign=new+article&wa_ibsrc=fanpage

Deux pages du jour :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingthuitaout2013.htm

http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtneufaout2013.htm

Et rien de plus.
Ah si, ça...
Hu.
Ah non. Pas ça...
J'aurais cru pourtant.
http://www.lapagedujour.net/trucsdejdr/saworeloaded.rtf

La fiche de l'aide de jeu sur laquelle j'ai bossé.
L'aide de jeu plus tard.

Je sais. C'est que des trucs de geek.
Et alors ?
:)
Eh eh eh eh eh...

mardi 27 août 2013

En vrac...

J'ai vu les deux derniers épisodes de la saison 3 de Game of Thrones. J'étais bien spoilé sur la mort d'un des personnages en lisant le jeu de rôle, mais j'imaginais pour les autres assassinés.
J'ai passé la journée à rédiger des règles de création pour Savage World, plus pulp, plus fast et surtout avec une correspondance vers mes jeux fétiches.
J'ai reçu un supplément pour Shadowrun où le pnj le plus emblématique du jeu, qui était justement fait pour être imbuttable parce que sans fiche, se retrouve avec une fiche (ridicule au regard des limites de compétences de l'édition 4 du jeu)...
J'ai quoi... Rien d'autre.
Mais ça m'a tellement occupé que j'en ai oublié d'appeler ma mère...

Je laisse la page du jour, quand même :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtseptaout2013.htm

Conclusion :
Voir si je peux prendre le temps de lire les Game of Thrones (c'est pas dit, les premières lignes du premier roman m'ont vite gonflé, je déteste quand on ne sait plus qui parle, il n'y a pourtant que trois personnages, mais bon...)
Réfléchir à refaire quelques parties dans l'univers de Westeros ?
Garder la tête occupée pour ne pas penser à mercredi.

lundi 26 août 2013

Fête de quoi ?

Fête des marais ce matin.
Anniversaire, mais avec peu de monde présent cette après-midi.
Deuxième partie du week-end, et donc quatrième partie, à l'improviste finalement presque, de Necessary Evil...
J'aime beaucoup ce que je peux rajouter dans ce jeu d'éléments que j'ai au niveau de l'ambiance dans Shadowrun, Torg, In Nomine Satanis...
Le pitch d'être des résistants donne bien envie et ce que je peux faire après la campagne final ouvre aussi des portes et des perspectives.

http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtsixaout2013.htm

J'ai même les bases pour reprendre en main des éléments de deux choses qui me plaisent à mettre : Gurps Time Travel et Illuminati.
Des conspirations et des possibles voyages à côté (dans le temps ou parallèle).
Le système de jeu en dépit de mon doute sur ses limites hautes roule très efficacement en combat.
Bref.
Faut que je contacte le copain Alexis qui vient ici dans une quinzaine pour savoir s'il veut ressortir son gros bill de Shadowrun ou s'il veut tester un jeu qui envoie le pâté méchant.

dimanche 25 août 2013

Les rêves plus vrais que les jours.

Ah mon dieu.
Encore un peu plus de présence, plus de mémoire, et zou, je pourrais être bon pour préférer vivre dans les rêves que dans la vraie vie.
J'étais sur les planches avec une comédienne et deux autres acteurs cette nuit. Le pied.
Mais passons.
Une bonne soirée chez Astrit pour son anniversaire.
Une page du jour effacée par mégarde et totalement paumée.
La page du jour de demain aujourd'hui, donc :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtcinqaout2013.htm

Et l'envie de retourner à des rêves plus vrais que les jours.
Vite.

samedi 24 août 2013

Merci à ma femme.

Et merci aux trois autres ce soir (Guillaume, Geoffrey et Arnaud).
Pour la partie.
Le reste de la journée a été dans le coton.
Mais la partie, parfait.
Un excellent jeu en somme sur la mécanique et les idées.
Je vote Necessary Evil / Savage Worlds débarrassé des éventuelles quelques rigidités de création pour une des campagnes de cette année du coup.
Voiture récupérée également. Un petit sentiment de liberté.

Je reviens sur la partie, j'ai fait jouer sur un voyage dans le temps et le fameux paradoxe de créer certains de ses ancêtres ou des figures qui comptent du présent et ce fut bon.
Les personnages ont sans doute été manipulés à certains moments mais comme ce sont des méchants, c'est bien normal ma brave dame qu'un espion arrive à ses fins (avoir le pouvoir).

Ils vont être étonnés mes personnages joueurs quand ils vont découvrir ce qu'ils ont contribué à créer.

Allez, la page du jour sinon :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtquatreaout2013.htm



vendredi 23 août 2013

Karma, 8 ans.

http://www.lapagedujour.net/aout2013/karmavingttroisaout2013.htm

Normalement, j'ai rien à rajouter.
Merci à Jean-Pierre pour le repas de ce soir.
Merci à mon foie d'avoir tenu toute cette année.
Merci à mon crâne de ne pas me mettre plus mal que ce soir demain matin.
Merci au garage qui a dit qu'il fallait une semaine pour trouver une panne et qui l'a fixé déjà depuis lundi sans que je ne vérifie mon répondeur.
Je sais pas le faire ou en tout cas, ça m'énerve pour passer les messages.

jeudi 22 août 2013

Lune, pleine...

Et ça
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtdeuxaout2013.htm

Et franchement, hein...
Rien d'autre.
Du moins qui concerne les foules :)
En ce qui me concerne, on va dire : chat, corbeau.

mercredi 21 août 2013

Poésies ?

Allez, une lune pleine et ça sera peut-être mieux demain.
Page du jour :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtetunaout2013.htm
Et poésie :
Tu vois...
Tu vois la montagne là-bas ?
Tu ne peux pas la grimper...
Tu vois la rivière là-bas ?
Tu ne peux pas la traverser...
Tu vois la ville là-bas ?
Tu ne peux pas l'habiter...
Tu vois le chemin là-bas ?
Tu ne peux pas l'emprunter...
Tu vois le temple là-bas ?
Tu ne pourras jamais y prier
Tu vois l'homme là-bas ?
Tu ne pourras jamais l'embrasser
Tu vois la femme là-bas ?
Tu ne pourras jamais l'aimer.
Tu vois l'horizon là-bas ?
Tu peux toujours essayer...
Tu vois les étoiles là-bas ?
Tu peux toujours les observer.
Tu vois ton reflet là-bas ?
Tu peux toujours t'en moquer.
Tu vois les autres là-bas ?
Ils t'ont toujours dit quoi décider.
Tu vois ton âme en toi ?
C'est d'abord là que t'aurais dû regarder.
Tu sais ce qu'il y a de vrai en toi ?
C'est la force de ne pas écouter.
Tu sais ce qu'il y a de pur en toi ?
C'est l'envie de tout transgresser
Ne pleure pas, ne sombre pas.
Tu es le souffle de ta vérité
Tu entends ma voix ? entends ma voix ?
Remets toi à marcher.
Tu vois la montagne là-bas ?
Essaye maintenant de grimper.

Elle m'a dit...
Elle m'a dit : arrête.
Je n'ai pas voulu.
Elle m'a dit : continue.
J'en ai fait qu'à ma tête.
Elle m'a dit : encore.
J'ai laissé tout tombé
Elle m'a dit : plus fort.
Je me suis arrêté..
Je n'ai jamais aimé.
Je n'ai jamais aimé.
Écouter la muse avide
Lorsque j'ai l'âme livide.
Elle m'a dit : j'attendrai.
qu'il y ait des couleurs
enfin sur ton portrait
Et c'est les yeux rieurs
que je lui ai répondu
Allez mets toi toute nue !
J'ai toujours aimé...
J'ai toujours aimé...
embrasser la muse attendrie

Lorsque j'ai l'âme fleurie...

mardi 20 août 2013

Down

Encore un peu down, dormi, regardé la télé et rien de notable...
C'est normal, c'est la saison.
Je crois sincèrement que je me suis laissé jusqu'au 23 Août, l'anniversaire de la mort de ce pauvre Karma il y a si longtemps maintenant.
Il me manque ce chat.
J'en ai jamais eu des aussi affectueux finalement.
Ma femme a Kilda pour compenser.
La chienne peut être câlin, mais un chien, c'est pas un chat. Si j'aime les deux, je préfère les chats.

Bref.
La page du jour pour se plonger dans autre chose que le morose.
Et peut-être la pleine lune pour m'aider demain :)

http://www.lapagedujour.net/aout2013/vingtaout2013.htm

lundi 19 août 2013

Le rôliste.

http://www.lapagedujour.net/aout2013/dixneufaout2013.htm

On peut dire que ça m'a aidé cette semaine.
Parce que pour le reste, j'ai plongé.
J'ai pas de choix si je veux survivre, faut remonter la pente.
C'en est là.
On reprend le yoga et la gym.
Déjà.
J'attends le kiné aussi avec impatience.

dimanche 18 août 2013

Les résultats, allez.


Sur la page du jour, les résultats, allez :

Je me laisse le week-end pour déprimer / décompresser et je me reprends en main lundi sur le yoga, l'hygiène de vie.
J'ai bien senti que j'avais fait un plongeon ces derniers jours quand même.
Nager. Surface.
Surface.
Surface.

Corbeau. Image de plus en plus nette et précise.
Je mettrai sa photo à un moment ou un autre.

samedi 17 août 2013

IRM

Bon ? Pas bon ?
Eh, je suis pas médecin.
Mais j'ai laissé couler la journée, un peu dans le flou et les aberrations.
La page du jour :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/dixseptaout2013.htm

Et je posterai mieux demain.
Merci aux gens pour la partie de Deadlands ce soir et à ma femme pour la balade de cette après-midi.

Edit.
Non, finalement autant le faire ce soir.
J'ai l'image du corbeau au phare de Tobermory qui s'impose encore à moi.
Sortir de mon océan.
Avoir la force incroyable de cet oiseau.
Sortir vraiment.

Bon, évidemment, j'ai toujours l'hernie au cou et un truc du genre début d'hernie au lombaire, je ne sais même plus le nom que ça a. Je regarderai ça demain.
Mais au final, c'est pas ça le pire.
Le pire, ça a toujours été mes dépendances ou mon incapacité à croire que je pouvais être comme le corbeau.

Sortir de l'océan.

vendredi 16 août 2013

Necessary Evil

La page du jour :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/seizeaout2013.htm

Le merci à Alexandre, Romuald et Clarisse pour m'avoir laissé tester Necessary Evil cette après-midi.
Hu.
La feuille de personnage simplifiée et peu gourmande en encre :
http://www.lapagedujour.net/trucsdejdr/feuillepersosimplesavage.pdf

C'est tout.
J'ai passé le temps à essayer de comprendre pourquoi c'était plaisant en dépit de ce qui ne me plaisait pas de prime abord.
Et j'ai su cette après-midi. Fun et Fast.

jeudi 15 août 2013

Heureusement qu'il y a le jdr et la bière.


Pitin.
Quand tu crois que t'as fini, t'as pas fini.
Patience et longueur de temps.
Vendredi je dépose la bagnole au garage, je récupère mes IRM et je tente de recommencer à écrire.

Là, j'ai une idée à la con pour du jeu de rôle, mais vendredi je saurai qui est le plus cassé de moi ou de ma voiture.
Je préférerai la voiture.

Sinon, ma femme a créé un personnage d'éco-terroriste, je me suis fardé les trois autres membres principaux de sa cellule : son frère - Super Connard (qui aime bien se la jouer et se la péter), un crétin aisément manipulable après que sa secte se soit faite détruire - Nazi, un type tétraplégique et milliardaire avec des capacités mentales qui leur sert de financier.
La cible du groupe terroriste ? Les dirigeants de Monsanto.
Et pas proprement.
Ca m'a occupé l'esprit de les faire.
Comme les bières qu'on a goûtées : deux bios nouvelles trouvées chez Carrefour et les deux types de Guiness (bouteille ou canette).
Il y avait aussi à Carrefour le très sympathique (même si jeune) whisky bio que j'ai sifflé depuis Guérande.
J'espère que c'est pas de quoi me préparer à une déception vendredi.

mercredi 14 août 2013

Post-Jeu

J'ai donc téléchargé pas mal de trucs du jeu que j'ai fait hier soir, histoire de me rendre compte d'autres options possibles.
Et je me suis permis d'entamer un des jeux que j'ai dans cette gamme là, Necessary Evil.
Il y a de l'idée pour le genre super-héros.
A creuser à tête reposée une fois que j'aurais eu le résultat des IRM.
En baladant une heure avec la chienne ce matin, je me suis quand même fait la réflexion qu'en dehors des quelques aberrations statistiques de ce jeu, il avait une base mécanique assez simple et plaisante pour initier facilement des gens à certains genres de jeu, dont le pulp (surtout le pulp).
L'idée sous-tendue dans le jeu est facilement transposable en D100 pour Cthulhu d'ailleurs, en permettant aux personnages joueurs de prendre comme ils veulent le résultat du D100...
Mais passons.
L'échelle de base du jeu est aisément transposable sur mes jeux fétiches...
D6 = 11 (Torg) ou 7 (Shadowrun) et c'est du +3 ou du -3 par niveau supplémentaire. Je le note et je m'en félicite.
Plouf. C'est noté, et basta.

La page du jour, tiens plutôt :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/quatorzeaout2013.htm


mardi 13 août 2013

Rejoué

Alors, alors, alors, alors...
La page du jour...
http://www.lapagedujour.net/aout2013/treizeaout2013.htm

Et effectivement, oui, j'ai cru que j'avais IRM.
Or donc, de corvée d'amener ma femme au boulot pour cause de voiture défaillante, de faire l'essence avec un problème de pompe, de fermer le réservoir, de me gourer d'endroit à l'hosto...
Et quoi ?
L'après-midi en l'air avec hosto, attente, examen, médecin et longue attente, examen rapide...
Heureusement qu'il y a eu un créneau pour acheter un cadeau pour la fête de ma femme (dont je ne connaissais pas l'existence) et un autre créneau pour des courses rapides et une excellente idée de tartine : pain à l'épautre brioché grillé avec dessus des rillettes de noix de St Jacques.
Ouais, ouais, ouais, j'ai des idées parfois.

Enfin bref, bref, bref... Bloqué comme un con à la maison demain.
Et de fortes chances que la voiture nous lâche.
J'aimerais bien l'amener au garage, il faudrait qu'on arrive à se caler ça un après-midi ou un matin. Sans doute vendredi.

La lumière du soleil dans la journée, c'est qautre trucs :
- Fêter un peu la fête de ma femme le soir et parvenir à lui acheter un truc.
- La partie de jeu de rôle de ce soir pour se changer les idées.
- Le fait que mon EMG ne laisse rien paraître au niveau des canaux carpiens, réparés pour l'instant.
- Une petite discussion avec Omar aperçu à l'improviste à Easy Cash où j'ai acheté le cadeau de ma femme.

:)

lundi 12 août 2013

Sinon, j'ai joué au jeu de rôle.

http://www.lapagedujour.net/aout2013/douzeaout2013.htm

Sinon, j'ai joué au jeu de rôle.
Bien.
Un bon rôle de pauvre type un peu crétin qui aurait rêvé de faire l'armée et qui a comme modèle absolu Captain America mais qui a tout raté à cause de sa phobie totale de l'avion et de ses handicaps d'apprentissage.
Un bon métier à la con : ramasser les cadavres des animaux.
Une troisième dans ma vie de joueur : flinguer un autre personnage joueur.
Une bonne ambiance : Z-Corps, un truc avec des zombies que tu dois fuir, pas moyen de faire autrement.

Une jolie balade, bien que courte, dans les marais avec Allan et Pete. Un peu triste qu'ils soient partis et qu'ils vivent si loin.

L'IRM demain.
La voiture un peu plus qu'un brin en rade mais pas de certitude pour trouver un mécanicien.
Le risque de ne plus avoir de deuxième voiture.
Bah.

Une bonne matinée, une bonne après-midi.
Ne nous plaignons pas.

dimanche 11 août 2013

The day

Sancerre, La Borne, Bourges by night.
De la poterie, des lumières, des beaux paysages.
Deux rencontres de gens qu'on connaît totalement à l'improviste et par hasard.
Deux trucs plus français tu meurs que j'ai goûté. L'andouillette et les escargots.
Allan et Pete n'ont pas voulu tester l'andouillette.
La semaine prochaine sera plus light.
En tout.
Sinon, j'ai le foie qui va crever :)
Bref, y a des beaux coins, quand même dans le Cher.
Trois images de la journée ?
Le musée de la céramique à La Borne.
L'exposition de Jean Luc Belleville à La Borne.
La vue depuis la Tour de Sancerre.
La cathédrale de Bourges éclairée la nuit.
Je sais.
Ca fait quatre.
Je compte pas pour ma femme le nombre de chats qu'on a vu aujourd'hui.
Great day.
Really.
I will miss Allan and Pete.

http://www.lapagedujour.net/aout2013/onzeaout2013.htm

samedi 10 août 2013

Allan et Pete

Très content de recevoir deux diables de Tasmanie.
Allan et Pete sont très sympas.
J'ai pu leur faire faire un tour express de Bourges et une sympathique balade une fois ma femme récupérée.
On a un souci de voiture qui peut être emmerdant ou trèèèèèèèèèèèèès emmerdant.
A voir.
Je veux pas me prendre la tête avec ça.
J'avais invité un peu de monde mais avec les vacances, les obligations de l'été et seulement un délai de 5 jours sur l'invitation, c'est normal, hein...
Merci à Fabrice d'être passé.

Demain, La Borne et Sancerre et des haltes autour.
Bourges by night ensuite.
Après avoir goûté une très bonne bière - La lubie, une excellente clairette de Die (en bio), un bon cahors, un beaujolais blanc sympathique (mais moins mon truc) et un sublime gewurztraminer en vendange tardive, je me suis laissé aller à ouvrir ma bouteille de Tobermory 15 ans d'âge.
J'ai pas eu des impressions aussi fortes qu'avec le Connemara édition bien chère que j'ai goûté en Irlande.
J'ai aussi remarqué que l'alcool a un effet anti-douleur plus que certain puisqu'il a effacé les pointes au bras, au cou ou au dos. Se méfier de ne pas devenir un gros pichetron. Ceci dit, là, j'étais vraiment content d'ouvrir certaines très bonnes bouteilles pour Allan et Pete. Il faut toujours une bonne occasion pour être grisé.
Là, évidemment tout s'est estompé. Il faut juste ne pas avoir mal au crâne demain.
La page du jour, tiens :
http://www.lapagedujour.net/aout2013/dixaout2013.htm


vendredi 9 août 2013

le retour du corbeau.

Avec ce qui s'est passé aujourd'hui.
Avec les douleurs crasses de toutes sortes qui reviennent.
Je reste fort à cause du corbeau.
Je revois sa lutte dans l'eau au phare, près de Tobermory.
Et tant pis.
Je mets tout de côté.
En dépit de la douleur, je dois atteindre le rivage.
On va quand même pas se laisser emmerder par la douleur, non ?
Par les douleurs.
J'ai commencé à faire du tri sinon.
Je commence par le linge. Ma limite est d'une heure par jour.
Ne pas soulever bêtement des trucs. Ne pas. Non.

La page du jour.
http://www.lapagedujour.net/aout2013/neufaout2013.htm

jeudi 8 août 2013

Le retour du théâtre...

Le retour du théâtre...
Bon, Cécilia, Hugo, Alexandre, Romuald et Jenny, ça fait quand même quelques personnes avec qui j'ai parlé aujourd'hui. Cécilia ce matin, tous les autres le soir et ça m'a ramené à une évidence : je suis surtout sur Bourges pour ça.
Pour cette famille du théâtre (et normalement celle du jeu de rôle même si certains sont partis)...
Donc merci à eux.
L'année prochaine sera plus avec eux encore.
Pas pour rien.
Il faut aller vers là où on sait qu'on doit aller :)
La page du jour :


mercredi 7 août 2013

Deux jours avant de se remettre en train.

Deux jours avant de se remettre en train.
Ouais, deux jours difficiles.
Je savais que la rentrée serait dure.
Je ne m'étale pas.
J'ai décidé de ne pas le faire. C'est en partie la difficulté de se retrouver avec rien qui tétanise, mais cette semaine, et la semaine prochaine, comment-est-ce que je pourrais me prendre la tête ?
Je n'ai même pas regardé les dates des IRM, je n'en suis pas sûr.
Je dois avouer que la meilleure chose aujourd'hui était peut-être un reportage à la télé sur la Papouasie. De voir deux tribus qui vivaient encore selon des coutumes ancestrales (bien que leur foi ait été remplacée par un crétin de missionnaire) à tailler des pierres ou changer de maison pour s'adapter à l'arbre qui leur fournit leur nourriture de base...
C'est une leçon sur la civilisation et ce que nous sommes.
Certains vivent comme avant dans des paysages magnifiques mais rudes, d'autres étudient depuis un an un robot sur mars et je ne sais pas quelle fortune a été dépensée pour produire un steak de synthèse pendant que ces enculés de Monsanto rachètent la plus grosse armée privée du monde et qu'une force spéciale plus ou moins indépendante de militaires peut être envoyée pour réprimer des mouvements de foule partout en Europe.
L'orage tonne.
Il n'a pas la même saveur que là-bas, dis-donc.
Deuxième bonne nouvelle de la journée quand même, la proposition de ma femme de partir une semaine en novembre.
Le pays choisi semble intéressant.
Je vais jeter un coup d’œil dessus tout à l'heure.
Je passe sur le fait que j'ai réussi à installer la PS3 prêtée par le petit frère de ma femme et le temps passé à faire des courses, c'est lamentablement inintéressant par rapport à ce qui peut se passer en voyage.
Conclusion, si je veux voyager, je dois me remettre à écrire et lire.
Forcément...
La page du jour, tiens :


mardi 6 août 2013

Merci à qui de droit.

Merci à qui de droit.
Et je pense que ça devrait ne pas aller plus loin.
Juste merci à qui de droit.
Pour aujourd'hui, on peut compter Clarisse, Laurie et Roger.
Jean-Pierre aussi, mais par mail.
Journée difficile au départ, mais vraiment une bonne soirée.
Ca compense.
Et j'ai encore vu qu'il y avait quand même des coins sympas dans notre département.

La page du jour, tiens...

lundi 5 août 2013

Se retourner sur une vérité

Se retourner sur une vérité :

Je ne saurais dire plus que cela : Ne pas se perdre soi-même.
Et si je réfléchis bien, c'est bien la plus grande leçon que je viens de recevoir et que j'ai fini de recevoir aujourd'hui.
Vous n'imaginez pas à quel point je me suis perdu et j'ai perdu du temps.
Pas à quel point.
Je ne dis pas ça doit cesser.
Je dis : je dois me retrouver.
Loin, là-bas, un jour, en Nouvelle Calédonie, dans le jardin de la rue du docteur Fruitet, j'ai commencé à me perdre.
Il est évident que cela a un lien avec le père ou un manque affectif et avec la notion glorieuse de confiance en soi.
Ne pas se perdre, c'est aussi se faire confiance.
Lâcher prise.
Revenir.
Se retrouver.
Demain, je me retrouve.

Il faut que je rassemble des morceaux dispersés. Absolument.

dimanche 4 août 2013

Grrrr...

Grrrr...
Comment bien finir des vacances quand on est rentré ?
En continuant à faire chez soi (ou presque puisque nous sommes chez les parents de ma femme) ou presque comme si on était encore en vacances.
Conclusion ?
Une journée de visite dans un parc félin, un barbecue le soir et une petite séance de ciné – Wolverine - offerte par le petit frère de ma femme et ce, en dépit du fait, que le film fut en VO.
Écho au film dans le parc aux félins, il y avait des servals ce qui fut le nom français de Wolverine pour d'étranges raisons de refus de nommer un personnage Carcajou ou Glouton.
J'étais fasciné par les félins étant jeune, je me rappelle avoir voulu me lancer dans l'écriture d'un roman sur un mec qui avait un pouvoir avec les félins, ceux de les comprendre et de les contrôler et avoir découvert que le serval super-héros n'avait sans doute rien de félin.
De manière étonnante, ce ne sont pas tant les classiques et magnifiques tigres, lions, panthères ou jaguars qui m'ont le plus impressionné (en dehors du Serval que j'aime aussi pour d'autres raisons), mais trois races de chats : le chat doré asiatique, le manuls et le jaguarondi...
J'ai été aussi assez scotché par la forme simple, finalement, de l'ancêtre du chat domestique qui vit toujours en Egypte...
Ce qu'il y a de bien en faisant des choses sympas, c'est qu'on est à même d'oublier les choses pas sympas.
Sur lesquelles je passe. Je passe vraiment.
Bref, une bonne journée à découvrir des animaux, même en cage, même si ma femme s'est fait pisser dessus par des lémuriens.
Un bon film ce soir (en tant que fan, j'ai apprécié ce Wolverine).
Un bon repas ce soir, en particulier le remarquable far breton fait par la mère de ma femme.
Tadadaaaaa.
Je m'étais dit que ça serait cool qu'on rentre demain matin pour avoir le temps de se poser l'après-midi, mais j'ai bien compris que ma femme avait envie de partir après midi.
Ce qui ne sera pas dur à faire.
Il y a de la nourriture préparée pour un régiment et ça laisse l'occasion de tout charger demain matin dans la voiture que les parents de ma femme nous prêtent pendant qu'on leur laisse notre C1.
Reste le jour de la rentrée ou non rentrée.
J'ai pas eu d'écho en dépit d'un mail d'un truc fait pour une visite de reprise du travail.
J'ai certitude en tout cas que les douleurs aux doigts et les tensions dans les mains (je passe sur le reste) ne doivent pas être liées aux canaux carpiens car ce qui a forcé aujourd'hui, c'est la marche sur un terrain dur avec des chaussures pas forcément supers, et plaf.
Plaf plaf.
Bah.
Je sais au moins mes limites et ce que je dois porter en attendant le guérisseur ou des examens.
Chaussures de blindé et limiter les sols durs.
Mon seul bémol de la journée serait que la chienne est vraiment heureuse ici dans le jardin pour courir et tout.
Difficile de lui donner autant sur Bourges.
Il va falloir que je me ménage un peu plus de temps le matin pour l'amener au seul endroit où je peux tenter de la lâcher sans risque.
On va essayer de faire un peu notre éducation ensemble, nom des dioux...
La page du jour, tiens :
Et le lien du parc aux félins.

samedi 3 août 2013

Orage...

Orage...
Il pleut, il tonne...
Un orage vient de s'inviter au-dessus du ciel d'Evry-Gregy
J'ai presque envie de regarder toutes mes vacances et d'essayer de voir ce qui m'a le plus transporté.
Corrimony, le cercle de pierres près de Cookstown, la chaussée des géants, la rencontre avec Eric Gregory, la discussion dans l'avion au retour avec un certain Joe, diminutif de Joseph.
J'ai bien aimé Joe. Vraiment. Je regrette de ne pas lui avoir demandé son adresse email. Mais il ne faut pas oublier que les anglosaxons ont le contact très facile, mais qu'ils ne cherchent pas forcément à maintenir des liens.
Joe était place 13 B, ma femme 13 C et moi, 13 A, on lui a demandé s'il préférait la fenêtre ou le couloir. Je n'aime pas trop les fenêtres a-t-il fait.
Tu n'aimes pas trop les fenêtes ? Hu ? C'est donc que tu as un peu peur de l'avion, non ?
Du coup, comme moi aussi, j'ai peur, j'ai parlé avec lui, tout le long du vol.
Il a retrouvé un amour d'adolescence d'il y a 32 ans voici un an. Une française qui l'a recontacté après qu'ils se soient séparés, aient eu un mariage chacun et un divorce. Il partait la rejoindre jusqu'à lundi avant de passer 11 jours en Slovénie.
Joe, il a travaillé comme ingénieur et il a deux endroits qu'il adore par dessus tout au niveau des paysages, un coin du Nord de l'Italie et une île de Grèce.
Il a été 6 mois en Italie et aussi en Corée, quand il était plus jeune. Il est fan de festivals et de concerts, il en a vu plus de 500. Il m'a parlé de la brasserie locale de Belfast : Hilden.
Et j'en passe : le fils de son amie d'enfance qui vient quelques jours bosser avec lui dans son entreprise spécialisé dans le traitement de l'eau, la manière dont les coréens boivent de la bière (chacun sert quelqu'un d'autre), sa fille qui s'endort sur son bras après avoir dit je n'aime pas trop l'avion, un atterrissage difficile en Corée avec des ailes qui touchent le tarmac, son amie d'adolescence qui a vécu à New York et à Londres ce qui facilite grandement le rapport entre eux...
Je pourrais aussi parler du vendeur du magasin de liqueurs et d'alcools de l'aéroport de Belfast, je lui achète deux bouteilles de single malt irlandais et il me parle d'un excellent blend d'une nouvelle maison qui vient de se monter, il me donne même l'adresse du site où il commande son whisky, ils n'ont pas mis une blonde juste là pour vendre mais un mec qui s'y connaît et avec lequel on peut se connecter.
Je pourrais aussi causer de la dame du B&B ce matin, 35 ans, un physique d'une actrice que j'ai vu dans une série télé, un peu desperate housewife, éminemment sympathique et attentionnée qui nous fait un petit déjeuner d'enfer et nous prête un pèse-dinde (si si si, ça existe) pour peser nos bagages.
Je pourrais causer de l'émotion en voyant dans le cimetière près de la vieille croix celtique située à Ardboe l'image d'un jeune gars qui aurait eu mon âge et qui est décédé d'un accident de canoë à l'âge de 23 ans.
Il y a la pointe de regret de n'être pas retourné au cercle de pierres d'hier, bon sang.
Je mets le lien :
Il ne tonne plus. Il pleut sans doute toujours.
Ma femme est contente d'avoir retrouvé sa Kilda. Horus est content d'avoir retrouvé mon pied pour se frotter dessus. La chienne a fait un peu la fête après avoir mis un instant à capter qu'on était revenus.
Et les vacances sont déjà derrière nous. Moins derrière moi que les autres années puisque j'ai les pages du jour à faire sur plusieurs semaines, mais quand même, derrière nous.
Envie d'Irlande, d’Écosse à nouveau, de Canada, de Japon, de Suède, d'Islande, d'Italie, de Corse, de Grèce, de Marrakech, des États-Unis, de Nouvelle-Zélande, d'Australie...
C'est la force d'un voyage, de donner envie de voyager encore, en dépit de tes appréhensions ou de tes peurs, pour mon cas prendre l'avion.
Se dépasser.
Devenir aigle ou corbeau.
J'ai perdu du poids. Les derniers repas ne passaient pas bien. Des relents de vieux démons.
Mais ce que j'ai laissé, je vais le retrouver, plus fort, encore, le transcender dans les pages et puis j'ai hâte de voir la petite vidéo que j'ai fait de Beaghmore, de la chaussée des Géants et de Corrimony.
Hâte de lire aussi pour mon jeu fétiche le supplément sur l'Irlande.
Non pas que ça soit plus beau que l’Écosse ou que le Canada, mais les gens, putain, les irlandais sont communicatifs et sympas.
C'est à peine si j'entends la pluie maintenant.
Les images de la croix celtique, du trèfle que j'ai trouvé non loin, du vent balayant le grand lac s'estompent, un peu comme si tout n'avait été qu'un rêve, un peu comme si j'avais été vraiment embrassé par une fée à Beaghmore et que j'étais maintenant dans un autre temps, dans un autre rêve...
J'ai fait une page du jour qui peut prolonger cet écrit, pour une fois.
Normal. Nécessaire.
Je n'ai pas tout de suite, cela dit, envie de retourner à la réalité, les paperasses pour le statut de handicapé, le boulot, les examens, les arrêts maladies, voire se faire arrêter un an...
J'ai envie de rester encore un peu là-haut, dans les nuages que nous avons traversé Joseph et moi, dans le cœur de l'orage, je viens d'apercevoir une lumière dans le ciel, dans l'espace infini, libre et détache de toutes les contraintes.
Les contraintes ?
Quelles contraintes.
Je sais qu'il est possible de vivre avec juste celles que l'on se donne...

vendredi 2 août 2013

Pas si mal...

Pas si mal...
Réveil tôt le matin par l'alarme incendie. Une petite bête s'est mise dans le capteur du détecteur de la cuisine et ça a été le bordel 5 minutes. Réveillé une heure avant, t'es un peu comme un con pour t'endormir.
Mais je trouve en partant sur le parking mon trèfle d'Irlande du Sud.
Découverte de la ville de Derry. Les remparts, le Guild Hall, les églises sont magnifiques, les centres d'artisanats et d'art aussi. Le reste, heu.... Une pluie battante nous fait nous réfugier au café de la tour où j'achète un dictionnaire d'argot français – anglais et où je prends un exemplaire gratuit du best seller d'un écrivain qui devait faire l'objet d'une inauguration parce qu'il y avait foule de pique-assiette au rez-de-chaussée du balcon où on se trouvait. Nous n'avons pas fait le bog side, les quartiers marchands en dehors de la cité ou le pont qui serpente au-dessus de la rivière.
Je retiens surtout le Guild Hall de la visite. Un bâtiment incroyable... Je préfère passer la visite des charity shop jusqu'à arriver à celui pour s'occuper des animaux où je prends la première saison d'une série télé qui m'est inconnue avec Tom Selleck.
Pluie très battante pour arriver à Cookstown et environ. Mais vraiment très battante, la douleur au dos monte fort. Nous partons voir les alignements de pierre de Beagh moire ou un truc comme ça. Une belle claque. Les pierres, paumées en pleine cambrousse... ont quelque chose du temps des fées en ce jour de Lugnasad.
Je reste pas mal de temps sur le site, fasciné.
Fasciné dis-je. Vraiment.
Direction chercher un restaurant à Cookstown, on choisit l'indien où je goûte un truc soit-disant très épicé mais qui correspond en fait à mes goûts. Un type qui pense qu'on est là pour le festival de musique samedi nous laisse l'adresse youtube de ce qu'ils font.
On échoue ensuite au pub en dépit des réticences de ma femme. Je n'ai pas envie de laisser partir Lugsanad et le nuage sur lequel je plane. Bushmill's, Jameson et Black Buhmill's histoire de laisser la chance aux blend de trouver un moyen de me plaire. Ils y parviennent avec l'ambiance festive du pub et l'observation des clients.
Oui, la pluie, oui, tout n'était pas bien à Derry. Mais le cairn, la bouffe qui état bonne, le fichu dictionnaire d'argot qui a tenu la soirée aussi avec ma femme.
Houps, petit déjeuner tôt demain matin.
Plus d'impressions demain.












jeudi 1 août 2013

De Ballycastle à Buncrana...

De Ballycastle à Buncrana...
Alors... Ballypatrick Forest avec un soleil magnifique, le pont suspendu de Carrick a rede sous un ciel nuageux, la route pas forcément intéressante jusqu'à Londonderry sous un ciel plombé, un arrêt au broch de Grianan Ailigh sous une pluie persistante et un échouage à Buncrana sous une pluie insistante...
On pourrait faire simple cette journée pour la raconter.
Je ne dirai pas que c'est la meilleure du voyage, loin de là, mais le matin, la Ballypatrick Forest, putain, y a des endroits magnifiques. Je ne suis jamais passé sur une route où coulait naturellement l'eau d'une rivière, dans le cairn de la forêt, je n'avais jamais vu une pierre composée de la sorte au niveau minéral, je n'avais pas non plus vraiment goûté encore aux midges irlandaises et force est d'avouer qu'ils en ont là-bas...
Retour à Ballycastle dans un café à côté de l'auberge de jeunesse, espresso et achat de tartes à la rhubarbe, on file vers Carrick a Rede pour passer le pont suspendu. Je suis un peu déçu par la longueur du pont mais qu'importe, sur l'île qu'il permet de rejoindre, c'est un bonheur de passer un moment avant de voir le flot des touristes se pointer.
Achat de quelques trucs au magasin et café de Carricka-a-Rede, déjeuner sur place avec une balade digestive qui nous conduit de l'autre côté du parking de Carrick, jusqu'à une carrière de calcaire abandonnée...
Jusque là, tout bon.
Et puis vlan. Le climat écossais persistant qui se met de la partie et je dois dire pas trop la peine de balader longtemps dehors même si on a bravé les éléments pour la magnifique vue sur tout le terrain alentour qu'on a depuis Grianan Ailigh.
Il est temps vaincu par la pluie d'échouer dans une étrange auberge de jeunesse qui a plein d'autres cordes à son arc : exposition, formation artistique, accueil de groupe....
Le pub où nous nous plantons ensuite est tenu depuis 1940 par la même famille. Le barman et son frère sont sympas et nous racontent des tas de trucs comme le fait que le dernier nom posé à la prison de Port Arthur soit celui de quelqu'un du coin, que la vieille dame qui vient de rentrer dans le bar est la mère du patron, que 40 pour cent des francophones au Canada sont d'origine irlandaise. Les mecs transformaient leur nom en nom français pour éviter d'être recrutés par les anglais.
Bref.
Dîner dans un restaurant où ma femme a la joie de recevoir en même temps que ses pâtes des frites comme « side-order »
Je ne digère rien. Dernier jour d'épreuve après le faux anniversaire ?
J'ai aussi mon bras gauche en compote (normalement c'est le droit) : soit un faux mouvement en portant la valise.
C'est, remarque, le bon moment pour être crevé.
Il pleut comme vache qui pisse tout demain. On ne va pas faire beaucoup de nature, on va visiter Derry. Après le check-out à neuf heures du matin, on consacrera une journée à la plus ancienne cité fortifiée d'Irlande.
Je gratte les piqûres de midge, je maudis mon estomac et je me souviens à quel point je dois reprendre mes exercices de musculation quand je constate à quel point j'ai eu mal en conduisant et comment la douleur reste.
Pas une mauvaise journée. Juste le sceau du départ qui met la nostalgie.
La page du jour, tiens :
Je ferai la prochaine demain matin.

On doit partir seulement à neuf heures et pour cause d'une caution pour les clés de la chambre à récupérer aux foutues neuf heures, j'aurai le temps, je suppose...