samedi 24 juin 2017

J'ai tout compris...

Une colère sur le coup hier pour remuer un truc intérieur qui DEVAIT être remué.
Le rêve de cette nuit avec des cadavres et la maison de mon père a tout décanté. J'étais en colère hier à cause d'une cicatrice, d'une vilaine plaie.
Et j'ai découvert plusieurs de mes cicatrices cette année, toutes liées au père.
Je ne peux pas laisser cette cicatrice continuer à en être une, je dois la transcender et je le ferai. C'est aussi simple que ça. J'ai une idée claire dans ma tête et je vais m'y tenir.
Bon, après c'est pas dit que je ne sois pas victime d'un virus à la con comme ma femme et mon fils, une petite saloperie qui nous empêchera d'aller voir tous les fragiles de la famille de Clarisse, c'est-à-dire quasiment tout le monde.
Un virus dangereux pour le fœtus et qui se transmet par tout ce qu'on touche. La gueule des gens dans quelques jours si je les contamine, cong, et surtout si je contamine une femme enceinte.
Ma femme et mon fils ont eu les manifestations évidentes du virus, moi, ça me gratte, mais je pense que mon herpès doit m'aider sur le coup. Y a des trucs installés qui lattent la gueule d'autres trucs d'après certaines études. Bref. Nous sommes contagieux quelques jours et c'est pas cool.

Mais passons. Tout va bien. Tout est clair et résolu. Je n'ai plus qu'à choisir une voie A ou B pour la plaie potentielle d'argent. Et ne pas me prendre la tête puisque je connais la source du problème.

Je ne vais me contenter que de balance la page du jour et de vous engager encore une fois à aller voir le marathon théâtre. J'ai une grosse tendresse pour deux des pièces au-delà des autres : L'histoire du communisme aux malades mentaux et les brumes de Manchester.
Mais toutes valent le coup, vraiment.

http://www.lapagedujour.net/juin2017/vingtquatrejuin2017.htm


vendredi 23 juin 2017

DEUX...


Cher esprit de l'aventure...
Je suis un peu en colère, mais après tout, c'est sans doute sain.
Je ne m'étends pas sur les raisons, elles sont de l'ordre de la vie privée. Mais il est intéressant de constater, à froid, qu'il y a deux visions totalement opposées d'une chose, dictées par le fait d'avoir Aoden à prendre en compte.
Et, à froid, je ne saurais dire qui a raison ou qui a tort, parce qu'à l'inverse d'un message politique, où objectivement je pense qu'il y a des vrais pourris et des vrais solutions, là, on ne peut rien dire.
L'un a aussi bien tort ou raison que l'autre.
Mais vraiment.
Ceci m'énerve d'autant plus qu'un statu-quo est, de ce fait, impossible.
Je dois avouer même que je rage, je l'avoue, parce que j'aimais mon idée et qu'elle a mis quelqu'un d'autre dans le caca et un peu en porte-à-faux.
La seule solution c'est de faire cette agacement quelque chose de constructif pour une autre idée et pas forcément celle d'une des deux voies de l'impossible statu quo.
Enfin impossible. J'ai moins de billes, dans l'historique des choses pour gagner. Je vais donc être celui qui rage de ne pas avoir pu faire un truc qu'il aurait dû oser faire au moins une fois dans sa vie.
Ceci n'est pas un drame majeur, hein. Il arrive un temps où tu apprends à tirer de tes échecs une leçon pour essayer de devenir meilleur.
Et dans l'absolu, si la chose à laquelle je pensais était pour Aoden, l'autre chose est aussi pour lui.
Respiration, expiration.
Je ne suis pas le seul à être en colère après tout.
La nuit porte conseil.
Et je sais que toute colère n'est généralement dirigée que contre soi-même. Dans l'absolu, c'est le cas également.
Ceci me gêne d'autant plus que j'ai fait une petite promesse à mon fils que je comptais tenir, dans la promesse il n'y avait pas la décision que je voulais prendre, mais ma réaction à cette décision fera partie de la promesse.
Tu ne comprends pas esprit de l'aventure ?
C'est normal. C'est parce qu'il va falloir que je tue une partie de toi au nom d'une promesse faite à mon fils et d'un ravalement de fierté (même si elle n'est pas mal placée).
Inspiration, expiration.
De toutes les manières, s'il y avait 100 personnes pour juger de la situation, y en a bien 55 ou 60 qui me condamneraient... Les choses changent si vite. La vie est si incertaine. Je comprends. Mais je râle quand même, jusqu'à ce que je sois occupé avec le marathon théâtre où j'aurai autre chose à penser.
Tiens, la page du jour, en attendant :
http://www.lapagedujour.net/juin2017/vingtdeuxjuin2017.htm

Et le blog du jour du fils :
https://ebatbuok.blogspot.fr/2017/06/semaine-22.html

Et un truc rigolo.
http://www.boredpanda.com/funny-married-life/
Et dans l'absolu, ce sont le plus souvent les femmes qui ont raison.

Ah si.
Un dernier lien...
http://www.ina.fr/video/RCC9712053545

jeudi 22 juin 2017

Chaud.

http://www.lapagedujour.net/juin2017/vingtdeuxjuin2017.htm

La journée fut un peu rude.
Mais mon fils est sauvé par l'achat d'un ventilo.
Non, parce que...
Je connais ma limite de supportabilité en permanence.Et j'aime bien jusqu'à 30 et je tolère tant que c'est deux ou trois degrés sous la température anale en ressenti.
Là, c'est pas le cas demain.
On va rester à la fraîche un max.

Sinon. Hu. Eh ben rien les mecs.
Si j'ai goûté deux bonnes IPA en plus de plusieurs litres d'eau et je trouve que la répétition des mercredistes a atteint un niveau sans nom avec tout le monde (pour ceux qui boivent) qui avait bu un petit verre.
J'ai pris conscience d'à quel point certaines scènes font passer du rire au drame le plus ultime.
J'adore ça.
Lundi 26 et samedi premier, ça va être du grand.


mercredi 21 juin 2017

Orage...

Une lecture schtroumpfique...
http://furelaud.free.fr/repro1.htm

La page du jour :
http://www.lapagedujour.net/juin2017/vingtetunjuin2017.htm
Et là, pitin, vu le gros orage que je me suis pris dans la gueule ce soir, c'est bon, l'été a fait une pause...

Une pub encore et encore, mince...
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1864273267171679&set=pcb.1864279167171089&type=3&theater

Plus que dix jours pour le KS TORG, fonce ami briscard rôliste, je te dis, ça sera de la bonne...
https://www.kickstarter.com/projects/1216685848/torg-eternity

Et sinon, l'orage. Si je dois garder une image de la journée, c'est pas la répétition de ce soir, ce ne sont pas les chats devant la FOL où on répète, ce n'est pas mon pauvre fils couvert de boutons de chaleur et en pleurs (le chaud, c'est dur pour lui), c'est rentrer sous une pluie battante avec un ciel éclairé en permanence par les éclairs et des carrefours pas loin d'être inondés. Il y avait quelque chose de magique à voir déferler la puissance des éléments et se sentir tout petit (et tout mouillé) en se rendant à sa voiture ou en conduisant cette dernière.
Je comprends qu'on puisse avoir peur d'être dehors, je n'ai d'ailleurs pas vu les lapins que je croise presque chaque soir non loin de chez moi, mais pitin, être dehors par une pluie comme ça avec des éclairs comme il y a eu, tu comprends comment une partie de la Religion a été créée et tu respectes tout ce que des générations de shamans ont pu dire.
La pluie s'est d'ailleurs tue.
Il n'y a plus que le silence, plus que l'absence totale de vent.
C'est beau aussi, remarquez.


mardi 20 juin 2017

Canicule.

Il fait chaud, c'est facile pour personne...
Mais...

La page du jour.
http://www.lapagedujour.net/juin2017/vingtjuin2017.htm

Le blog du fils.
https://ebatbuok.blogspot.fr/2017/06/moisiversaire.html
qui a eu bien chaud aujourd'hui... Mais bien chaud.

Le lien kawaii du jour
http://honesttopaws.com/white-liger-cubs/

Et sinon, une grosse pause dans les textes, faut aussi savoir déconnecter et je ferai pareil jeudi. On pourra finir la saison de The Americans avec ma femme. Qu'elle est bien cette série, pitin.

dimanche 18 juin 2017

Finir une saison...

Je remercie les joueurs pour la suspension de l'incrédulité mais la fin de la campagne fut particulièrement marquée pour moi par le fait que les joueurs ont décidé tout seuls de leur réalité en définissant pour chacun d'entre eux un monde.
Ces mondes définis auront une existence dans mes futurs scénarios de l'année prochaine et c'est donc avec un plaisir sans nom que j'ai vécu la création partagée...

Je remercie ma femme pour son dévouement extrême et mon fils pour son incroyable joie ou énergie.

Je ne remercie pas ce jour pour ces élections pourries, mon vote nécessairement blanc (entre la droite d'en marche et la quasi extrême droite des républicains, je l'avais dans le cul) et la manière dont les Français qui ont voté ont choisi de se faire enculer.

Mais passons. Le sourire de mon fils sauve tout.

Je reste serein sur la disparition de mon portable (téléphone) car je dois avouer que je HAIS cette grosse merde d'objet. Je déteste ce que devient le monde avec cette putasserie qui ruine l'intelligence (m'est avis) et surtout la liberté. Ce gros enfoiré de téléphone se met par lui même dans ma poche dans le mode qu'il veut (dont vibreur) et c'est possible que je l'ai paumé bel et bien mais je dois dire que je vivrais sans problème sans cette grosse merde si je n'avais pas à être joint en urgence, lorsque je suis au théâtre, par ma femme.
Oui, c'est virulent mais c'est insupportable de devoir toujours être tenu de répondre dès qu'on essaie de vous envoyer un sms ou un message. Bordel. Ne pas être tenu, la liberté. C'est important aussi.

Une pensée pour le reportage sur les Hébrides extérieures vu aujourd'hui et notamment le passage sur St Kilda et évidemment la page du jour :
http://www.lapagedujour.net/juin2017/dixneufjuin2017.htm

Et un merci à mon fils pour son sourire;..

Journée chargée

Marché le matin avec le fils et tracter pour la compagnie.
Petite séance de répétition de certaines scènes l'après-midi pour ceux qui en avaient besoin.
Partie de jeu de rôle le soir, loin dans la campagne, avec petit faon aperçu la nuit en rentrant sur le chemin.

Et si je ne devais retenir que trois images de ma journée : le fils qui se marre pendant que je mange très vite en face de lui lorsque sa mère prend sa douche en cinq minutes, le faon sur le chemin la nuit, la photo de groupe sur le marché avec tous ceux qui étaient là ce matin...

Une longue journée. Et demain, ça va être rude pour faire tout ce que j'ai à faire dans la matinée, je le sens...
Mais passons.
Les 3 images de la journée restent. Lumière.


Et la page du jour, bien sûr.
http://www.lapagedujour.net/juin2017/dixhuitjuin2017.htm

Et le sourire du jour du fils...