lundi 30 novembre 2009

Sarah

Le questionnaire de Sarah

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Cela me donne plus d'assurance et me conforte dans ma façon d'appréhender ma vocation. Qui pourra suivre le dicton "Protect & Serve" sinon nous autres 28? Qui pourra juger de la valeur de la vie des uns et des autres, sinon moi, Mort?

Pourquoi les sauver ?
Parce que certains le méritent, parce que l'innocence existe encore sur cette planète, enfin je l'espère.

Quelle part d'ego là-dedans ?
Je n'ai jamais mis mon égo en avant. Si je risque ma vie, ce n'est pas pour nourrir des ambitions personnelles mais pour débarrasser les rues des immondices qui la squattent et menacent des corrompre encore plus le monde.

Quelles motivations cachées derrière cela ?
Un fort désir de justice.

Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
A grand pouvoir, grandes responsabilités. Je ne sais pas si j'ai les épaules pour supporter tout ça. Connaître la vérité sur toutes les horreurs qui nous entourent; décider du sort du monde - nous l'avons déjà fait - et supporter seuls les conséquences... J'ai un penchant pour les jeux d'argent et l'alcool, mes compagnons doivent certainement s'abandonner à d'autres choses pour oublier, le temps de quelques heures, ce que nous savons et faisons.

Quels vices seront acceptables ?
Je ne sais pas si c'est un vice, mais je suis impulsive, j'ai la gachette facile et ce n'est pas nouveau. Dans certaines situations, le doute peut nous jouer des tours, l'instinct nous sauver la mise.

Qui respecter ?
Les innocents et nos alliés, tout ceux qui luttent contre les horreurs. Et Dieu. Même si j'ai parfois des doutes, je ne peux m'empêcher de penser que nous sommes son bras armé, ses archanges venus défendre la Terre des menaces qui planent.

Qui protéger en priorité ?
Les innocents. Bien sûr, j'aurai tendance à protéger ma famille et particulièrement ma fille en priorité.

Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Je pense qu'ils ne perdent rien pour attendre. J'ai commencé à établir une black list de fumiers dont je m'occuperai personnellement dès que j'en aurai le temps.

Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
cf réponse précédente.

Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Rien n'empêche les compromis, il suffit de faire le ménage une fois qu'on a tiré ce dont on avait besoin d'eux. Quitte à le faire à l'insu de ses alliés.

Quelles limites dans les moyens d'action ?
Je suis contre le sacrifice des innocents même dans un but noble. Autrement, ma devise est depuis longtemps "la fin justifie les moyens". Pour contrer nos ennemis, il ne faut pas lésiner sur les moyens, eux ne le font pas.

Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Parce qu'un trafiquant de drogues, d'humains, d'animaux, d'armes, etc a souvent commencé dans la rue. Il faut traiter la cause et pas juste les symptômes.

Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
Partant du principe que c'est Dieu qui m'a conféré ces dons, je n'ai pas à en désirer d'autres. C'est à Lui de décider ce qui me serait utile.

Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
Mon premier équipier. Un vieux de la vieille aux méthodes "old school" et qui était persuadé qu'on pouvait changer le monde à notre échelle, dans les rues de New York. Ce type avait la flamme. Il faisait aussi du bénévolat pour la réhabilitation des jeunes déliquants. Son espoir d'un monde meilleur m'a motivé mais malheureusement, cela ne lui a pas suffit pour rester en vie jusqu'à la retraite. Et je n'ai pas su rester dans la voie qu'il m'avait tracée, sa mort a entraîné une réaction en chaîne qui m'a définitivement changé.

Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Ca fait longtemps que je suis hors la loi parce que malheureusement, les lois ne servent pas toujours la justice; on doit donc faire la justice soi même, comme on l'entend.

Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Je suis contre le sacrifice. Il y a toujours une alternative.

Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Etre en couple, j'ai déjà donné, pour finir abandonnée et quasimment privée de ma fille. Alors "ordinaires" ou non, peu importe, les hommes resteront toujours des hommes. Je préfère rester seule à présent, même si ça serait tellement confortable de pouvoir s'épancher et d'avoir l'impression d'avoir une vie "normale" de temps en temps...

Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Il faut vraiment que j'arrive à trouver le temps de passer quelques jours de vacances avec Amy pour vérifier cette théorie.

Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
C'est à Dieu d'en décider et certainement pas à moi, la Mort !!!

Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Je n'ai rien contre les singes et par ailleurs, je me considère encore comme une humaine, avec son lot de faiblesses, de vices, etc.

Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
Ma faiblesse est ma fille bien sûr. J'ai beaucoup de cicatrices, la perte de mon premier équipier puis mon divorce je pense, sont les plus à vif. La noblesse ? Je pense que nos buts sont nobles puisqu'ils servent un idéal de justice. Et ma foi en Dieu bien sûr.

dimanche 29 novembre 2009

John réfléchit

1 heure 11, le 29...

Le gardien regarda dans le rouleau les réponses consignées par John.
Il soupira. John était un des plus nobles d'entre tous. D'autres, avaient clairement des motivations moins nobles avant de devenir résidents de la Cité. D'autres qui auraient bien le droit de mourir, le temps de trouver des hôtes plus disposés à se sacrifier pour faire perdurer le monde et la Cité.

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Rien. Des fois, ça serait bien d'être juste un ordinaire. A vrai dire, si, ça fait quand même un truc : ne pas mourir du cancer. Et puis savoir qu'on peut peut-être sauver le monde. Même si on a pas les capacités de Superman.
Pourquoi les sauver ?
Pour quoi sauver les gens ? Alors que la plupart des gens sont égoïstes, lâches et veules. Parce qu'il y a aussi en chacun une part de lumière qui ne demanderait qu'à s'exprimer si le temps était laissé à chacun de se concentrer là-dessus et si un exemple aussi était montré à chacun.
Quelle part d'ego là-dedans ?
L'ego dans la volonté de sauver les gens ? J'ai pas trop d'ego. Je vois des choses, je sais qu'elles vont arriver, j'y réagis. J'y réagis obligé. C'est pas pour la gloire ou pour voir des filles me tomber dans les bras.
Quelles motivations cachées derrière cela ?
L'Apocalypse, le Chaos, le Changement radical, des mondes qui vont s'écraser. 6 directions. C'est trop. Si tout est arrangé, il n'y aura plus qu'un monde. Moins de problèmes, comme avant. Avant, c'était plus simple.
Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
J'ai peur d'être malade, j'aime surtout les trucs ronds, je parle trop quand je suis avec les gens, je suis curieux, très curieux, trop curieux. La curiosité, c'est le plus grand des défauts et aussi la plus grande des qualités. Le vice caché, c'est que j'aime ça voir et savoir. Et que ça fait sans doute un frisson d'aller dans le sens de ce que l'on voit.
Quels vices seront acceptables ?
La curiosité, la peur, la gourmandise. La peur, c'est vu comme la lâcheté. Mais non. C'est simplement connaître ses limites.
Qui respecter ?
Ceux qui veulent changer le monde, les autres 28. Ceux qui essaient d'utiliser leurs talents, leurs dons ou leur foi pour rendre le monde meilleur.
Qui protéger en priorité ?
Les femmes. Les enfants. Les fous.
Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Certains mériteraient de ne pas être sauvés. Et ne le seront pas. Non. Surtout s'ils tuent des chats.
Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
Révéler leurs secrets et leur corruption.
Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Obtenir des moyens et de l'argent avant de révéler leurs secrets et leur corruption.
Quelles limites dans les moyens d'action ?
Aucune tant qu'on a pas à tuer. Tuer, c'est quelque chose qu'il faut éviter de faire. Pousser les gens au suicide, c'est autre chose. Surtout s'ils y ont déjà bien travaillé avant. Et puis il y a tous ceux qui sont déjà morts dans mes visions. Ils sont déjà morts. Pour eux pas de limite, tant que c'est pas moi qui me salit les mains.
Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Tout dépend du voleur de quartier. Il y a des quartiers très importants, où vivent des cités. Des vieilles dames qui ont besoin qu'on s'occupe d'elles.
Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
J'aimerais bien avoir le pouvoir d'être télépathe parfois, ou vraiment aussi celui de soigner les gens. Au lieu de ça, je sais être invisible, aller où je veux et ne pas mourir, jamais. Je sais qu'il est possible d'obtenir d'autres pouvoirs. Ceux des vampires, ceux des mages, ceux des changeurs de peau. J'ai choisi de me contenter de ceux des mages. Même si je n'emploie quasiment jamais la magie.
Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
En humain, je suis fasciné par des types qui ont fait avancer la science et l'Histoire, du genre Da Vinci. En super héros, s'ils existaient, je serais très intéressé par rencontrer Superman. C'est quand même un des plus costauds parmi tous.
Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Je suis déjà un hors la loi. Pour assurer le futur et ce que nous sommes, je le suis devenu depuis bien longtemps.
Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Il est parfois nécessaire d'en sacrifier 100 pour en sauver un. Celui qui ensuite en sauvera au moins 101.
Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Oui. C'est moins compliqué quand même. Mais être en couple, je sais pas si ça, ça vaut le coup.
Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Oui. Mais j'en veux pas maintenant.
Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
Oui. Mais hors de question d'en faire un marché.
Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Certains humains, oui. Mais c'est de la faute d'un manque d'éducation.
Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
J'aime pas qu'on connaisse tous mes secrets, je n'aime pas qu'on pense du mal de moi, j'aime croire qu'il faut sauver d'abord les vieilles et les enfants et je ne supporte pas qu'on fasse du mal aux chats. Les chats, c'est une religion qui fait partie d'un de mes secrets.

samedi 28 novembre 2009

L'ombre passe, le corbeau croasse.

1 heure 31, le 28...
Houuuu. C'est un beau jour, non ?
Des questions pour ceux qui ont le pouvoir, comme les 28... Et que tout individu possédant un statut équivalent à un super héros devrait se poser...
L'ombre passe, le corbeau, messager de l'ombre croasse et regarde ceux qui errent dans la cité avant de laisser le vent porter son chant à tous...

Qu'est-ce que ça fait d'être plus que les "ordinaires" ?
Pourquoi les sauver ?
Quelle part d'ego là-dedans ?
Quelles motivations cachées derrière cela ?
Quels vices cachés le pouvoir va-t-il révéler ?
Quels vices seront acceptables ?
Qui respecter ?
Qui protéger en priorité ?
Que penser de ceux (dans les sphères de la finance) qui pillent, violent et massacrent notre planète ?
Que penser de ceux qui nous dirigent et sont corrompus ?
Quels compromis sont possibles avec ces derniers ?
Quelles limites dans les moyens d'action ?
Pourquoi se faire chier à arrêter un voleur de quartier alors que des trafiquants de matériaux nucléaires pourraient être à votre tableau de chasse (si vous en avez les moyens) ?
Quels pouvoirs vous auriez voulu avoir ? Est-il possible d'en obtenir certains ? Jusqu'à quel compromis seriez vous prêt pour cela ?
Quels sont vos modèles humains et de super héros ?
Pour quoi ou quelle cause, serait-on prêt à devenir hors la loi (quand la loi des hommes finit par tuer cette planète ?)
Combien peut-on sacrifier pour en sauver combien ?
Est-ce que ça vaut le coup d'être en couple avec un ordinaire ?
Est-ce que vous risquez de passer votre "don" à vos enfants ?
Si votre don était dans votre semence ou vos ovules ? Y aurait-il un marché pour faire évoluer les prochaines générations ?
Les humains sont-ils des singes par rapport à vous ?
Quelle est la faiblesse (le secret à cacher), la cicatrice de l'ego (ou la boursouflure), la noblesse et l'objet de la foi qui vous permettraient d'aller plus loin ?
Ouais, la dernière question fait quatre choses à définir.

Demain, s'il a le temps, John Ghost répondra.

vendredi 27 novembre 2009

A gauche, là...

Minuit 52, le 27...

Alors merci doctoresse parce que franchement, je n'aurais pas pu aller au boulot.
Ce n'est pas tant la toux. C'est le mal de crâne. Une migraine de folie qui ne me lâche pas (et je refuse de prendre plus de deux dolipranes par jour). Avec le mal de crâne, l'envie de gerber.
Tout est passé trop vite. Horus qui se retrouve caché dans le jardin d'un voisin, la lettre de Thomas que je n'ai pas pu lire, les gaufres que je suis arrivé à faire ce matin pour ma femme, le résumé de partie de Bruno que j'ai un peu corrigé, les deux films étalé comme une merde sur la canapé (gros loupé sur le premier mais j'ai adoré Ennemy Mine, un bijou qui met une larme), une partie de la journée allongé.
Ca reste à gauche, ça vrille. Je n'ai comme solution que d'aller au pieu.
Et de mettre, pour ceux qui voudraient lire plus, ce lien dont je suis bien content aujourd'hui :
http://www.lapagedujour.net/novembre2009/vingtseptnovembre2009.htm

jeudi 26 novembre 2009

En vrac...

2 heures 11...

J'avance sur les pouvoirs des 28. C'est bien, ça donne une idée du pouvoir potentiel de ces derniers au pinacle de leurs possibilités. John Drake est un individu sérieusement dur à tuer qui emprunte des talents aux vampires, mages et loups-garous en plus de ses capacités extraordinaires de 28.
Il y aura de quoi avoir des personnages restant à visage humain puisque qu'ils doivent parfois sauver de simples êtres (et en ce cas, j'aime bien l'idée du feeling, c'est à dire des personnages faisant des scénarios avec juste leur bite et leur couteau) à la code quantum. Mais aussi des personnages capables d'un niveau "The Authority" éventuellement en certaines occasions. Ben oui, si, comme dans notre monde moderne, personne ne bouge pour sauver cette planète, les personnages, eux, en auraient les moyens.
Je suis allé chez le docteur cette aprèm parce que bon, j'ai bien eu mal aux bronches ce matin en toussant et que je suis bien au tas à l'effort. Pouf. 10-8 de tension. Yoho. Pour du 12-8 normal chez moi, ça veut quand même dire au tas. La doctoresse m'a arrêté deux jours pour que j'évite de contaminer les gamins. Sympa, elle ne m'a pas filé des antibiotiques avant que je lui demande de ne pas le faire. Ca m'embête un peu de ne pas aller au boulot, plus pour les deux journées de salaire dans le cul alors que ce sont des jours plutôt creux. Mais je suis vraiment au tas.
Au théâtre, où on a pas fait les fous ce soir et où j'ai zappé les trucs physiques, on a appris qu'on referait notre spectacle en janvier. Va y avoir de la répétition dans l'air. On ne sait pas si on sera tous de l'année dernière en ce qui concerne ceux du mercredi. Mais c'est plutôt une nouvelle sympa.
Il va falloir que je prenne 15 minutes chaque jour pour résumer mes chroniques DD sur internet parce qu'à force, je suis déjà paumé dans certains secrets que j'ai placés et que j'ai oubliés, cong.
Il va falloir que j'en fasse autant avec la campagne des 28 sur shadowrun et Torg que j'ai mené depuis des tas de mois, surtout avec Hervé et ma femme d'ailleurs. Le fait d'avoir défini des pouvoirs et des possibilités devrait leur permettre de faire des choix intéressants. Je n'ai pas défini tout encore cela dit. Je me tâte à raconter l'histoire du "début" en vidéo. Ca serait peut-être pas mal. En incarnant "l'ombre" à défaut de John Ghost qui lui a une tête bien plus jolie que moi, eh eh eh.
J'ai reçu une lettre de Thomas Gregory. Je la lis demain et je lui réponds.
Horus a passé une grosse partie de sa journée dehors. Bon, ben il devient de plus en plus indépendant l'andouille. C'est normal, c'est sa vie de chat. Je suis allé le chercher à l'instant pour le foutre sur mes jambes. Il reste. C'est con. C'est un chat qu'il faut chercher. Mais je ne l'échangerais que contre un Karma (ce qui n'est pas possible).
On se demande si finalement on ne va pas aller aux Etats-Unis (voyage plus simple) l'année prochaine pour se taper du genre une ou deux escales en chemin avant de filer sur la côte Ouest.
Il est aussi probable qu'on aille en Alsace (bien que ça me titille plus de pousser jusqu'à l'Allemagne).
Après avoir aidé un gamin pour son latin, je me dis que je m'achèterais bien un de ces livres pour l'initiation en cinquième. Bien pratique pour se faire des bases. Je regrette de ne pas avoir plus pratiqué mon espagnol ces dernières années et de ne pas avoir continué le latin (j'en ai fait qu'un an).
Il n'est jamais trop tard pour s'y remettre.
Par contre, se mettre au grec ancien. Houuuu. Ça risquerait d'être une autre paire de manches. Mais qu'est-ce que ça me dirait bien aussi. Après tout, le grec ancien, c'est la langue de base des 28... Des dioux.

mercredi 25 novembre 2009

Les pouvoirs des 28...


2 heures 14....


Boah, j'avais déjà défini des trucs. Au final, les personnages seront sacrément plus doués que la normale avec des capacités spéciales (7), un super inné sur des attributs (7), sept avantages (au choix à taper dans n'importe quel jeu qui existe) et sept pouvoirs de 28 (dont trois sont surtout très bien maîtrisés).
Les capacités spéciales, c'est un talent, une aptitude, un truc au choix des personnages au début en plus ces six machins qui sont : parler plein de langues, avoir plus de moule, être médium, soigner plus vite, avoir plusieurs visages, avoir une aptitude innée pour la magie.
J'ai déjà vu : super saut, super oreille, super vue, reproduire n'importe quel son, télépathie, voir le secret sombre, régénération, téléportation, s'entendre dire toujours oui quand on propose du sexe.
Certaines de ces capacités se rapprochent des pouvoirs des 28 et indiquent ce que le personnage risque d'avoir en favori.
Mais les pouvoirs, les gros pouvoirs des 28, eux, concernent les sept chevaliers de l'apocalypse, la maîtrise innée et renforcée de certaines formes de magie, le fait de pouvoir avoir des attributs divins ou des capacités de super héros.
Au départ, je voulais rester très free form sur les pouvoirs. Mais comme il y a sept niveaux de Puissance, je me fends de définir sept champs à chaque pouvoir pour juste imaginer qu'un personnage possède de plus en plus de "champs" dans ses pouvoirs au fur et à mesure qu'il les possède.
Je ne vais pas spoiler de manière précise quels sont les pouvoirs possédés par les Vingt-Huit afin de ne pas dévoiler de par trop les pans du mystères à mes éventuels lecteurs et joueurs.
Oh bien sûr, les 28 ont aussi des défauts :
- le fait de tomber de temps en temps dans le coma pour rejoindre la Cité (ou d'être infecté par un étrange mal).
- le fait d'être appelé parfois ailleurs.
- des pertes de mémoire à propos de certains faits.
- l'incapacité de se foutre sur la gueule entre eux.
- le fait de lier des gens à leur destin en agissant sur eux.
- la vision d'un sacrifice qui a été accompli et qui va s'accomplir.
- la nécessité de se retrouver un jour tous ensemble pour faire quelque chose pour c'te foutue planète (ou pas).
- un changement assez profond de la psyché et de la personnalité le jour où l'on reçoit le don.
Mais c'est bien mineur comparé aux avantages.
Pour l'instant, je n'ai pas fait jouer à gros, gros niveau. Mais il va falloir que j'y arrive dans le cadre de projections des personnages dans le futur, au bord de l'Apocalypse, à un moment où ils sont sérieusement blindés.

Je pourrais juste parler de l'un d'entre-eux.
John Drake. John Drake, c'est un Drake, un humain qui pourrait se transformer en petit dragon dans l'univers de jeu de Shadowrun. Mais Drake, lui, il ne veut pas, il veut rester humain adepte de la cponduite des véhicules et de la plongée dans la matrice. Il est cependant possédé par le souvenir d'une ancienne vie en tant que guerrier scandinave et ça lui joue des tours au quotidien où il est obligé de revêtir parfois l'habit du guerrier.
Au moment où tous devront se sacrifier ou pas, John s'est vu.
Personne ne peut lui refuser quand il demande à quelqu'un de coucher avec lui, il régénère tout type de dommage, semble savoir tout faire, absolument tout, et n'a aucun problème pour parler et communiquer avec quoi ou qui que ce soit. Il semble qu'aucune pensée ne puisse lui être cachée. Ce qui n'est pas un mal. Il est curieux John, très curieux.
Il aimerait surtout savoir s'il devra se sacrifier en 2012. Parce qu'après tout, il vient de 2050. Il est issu d'une expérience qui a permis de copier l'énergie sacrifiée de 28 personnes mortes pour sauver le monde. Ca le ferait un peu chier d'avoir à recommencer ce truc là.
Surtout que John sait qu'il existe deux paires de 28. Ceux d'avant 2012 et ceux d'après. Or, eh ben ceux d'avant, ils n'ont pas cessés d'exister.
Ouais, ça fait 56 vingt-huit. Un beau merdier. Surtout qu'il y a sans doute sept groupes de 28 dans les archives pour peu qu'on prenne la peine de se renseigner dans la bibliothèque de la Cité accessible à ceux qui savent tout.
Oh bazar.

mardi 24 novembre 2009

Snirfl

1 heure 45, le 24

Ben du coup, pas beaucoup de messages écrits sur c'te fichu blog à force d'avoir balancé des vidéos. Mais de toutes les manières, vu que j'ai chopé la crève comme on dit, je n'aurais pas eu grand-chose à dire. J'ai dû prendre mes responsabilités et louper l'hôpital aujourd'hui. J'ai décliné une invitation de dernière minute à faire une partie ce soir et j'ai pris sur moi de faire une sieste de plus d'une heure cette aprem.
Le début de l'hiver est toujours comme ça. Un bon coup dans la gueule.
On s'étonnera après que j'ai envie de fuir sous les tropiques.
Sinon, eh ben sinon, je m'inquiète toujours autant pour le futur de cette planète. Les gosses sont largués par la pub, les jeux télés et le manque de civisme. Ouais. Sans déconner. Les pays riches sont incapables de foutre 100 milliards sur la table pour essayer d'aider les pays pauvres à ne pas polluer et pour sauver cette planète. Je commence à me dire en gros qu'on va peut-être dans le trou.
Et ceci me renforce dans le fait qu'en étant végétarien, au moins, je ne participe pas à certaines des horreurs qui arrivent à cette planète.
Sans compter que j'ai dû prendre un coup avec les trois ans de la mort de mon vieux.
Mais passons, j'ai déconné samedi, dans la page du jour, sur le fait qu'il faut que j'écrive une belle histoire.
Il va donc falloir.
C'est le plus important.

lundi 23 novembre 2009

Chroniques Donjons et Dragons 44

Hum... Sans déconner. Dimanche, pas envie de faire grand-chose plus dans le journal que ce lien vidéo.
:) Mais alors c'est sûr que si on a rien suivi depuis des tas de mois, houuuuu...

samedi 21 novembre 2009

Trois Ans

Ah, pas autre chose à dire, pour une fois :)

vendredi 20 novembre 2009

Tadadadam.

3 heures 08, le 20...

Bon, je pense que j'ai eu le truc de ma femme mais sans être au tas vomi et diarrhée.
Et là, bon, ben c'est la gorge et la tête qui prennent. Y a pas mal de gens qui toussaient le week-end dernier ou parmi les gosses.
Blim.
Truc contre le mal de crâne, pschiit pour la gorge, thym et sauge et citron.
Sinon, j'ai rêvé encore une fois que je volais. Je croisais, de nuit, Sabine du théâtre dans une rue déserte promenant un chien. C'était cool parce que j'ai pu voler un moment à côté d'elle. Pif. Deuxième personne de qui je rêve au théâtre.
C'est qu'elles doivent un brin compter.
Je n'ai d'ailleurs pas parlé de l'impro qu'on a faite le mercredi soir. Moi et six filles (l'autre groupe était de une fille et cinq mecs). J'ai posé un truc pas con : un prêtre sataniste qui donne une drogue de vérité à une bande de bourgeoises coincées du cul. L'idée d'une drogue qui fasse forcer la vérité ou d'un sort qui ait la même capacité, ça peut être vachement bien pour une pièce de théâtre ou un huis-clos ou un scénar. Je vais essayer d'y songer.

jeudi 19 novembre 2009

Yoyo

1 heure 54, le 19...

Marrant, je pense à Lionel ce matin. Et pouf, il appelle quelques minutes plus tard. Je ferais bien de penser à Nicolas Sarkozy ou Jacques Chirac, tiens pour voir. La conversation au téléphone m'a fait penser à plusieurs choses (j'étais en train de faire des recherches sur Star Trek) : quel jeu idéal en SF pour mes joueurs ? Il y a tellement de jeux SF qui existent qu'il faudrait sans doute que je présente les souches de base aux joueurs et que je leur laisse choisir. Si je regarde dans ma ludothèque, je me retrouve, moi avec les choix suivants :
- Métabarons, tiré de l'œuvre de Jodorowsky et sous mon moteur de jeu préféré. (Avantage, on peut broder, les règles sont mes préférées, inconvénient moins ouvert peut-être que Star Wars)
- Star Wars, avantage, j'ai plein de scénarios possibles, y a plein d'ambiances éventuelles ; inconvénient, c'est un univers "vraiment trop à part" pour que je puisse le raccorder à mon multivers (sauf un twist particulier sur une idée à la con, un démiurge qui crée l'univers dont il est fan).
- Battlestar Galactica, avantage ma femme elle adore la série. Défaut, y a peu d'adversaires, pas d'alien, pas de possibilité de reprendre la série telle quelle, faut jouer sur un autre vaisseau. Y a aussi pas assez de pouvoir ou de mystique pour mon goût, mais après tout, tout se rajoute.
- Serenity, avantage ma femme adore aussi. Mais mais mais, encore une fois peu de pouvoirs psis et surtout je n'ai pas vu le film encore. Défaut pour moi également : pas d'alien. Ça peut se rajouter, hu.
- Dark Heresy, avantage, c'est touffu, bien écrit et dans l'univers de Warhammer (le premier jeu de rôle que j'ai acheté. Défaut, on y joue que les suivants d'un inquisiteur. Pas évident de se mettre dans la peau de quasi-fachos. Et puis aussi univers pas facilement adaptable à mes "28" comme futur probable de la terre.
- Rogue Trader, avantage, c'est aussi dans l'univers de Warhammer, ça joue à une échelle de commande d'un putain de vaisseau. Défaut, comme pour Dark Heresy, la rigidité éventuelle d'un rôle dont on ne peut pas vraiment sortir. Autre défaut, c'est assez lowtech dans plein d'endroits.
- Fading Suns. Un de mes chouchous, à condition de changer les règles. Un bémol, le voyage spatial y est trop lent entre les portes des étoiles (pour des vaisseaux) et les systèmes. Avantage, c'est déjà inclus dans un des futurs des jeux que je fais jouer. Défaut, toutes les races ne sont pas aussi attrayantes que dans d'autres jeux.
- Tigres Volants. Un bon jeu de SF avec des elfes et du fun. Mais je sais pas, il me manque la flamme dans ce jeu, y a pas assez d'alien et je me fais pas aux hommes chiens.
- Stargate. Pas assez SF au départ, règles trop lourdes, truc à trouver pour expliquer pourquoi tout le monde parle l'anglais.
- Trinity. Huuuu. Une putain de balle mais j'ai pas envie de piétiner sur les traces d'un autre mj qui nous fait jouer à ça. On a encore du potentiel pour explorer cet univers. Inconvénient, pas encore assez d'alien. Mais bon point de départ pour un futur éclairé.
- Shatterzone. Avantage, des règles que je comprends, y a une flotte comme dans Star Trek, un background permettant la plupart des trucs de SF mais pas tellement de "mystique", peu. Gros avantage, inclus aussi dans un des futurs des quatre mondes que je fais jouer. Défaut, ce manque de mystique justement.
- StarSphere, le monde futuriste de Torg. Là, tout serait possible parce que peu a été décrit dessus finalement.
- Star Trek. Avantage, je suis fan de l'univers, c'est possible de l'inclure dans mes "28". Défauts, j'ai pas encore assez de matos pour faire jouer, il faut incarner plutôt des membres de la flotte pour en profiter un max (c'est possible sans mais y a moins le parfum), y a le côté pyjama qui peut faire peur.
- Divers avatars de mon système de jeu préféré.

Il faudrait peut-être que j'en parle aux joueurs.
Ca ne serait que de moi, j'aimerais bien avoir l'occasion de pouvoir faire jouer une campagne Star Wars (pas classique et dans une uchronie) et une autre campagne SF.
Les éléments que j'aimerais voir mis en place sont des personnages maîtres de leur vaisseau (à la serenity), un pilotage lié peut-être à la psi (trinity), une menace sourde (battlestar), une recherche des origines, des portes des étoiles, du voyage dimensionnel possible pour goûter à plusieurs univers le temps de quelques scénars. Tout ce que je peux faire à StarWars, Shatterzone ou StarTrek finalement.

mercredi 18 novembre 2009

Prêtre-Magicien

1 heure 43, le 18

J'ai mélangé sans doute des tas de trucs de ma journée ou des jours derniers.
Sur une route sinueuse dans un paysage méditerranéen, je grimpe sur des rochers avec mon père. Bon sang, j'ai rêvé si peu de lui depuis qu'il est mort. Et je rêvais de toutes les manières si peu de lui. D'ailleurs, je crois que je ne rêve que très peu des gens que je connais. Ma femme de très rares fois, une copine de ma femme une fois, une copine du théâtre deux fois, ma soeur et ma mère jamais.
Bref, je grimpe sur cette colline en bord de mer après avoir quitté la ville où nous vivons et où il y avait des problèmes de circulation et de logement pour arriver à un centre sans doute consacré à la nature et à l'art. En montant dans un bâtiment jusqu'au dernier étage, sous pente, je tombe sur un groupe de gens allant faire du cinéma ou un truc du genre. J'ouvre les fenêtres parce que c'est enfumé. Mais je ne sais plus à ce moment où est mon père. Il n'était là que pour me faire sortir de la ville et m'aider à grimper. Il cesse de m'accompagner au milieu du centre, à un moment où nous passons devant des donuts très colorés dont il ne veut pas.
Bref, après la réunion de futurs figurants - ou que sais-je - je descends d'un étage et arrive dans une classe un peu à l'ancienne. Il semble que j'ai perdu quelques années et que je sois à nouveau un enfant. Je montre alors aux personnes de cette classe que je dispose de pouvoir de lévitation et de psychokinésie. J'arrive également à exorciser une petite fille possédée par un démon. Le prof de la classe, ravi de mes performances, voudrait que je devienne un prêtre. Mais je lui dis clairement que je préférerais être un magicien, ou à la limite un prêtre-magicien à condition de trouver un endroit pour l'être.
Mon père, le vol, des pouvoirs, de l'action, des paysages, de l'émotion.
Il va falloir que je recommence, des dioux. :)

mardi 17 novembre 2009

Deux entrées de jeu plus tard...

1 heure 22, le 17

Un collège fermé à St Germain du Puy. 150 élèves sur 500 malades.
Toujours mal au doigt que je me suis brûlé en sortant un bol du micro-ondes.
Un peu vaseux, pas assez dormi.
Plus de 20 enfants en même temps à l'aide au devoir. Ils ne respectent plus leurs créneaux. Ca ne va pas pouvoir être possible.
Hors de question que je me bouffe les vendredis matins deux fois par mois pour des réunions qui ne servent à rien à mon niveau.
Une petite vieille bretonne qui a manqué passé hier, qui en a marre, qui a 87 ans et qui peut me raconter clairement des tas de trucs intéressants pendant près de trois-quart d'heure.
Un résumé envoyé à Alexandre sur des choses qui arrivent à son personnage.
La lecture encore de Star Trek et l'envie d'y goûter un peu en jeu de rôle en rajoutant certains éléments persos bien sûr.
Un bon film de Robert de Niro ce soir à la télé.
Une vidéo sur la FAO et un extrême énervement de constater que nous pays riches sommes vraiment de gros enculés de merde.
Il y a des connards qui profitent horriblement et une petite partie de ce profit suffirait à sauver c'te planète.
Un soupir. C'est con qu'on doive tous souffrir ou crever à cause de l'égoïsme de quelques-uns. C'est con aussi qu'on soit égoïste. Si on l'est.
L'envie de se concentrer sur des choses pas égoïstes.
Le lien du film fait avec Horus : http://www.youtube.com/watch?v=YY_ig6mrrQk
Zoup là.

lundi 16 novembre 2009

Du 21 au 24 juillet 1991, journal de Ghost.

Les faits majeurs de ces derniers jours
Le Ravageur a été éventuellement été identifié comme étant sans doute Laura, la cousine de Montgomery Miles. Mais Keanu Kanuala, prêtre catholique mais pas trop, et Vincente Gioli, consiglieri de la mafia, pourraient mériter ce titre.
Le Tootsy Tutty, bar dans lequel il y a eu tuerie sur Coréens organise parmi les meilleures parties de poker de la ville. Il parait, ouais, il parait, qu'on peut miser bien autre chose que de l'argent.
Les chevaliers ont un nouvel allié en la personne de Crawford Miles.
Seamus est rentré du Japon et enquêtait sur du lourd là-bas. Il a disparu en loupant une téléportation après avoir fui une menace.
Dans la cave de Seamus, il y a Nelson. Nelson aime le poisson. Il tue ceux qui sentent le poisson. C'est comme ça. Nelson, il vient de la Chine profonde. Ou d'un truc genre Tibet ou Himalaya.
Une vision du futur montre Seamus et Nelson devant des profonds.
D'autres visions du futur montrent Seamus se faire aider par des russes pour défoncer du pont abyssal.
Parks va retrouver sa dernière graine Kaupman.
Il y a certainement un sphinx dans la région de Guadalupe. Une créature de l'inconnu extrêmement difficile à tuer.
La carte indiquée par votre serviteur montre tous les points où le voile pourrait trop facilement se déchirer.
Il y a monsieur Clark, de la cellule Licorne qui a été manipulé par le père Keanu Kanuala pour essayer de tuer dans un restaurant japonais Seamus, Jessica et Sarah.
Darryl, il est ami avec un vampire proche des bêtes. Ce vampire proche des bêtes, il est ami avec une rate un peu spéciale, bien grosse et toute blanche, qui appartenait à "yoyo", un gitan itinérant tué dans la région de Guadalupe.
Là-bas, dans la région de Guadalupe, il y a peut-être des anges de la mort et des fantômes.
Kaupman, il a peur, il va demander un truc aux chevaliers. Juste un petit truc. Un truc pas dangereux en apparence. Mais quand même.
La propriété dans laquelle les personnages vont devoir s'introduire pour rendre service à Kaupfman appartient à un homme d'affaire lybien,Tarik Al Bessad, un monsieur spécialisé dans les arts et livres anciens. Très spécialiste. Chez lui, il y a en particulier Trevor Thompson, un monsieur à qui on ne la fait pas et qui prendra la peine de mettre aux trousses des chevaliers des "passeurs" si ces derniers révèlent qu'ils contrôlent le temps. Hé, c'est qu'il a bien remarqué quand même que c'était embêtant ces arrêts du temps qui survenaient de plus en plus. Ceci dit, il y a des choses intéressantes dans le manoir Al Bessad, notamment quelques ouvrages indiquant des endroits "chauds" de cette planète.
Seamus, il a des photos qui sont bien cool. Y en a une pour les îles Tonga, une pour l'Antarctique, une pour l'île de Mann et une autre qui est à l'île des Pins. Là-bas, y a des portails. Oh oui. Et ils mènent dans des endroits chauds et humides, croyez-moi.
Kaupman, il connaît aussi "Cannibal Joe", un type qui a tout pour survivre à un hiver nucléaire et qui ne fait plus vraiment confiance au gouvernement américain. Il a de quoi fournir du matos ou de l'aide pour filer dans les dunes de sable de Guadalupe.
Janus Jabert, un monsieur avec des gouts pas orthodoxes pour les jeunes filles, très jeunes filles qu'on trouve à Pattaya a délivré une autorisation de creuser aux chevaliers. L'autorisation définitive devrait arriver d'ici quelques jours.
Les macarons de Cynthia sont vraiment pas mauvais. On verra quand je pourrai manger ceux de Jessica.
Le bon chiffre pour affronter un sphinx, c'est cinq. A priori.
C'est le 21 juillet. Il faut beau. Mais il ne sentira pas bon le sable chaud.

24 Juillet.
Cinq chevaliers : Mort, Famine, Pestilence, Guerre et Colère de Gaia.
Ca y est, il est arrivé plusieurs trucs pour les chevaliers.
Bon, en premier lieu, ils n'ont pas encore rencontré "Cannibal Joe", mais c'est normal aussi, il a eu peur de la flopée de types au courant à propos du Surnaturel qui ont pointé le bout de leur nez à Guadalupe.
Y avait mr Johnson, de son vrai nom Elias Cutlas, qui est un chasseur. De fantômes essentiellement. Il travaille pour le compte de Lance Palmer, le frère du sénateur Dewey Palmer. Des mecs puissants. Il est chargé de s'occuper de la sécurité de Betsy Palmer, une jeune fille qui a reçu très fort le don de percevoir l'inconnu et qui se retrouve trop souvent dans des endroits liés à l'inconnu. Faut voir quand même que la mère de Betsy n'était pas un être humain tout à fait ordinaire, hein. Ça... Une ange que c'était. Peut-être que sa fille est destinée à en devenir une. En tout cas, les chevaliers l'ont sauvé elle et son fiancée Mickey. Fallait être idiot, aussi, pour partir dans les dunes de sable de Guadalupe où des tas de rumeurs de disparition avaient cours.
Y avait les chevaliers, bien sûr, débarqués en grande pompe finalement quand on considère que certains d'entre-eux ont des physiques d'agents spéciaux.
Puis y avait aussi les agents spéciaux du gouvernement, chargés de récupérer des créatures étranges. Ils ont essayé de capturer Steve Mc Cornill, membre d'un groupe de motards gay surnommé les "fuckers", un individu dont le véritable secret n'est connu que par les O'Reilly. Prévenu par un ange de la mort, après que lui et ses compagnons aient défait le sphinx, Seamus s'est téléporté pour sauver celui qu'il doit sauver. Il s'est retrouvé dans un endroit où il est clair qu'il va enfin avoir quelques explications sur son passé et son statut de gardien du masque de nacre.
On peut dire que le Sphinx de la cité sous le sable était aussi un personnage à part, réveillé par mégarde dans le cadre de la reproduction d'un rituel, il a donné du fil à retordre au chevalier avant de périr grâce aux pouvoirs de téléportation de Seamus qui put amener tout le monde dans le domaine de la créature. Et puis aussi sans doute au pouvoir de mort de Sarah et aux capacités de combat de tous les chevaliers qui réussirent à chacun frapper simultanément la créature afin de l'expédier ad patres avant qu'elle n'ait temps de s'enfuir en se téléportant.
Je pourrais parler de Kenzo, le japonais aux muscles surdimensionnés, ou de Chen, le chinois au ventre énorme, qui travaillent pour Crawford Miles mais je n'ai pas encore rêvé d'eux beaucoup, bien que je pense qu'ils fassent une excellent équipe avec Abott Grevisse et Don Tilezzi, les deux derniers membres du quatuor de choc de Miles.
Je pourrais aussi parler de LUI, après l'apocalypse, lorsque tout le monde et toute vie animale a disparu de la terre. Il veut mon masque, il me veut moi, il veut que je le rejoigne pour être complet. Mais non, désolé, il aura beau avoir déjà absorbé l'ombre, je crois que j'ai compris. Il ne peut être totalement un Dieu que s'il a le pouvoir consenti de l'ombre et de l'oracle en lui. Et Jessica qui ne comprend pas pourquoi je ne mange pas ses macarons.
Je sais aussi que dans la cave de Crawford Miles, en utilisant les baguettes du "Gardien" remises par Miles à Seamus, les chevaliers ont trouvé la porte d'un des gardiens du seuil. Je trouve sympa que, mine de rien, ce dernier ait informé les chevaliers d'un des plus grands pièges qui pourraient leur arriver : cesser de croire en eux-mêmes. Il a parlé de ce Jack, le dernier investigateur à avoir franchi une porte dans son domaine. Il est tombé sur une succube qui lui a fait croire que son univers n'était que le produit d'un holodeck dans l'univers de Star Trek. Ce dernier a tout fait pour sortir de l'holodeck et maintenant il nourrit la succube par les émotions qu'il génère dans la réalité virtuelle fabriquée pour lui par la succube.
Enfin, je me dis que c'est peut-être pas mal que tous sauf Mort aient pris conscience du fait que sous la Cité s'étendent autant de monde. Ils ont vu les créateurs des six mondes physiques de la ligne horizontale : Giulia, Licorne, Cendre ou Jane, Yul Jon, David et Vic. Ils n'ont pas su qui était le créateur du septième monde. Un monde où un 28 est devenu l'ombre et a transformé peu à peu toutes les autres ombres en son avatar.
Dans le troisième monde, celui de Yul, ils ont vu qu'il y avait une ligne verticale. Et sept mondes également. Les quatre mondes déchirés et les trois mondes d'à côté.
Je ne regrette pas d'avoir dit, aussi, ce que je pensais des graines aux chevaliers. L'idée est quand même que les 28 sont séparés en quatre groupe de sept dans quatre mondes parallèles et qu'en faisant germer des graines, ils créent les réceptacles des 21 autres 28 qui ne sont pas dans leur monde. Lorsque la fin sonnera, ils se réuniront mais qu'adviendra-t-il des 72 graines ainsi créées ?
A moins, bien sûr, que ces graines n'aient jamais vraiment existé que pour permettre de soutenir le fait que les 28 soient déchirés en quatre. Mais je me complique la vie à réfléchir à tout ça. Je reviens à l'immédiat : Kaupman a rencontré les chevaliers, leur a révélé qu'il possède le don d'illusion. Pas le don le plus inintéressant d'ailleurs parmi les 28.
Les chevaliers se sont inquiétés de savoir s'ils possédaient eux aussi leur don.
Ils croient que ce n'est pas le cas. Mais pourtant, ils devraient savoir. Leur don, ils l'ont déjà. Qu'est-ce que ça voudrait dire, sinon, de pouvoir être Mort, Guerre, Famine, Pestilence, Colère de Gaïa, Ruines et Folie...
C'est tout aussi bien, après tout, que de pouvoir posséder d'autres pouvoir comme l'immortalité, le vampirisme, la télépathie ou la téléportation...
Je n'ai pas encore bien regardé le futur par contre. C'est pas moi qui décide après tout. Entre le contact qu'ils se sont fait avec Mr Johnson (pour Palmer), la connaissance qu'il y a des agents gouvernementaux s'intéressant à des menaces liées à des créatures du genre profond ou "crevettes de l'espace", les possibilités offertes par l'Octogone et celles données par la Save, les chevaliers ont vraiment de quoi voir venir.
Ah oui, j'ai oublié de parler du bateau ou du vaisseau. Ils ont aussi trouvé Ronan Kalounec. Ce qui est bel et bien. Il est un des trois qui ont survécu et qui survivront toujours, lui, après tout. Un des trois qui sont aussi le Cocu et le Vampire. Ou LA. J'ai oublié.
Ouais. Comme je préfère oublier les trois futurs possibles qui ont été présentés aux chevaliers.
Dans le premier, les étoiles meurent. Et je vous raconte pas le merdier que c'est au niveau de la société qui a replongé dans une sorte de féodalisme.
Dans le second, les barrières physiques et spirituelles sont mises en place, mais ce sont des planètes qui ont pété. Je ne crois pas qu'on puisse parler proprement d'un futur clair. Mais au moins ceux qui ont le pouvoir sont les gouvernements, les corpos et une sorte de flotte. Il n'y a pas de monstres ou de démons qui dirigent les hommes.
Dans le dernier, c'est une vision d'un futur ou des surhommes peuvent guider les hommes... Mais pendant combien de temps avant que ceux qui vivent entre les couches ou que ceux qui ont oublié qu'ils étaient des hommes ne viennent faire la guerre ?
Je ne sais pas pourquoi la vision du sixième monde n'a pas été donnée. Ou qu'il n'a pas été aussi plus montré la possibilité de l'Apocalypse. Je mets de côté, la vision de celui qui pense vraiment que nous sommes tous dans un holodeck depuis le départ et que nous pouvons nous réveiller. C'est une vision qui est commune à presque tous les mondes.

dimanche 15 novembre 2009

Torg Reloaded

Minuit 44...

Ch'uis un peu embêté que ma femme n'ait pas pu jouer aujourd'hui. Mais bon, elle était bien dans le pâté et je dois avouer que je ne suis pas frais non plus.
Mal de crâne et un peu nauséeux toute la journée, j'ai dû annuler la soirée de ce soir pour ne pas tirer trop sur la corde. J'avais peur de me retrouver dans le même état que ma femme.
Cette après-midi, j'ai commencé à tester la fiche que j'ai faite, il y a un ou deux trucs improvisés à la volée que je me suis permis de mettre, les personnages ayant été créés vite.
Je sais que ma femme préfère nettement Shadowrun à Torg, mais ce n'est pas forcément mon cas dans cette campagne que je mène qui mélange les deux univers (et d'autres). Et surtout, elle n'a pas goûté encore à la logique de plusieurs des mondes qui pourraient lui plaire, ceux qui sont axés dans des univers qu'elle préfère.
Cette après-midi, donc, j'ai donné naissance à un ninja d'entreprise, un psychologue d'une réalité cyberpunk et à un loup-garou d'une réalité horreur pour jouer un scénario que je pense écrit par Nigel Findley dans un recueil de six scénarios. Que je pense à cause du style d'écriture et du fait qu'il avait écrit plus sur le Japon dans ce jeu. Particulièrement un excellent roman que j'ai lu dans l'avion en rentrant d'Australie.
Les personnages créés cette après-midi sont importants car ils sont ceux qui joueront une campagne que ma femme attend depuis longtemps et que je pourrai commencer uniquement après quelques séances de prise en main de ce nouveau moteur de jeu.
Je songe à revoir un peu la donne sur ma fiche pour laisser les joueurs choisir entre deux jeux de caractéristiques sur certains éléments précis quand ils se spécialisent. Mais c'est du blabla dont on peut se foutre dans ce journal.
Je me suis permis aussi de définir le pouvoir de base de chacun des 28 et ça donne quelque chose dont je suis assez content. Bien qu'au final, je doive peut-être revoir un pouvoir dans le sens où il y a en gros redondance avec un autre sur le plan physique. Mais bon...
Après réflexion, je vais laisser tel quel. Je suis beaucoup moins bon quand je réfléchis trop à un truc. Ou quand ce que je fais ne provient pas d'un déclic que j'ai alors que j'entends couler de l'eau.
Fontaine à eau.
Va falloir que j'en prenne une. Ou que je m'installe à côté d'un endroit où l'eau coule sur les rochers pour être débarrassé de tous mes maux.
Enfin bref, tout ça pour dire que je suis bien content d'avoir aussi repris un des systèmes de jeu que j'apprécie le plus et que ma fiche universelle semble pouvoir fonctionner pour tous les jeux que j'aime bien, cong.

samedi 14 novembre 2009

Oui, mais

1 heure 49...

Si je connais de gros événements du futur, est-ce que je change la donne très vite au risque de changer les dits événements en pire ?
Si j'ai les moyens de revenir dans mon passé, à quel moment et qu'est-ce que je change ?
Deux fantasmes que j'aimerais bien réaliser en vrai.
Heureusement que je suis rôliste.

vendredi 13 novembre 2009

Gastro et étoiles.

2 heures 28

Bon... Ben ma femme est toujours au tas.
Bon... Ben tant mieux pour lui sur le casting, Bruno a été pris quatre jours.
Bon.. Ben tant pis pour moi, je n'avais qu'à pas ne pas avoir l'idée de me raser la tête huit jours avant (je ne l'aurais pas fait si j'avais su qu'il y avait un casting).
Bon... Ben si ma fiche universelle est à peu près faite, je me retrouve avec deux philosophies de jeu, voire même plusieurs. Va falloir que je rédige ça.
Bon... Ben, je suis passé en mode Star Trek en lecture aujourd'hui. Il faut voir que j'ai quand même quatre jeux tirés de l'univers de Star Trek. Quatre. Et c'est toujours la même manière sur la formation des cadets, ça prend du temps.
Star Trek, c'est un univers qui fait rêver en ce qui concerne des aspects de la technologie pourtant. S'il y a combat, pouf t'es touché, t'es au tas ou t'es mort. Et les duplicateurs permettent de tout faire.
J'aime bien l'option "Voyager" pour du Star Trek.
Enfin bref. Mes briques construites, va falloir que je bosse à la manière de les appliquer.
J'ai une idée avec le fait que les pjs aient pour l'instant salement eu l'occasion d'être prisonniers de Holodecks.
Bon.. Ben, je me suis encore pris la tête avec des mecs sur le forum qui ne comprennent pas que leur intelligence n'est pas celle de tous ceux qui prennent un jeu tel quel en main. La plupart des jeunes mjs ou des mjs qui n'ont pas l'habitude se font niquer en pensant qu'un jeu de rôle est "by the rules", que ce qui est écrit niveau règles est pierre de la loi. Or, dans plus de la moitié des jeux de rôle, il y a des bugs au niveau de la simulation des difficultés.
Certains jeux sont connus pour faire des personnages joueurs des lamentables merdes capables de louper 50 % du temps des jets très faciles (quand les personnages possèdent les bonnes compétences en plus).
Ca m'énerve parce que ma position est de me foutre à la place des personnages joueurs et des mjs débutants alors qu'ils raisonnent en vieux briscards capables de concevoir autrement les difficultés et ne se rendent pas compte qu'à certaines tables de jeu, c'est l'horreur.
Tu me diras, on s'en fout. L'important c'est ce qui se passe à ta table.
Je répondrais non. Si on a une passion, on a envie de communiquer pour que certains des défauts soient atténués.
Mais bref.
Je ne vais pas m'énerver plus longtemps. Ca ne sert à rien. Les foutues statistiques sont avec moi. Et plus le temps passe, plus je me dis qu'il ne faudrait pas créer un jeu de rôle sans avoir dans les mecs qui font les règles un type branché dans les maths et les stats.

jeudi 12 novembre 2009

Malade.


1 heure 43, le 12...


Té, pour une fois, c'est pas moi.
J'espère que je vais pas choper le truc que ma femme a. Parce que je risquerais d'être encore plus au tas qu'elle.
Il y a quand même des possibilités pour qu'elle se fasse un week-end vraimeeeeent prolongé du coup.
On verra bien au réveil.
Je regarde Horus. Pour une fois, c'est lui qui est venu se mettre sur mes genoux. Du coup, je suis bloqué.
Je regarde l'année dernière. Je n'ai pas été pris pour recommencer le CEL et franchement, ça ne me prend pas la tête. J'ai l'impression d'avoir plus de temps le jeudi et le vendredi comme si mes vrais jours de boulot étaient du lundi au mercredi (et encore le lundi, c'est parce que je vais à l'hosto).
Je regarde l'image de mon père, là-haut sur l'étagère, et je repense à ce numéro de téléphone que je ne peux plus faire.
Je n'ai pas fêté la fête des morts, je n'ai pas fleuri de tombe. Et je ne me suis toujours pas occupé de la pierre tombale.
Ch'uis pas encore prêt à retourner à Ouessant.
Je regarde le plaisir que j'ai parfois avec les mômes. Je me dis que dès que ça m'emmerdera, j'arrêterai. Aider et transmettre. Ouais.
Je regarde la fiche que je viens d'imprimer. Ce n'est pas encore parfait, mais on s'approche de ce que je voulais, cong.
Je regarde la télé. Je suis plus en forme à cette heure ci pour le faire que tout à l'heure. J'ai foiré des tas de bouts de HellBoy 2. Mais bon, en même temps, j'ai pas vu le 1, hein.

mercredi 11 novembre 2009

Pour une fois que je suis fier.

2 heures 10, le 11

Sans déconner. Je suis bien fier de la vidéo que j'ai mise en ligne aujourd'hui, elle est la synthèse de deux trucs : un sujet sur le jeu de rôle comme dans mes chroniques du lundi et le chat du mercredi (ce qui fera plaisir aux sept personnes qui sont inscrites sur le blog d'Horus).
Bon bien sûr, j'en ai fait une d'avance qui rajoute encore plus d'éléments sur ce que j'ai envie de faire jouer en jeu de rôle par exemple.
Mais comme ça me titillait de faire une rubrique où je parlais de jeux de rôle en les critiquant, je me dis qu'avec les chats, tout de suite, c'est bonus.
Les liens sont ici (la vidéo est la même, mais bon) :
http://www.dailymotion.com/video/xb3uz8_chat-de-role-star-trek-deep-space-n_fun
et
http://www.youtube.com/watch?v=pJW1998EcVo

mardi 10 novembre 2009

Chroniques Rôlistes.

2 heures 36...

Plus j'en viens à me remettre à écrire des trucs ou à constater que je ne lis que du jeu de rôle, plus je me dis qu'il va falloir que j'ouvre de manière plus régulière un autre blog (afin de réserver celui-ci à des pensées plus générales).
Mais plus je me dis que ça fait de toutes les manières tellement partie de moi que pourquoi changer ?
Bonne visite à l'hôpital aujourd'hui, beaucoup de monde pour visiter les malades.
Quelques tranches de vie où se rend compte de la grande détresse de certains (l'épileptique borgne de la semaine dernière est un incroyable morceau qui déchirerait le coeur de pas mal de monde. Une histoire bien triste).
Un reportage vu ce soir sur Patrick Swayze en pensant à Pascale du temps des Beaux-Arts qui confiait que c'était son fantasme d'homme. Patrick Swayze, c'était quand même un grand bonhomme, pitin.
Un reportage vu sur Berlin par de Caunes. Ca donne envie d'y aller mais en étant un gros fétard. Sans l'être, ça gâche un peu et là, coup de vieux. Il y a des choses que clairement je n'ai pas vécues jeune, pitin.
Mais passons.

lundi 9 novembre 2009

Mais mais mais mais...

2 heures 27...

Je viens de regarder un p'tit peu les personnages que j'ai joués ce week-end. Et bon...
Bon d'abord, on ne peut pas parler de regarder, juste ai-je posé un regard dans la voiture en discutant avec Hervé et ma femme en revenant de Vierzon.
Aigle Ours-Truite a des aspects marrants et impossibles mais au final, c'est un personnage tragique qui essaie de tout faire pour que sa sœur soit complète. Il est amnésique, blessé, à la traine, mais rien n'est plus important que faire régner une certaine forme de justice (en acceptant des compromis nécessaires avec toute créature ne faisant pas régner ouvertement le chaos) et de découvrir comment sauver sa sœur, bien avant lui-même. Un concept un peu rigolo au départ se transforme dans la manière dont je ressens et en dépit des rigolades dans la partie en quelque chose de plus en plus dramatique. Lui en quête de spiritualité dans les bois, sa sœur, que je suis obligé de jouer (mais en étant pas du tout investi pareil, je regarde ce personnage de l'extérieur quand je l'incarne, ce n'est pas le mien au départ), en quête bien plus simple de la maîtrise de la magie, solution à tous les problèmes. La quête de la sœur que je n'ai pas choisi de jouer bride le développement du personnage qui est prêt à se sacrifier pour celle qu'il a espéré pendant des mois. C'est assez marrant de se voir empêcher en tant que personnage par un autre personnage qu'on a pas choisi mais qu'on doit jouer. J'aime bien cette idée du sacrifice familial et de l'honneur. De son côté, la sœur, fait elle aussi des sacrifices sur son style de vie et possède le même sens de l'honneur mais beaucoup plus intériorisé et, surtout, elle n'a aucune quête spirituelle, elle ne doute pas sur son avenir.
La femme en l'homme est sure et plus déterminée ? Serait-ce à ce point étonnant ?
L'autre personnage, Nigel Faust, pour Cthulhu est un vrai personnage tragique et l'humour vient qu'on puisse rigoler au-dessus de lui ou de quelques vannes d'humour un peu cynique qu'il se permet. Quand tu es motivé par la vengeance, que tu affrontes des ennemis ignobles qui s'en prennent à tes proches et à la fille que tu as récemment découvert, que tu as déjà perdu une femme et une fille et que ta dernière fille est sans doute aux mains des thugs, tu as de quoi ne pas faire envie de rigoler.
Alors pourquoi des personnages qui ne sont pas légers ?
Parce qu'en ce moment, ça doit m'emmerder je suppose. Le plus bourrin ou léger de mes persos ne l'est qu'en apparence. Derrière le voile, il y a souvent cet énorme sens de la famille que personne ne remarque. Ce qu'on attend du héros ordinaire. Le héros qu'on ne devine pas et qui n'attend pas la gloire.
Tout ça me redonne envie de tâter de "Gérard Cassin" qui a commencé super léger quand même pour finir en véritable questeur spirituel, en pèlerin.
Même si elle ne transparait pas toujours, j'ai besoin de vivre la richesse intérieure et spirituelle d'un personnage et de lui inventer des conflits et des difficultés pour y croire.
Est-ce qu'on ne devient pas meilleur dans la souffrance ? En jeu de rôle comme dans la vraie vie ?
Ch'uis pas toujours certain pour la vraie vie ou du moins si on parle de souffrance, c'est aussi peut-être de devenir meilleur en affrontant celle des autres, ce que je fais à l'hôpital par exemple.
Je pense à John Ghost, un de mes plus grands pnjs fétiches, je pense aussi à Yul Jon Rabatna ou Laetitia Dolman, que des personnages qui souffrent à l'intérieur mais qui ne laissent pas cela transparaitre et qui apparaissent comme comiques ou étrangers parfois.
La forme ne pourrait jamais aussi bien exister sans ressentir le fond.
Jamais.
Enfin pour moi.

dimanche 8 novembre 2009

Le jour du seigneur.

3 heures 59...

Hou bon sang, j'ai imprimé une belle fiche pourtant ce matin. Très détaillée avec plein de choses. Mais au final, j'ai revu ma copie pour vraiment fondre tous mes jeux fétiches en un.
C'est StarWars D6 le grand gagnant pour le modèle de base.
J'en parlerai un peu plus demain. Mais disons que j'ai opté pour 4 fiches types.
Au plus proche du jeu de base avec les attributs et compétences universelles.
Avec la fiche universelle et des twists d'autres jeux.
Avec une fiche réduite à la plus simple expression de 4 attributs universels (5 en fait)
Avec une fiche qui intègre un processus de réflexion mené en 2 et en 3.
En gros, on aurait 7 attributs de base (fabriqués avec 8 briques de base) et 4 domaines (fabriqués aussi avec les mêmes 8 briques de base). Mais il est tard.
Pour résumer simplement, ça donne : Feu, Air, Eau, Terre, Mécanique, Technique et Fluide qui peuvent recevoir les domaines Corps, Sens, Aura et Savoir.
Un jet de Feu Savoir sera par exemple bien utiliser une arme lourde alors qu'un jet de Technique Aura permettra de faire un joli boulot d'artisan par exemple... Mais pouf, pouf. Une autre semaine de boulot pour faire ça joli et bien sur une grosse demi-douzaine de jeux.
Pas de nouvelle d'Horus. C'est jour chômé le dimanche.

samedi 7 novembre 2009

Fate bis

3 heures 02, le 7...

J'ai finalement opté pour (en copiant sans doute StarWars D6) :
Air, l'Empathie (Charisme et Perception) ; Eau, le Savoir et la Source (Logique et Volonté) ; Terre, le Physique (Constitution et Force) et Feu, l'Action (Agilité et Réaction).
En mélangeant les aspects de ces quatre caractéristiques, j'obtiens :
Mécanique (pour tout ce qui est pilotage) : un mélange de Réaction et Volonté (étrangement).
Technique (pour tout ce qui est précis dans la science) : un mélange de Logique et Perception.
Capacité de Combat ou CC : un mélange de Force et Agilité. Cela concerne de l'action brute par rapport à ce que Feu peut faire.
Chance (parce que j'en avais envie) et qui est un mélange de Charisme et Vigueur. Parce que bon, quand on est beau et bien portant, on peut dire qu'on a sacrément de la chance, hu.
J'ai pondu une fiche archigénérique. Mais je suis en train d'en construire quatre personnalisées.
Pour les mélanges que je fais cette année entre plusieurs jeux et règles.
D'un côté Torg et Shadowrun ; d'un autre Chill, Supernatural et Torg ; d'un autre du système D6 et du dernier, du monde des ténèbres éventuellement et de l'appel de Cthulhu.

Quoi ? C'est du charabia.
Ouais, je sais. Mais tant pis. Fallait que je résume cette semaine à la con dans mon journal.
Sinon, eh ben la mère d'Eliane a été bien contente que sa fille puisse être là pour ses 60 ans. Moi, évidemment, ce n'était pas possible. Mais tant pis. J'ai eu l'idée, j'ai fait une vidéo, sa fille était là. C'est déjà ça de pris.

vendredi 6 novembre 2009

Fate

3 heures 14, le 6.

Bon anniversaire pour les 60 ans d'Eliane. C'est moi qui ai eu l'idée qu'on débarque à l'improviste chez elle. Mais mes horaires sont trop à la con pour que je puisse le faire.
A moins que je ne prenne la voiture tard le soir. Mais je me flingue si je roule deux heures trois quart de nuit.

Sinon, j'ai continué à tourner bien plus que ce que je pense qu'il aurait été raisonnable sur cette fiche Universelle. Et pouf.
Je pense que je tiens le bon bout même s'il va falloir que je fasse cinq ou six versions selon les jeux de base. Des p'tits détails mineurs qui feront la différence. Mais bon.
J'avais à associer 2 paires de caractéristiques au 4 caractéristiques principales. Ça n'a pas été facile. Parti au départ pour associer Intuition et Logique, Réaction et Agilité, Force et Vigueur et Volonté et Charisme, je suis ensuite passé à Logique et Réaction, Force et Agilité, Perception et Charisme, Vigueur et Volonté. Mais au final, j'ai retenu des choses qui sont au plus proche du jeu qui m'a inspiré ces quatre caractéristiques : Air, le Verbe et la connaissance, l'action mentale (Logique et Charisme) ; Eau, le Mouvement et le Fluide (Perception et Réaction) ; Terre, La Résistance et la stabilité (Vigueur et Volonté) et, pour finir, Feu, l'action physique, le combat (Force et Agilité).
C'est moins classique que des associations plus ordinaires en jeu de rôle. Mais comme les sous caractéristiques peuvent être différente de leur moyenne (encore heureux), on peut rester avec un mec Fort et moyennement agile ou avec un très intello tout juste normal pour causer.
Le système pourrait s'appeler F.a.t.e pour Feu Air Terre Eau. Mais en anglais, ça donnerait pas la même chose. Hum. Vais me coucher, tiens.

jeudi 5 novembre 2009

Coup de Blues

2 heures 53, le 5...

Et merde. Y a la Crécelle qui ferme. La brasserie où j'ai appris à faire de la bière, où le propriétaire nous a expliqué des choses intéressantes sur la bière et où il y avait sans doute une des meilleures bières de Bourges.
Liquidation judiciaire. Pas étonnant si grandes surfaces mettent un temps dingue à payer.
Il parait que ça va être repris. Mais je doute que ça puisse donner la même chose.
Ca m'énerve vraiment parce que j'ai passé un bon moment avec André, Août, bordel. Les bouteilles de bière qui restent dans ma buanderie prennent d'autant plus de valeur.
Je devrais pas être comme ça. J'ai fini presque la fiche universelle que je tenais tant à faire (enfin, faut moduler encore pas mal de choses mais dans l'absolu, hein). J'ai reçu aujourd'hui le cadeau de Noël des parents de Kat : une machine à laver la vaisselle. Je me suis bien reposé. J'ai commencé un bouquin de jeu de rôle sur une de mes séries SF préférées : Deep Space Nine. Je me suis bien amusé au théâtre. J'ai fait la femme de ménage une heure et demi au moins aujourd'hui mais c'était pas plus mal, il y avait besoin. Mais là, pitin.
Trop con. Il va falloir que j'y fasse un tour demain. La seule brasserie artisanale de Bourges qui ferme, putain. Fait chier.

mercredi 4 novembre 2009

Esperanto rôliste

3 heures 13, le 4...

Plus de deux heures à bosser sur une grille de transfert des attributs entre tous les jeux fétiches que je fais jouer (et encore, j'ai oublié Donjons, mais donjons est un peu à part).
Et je n'ai pas fini. Faut que je peaufine.
C'est que c'est pas simple cette grille universelle de correspondance. Elle passe par les attributs d'un jeu de rôle appelé Everway.
Il faut d'ailleurs encore que je fasse une fiche absolument générique et multijeux.
J'ai aussi fini de lire ce que j'avais à lire pour Bloodlust. Mais il y a d'autres fichiers en attente.
Dans l'absolu, de toutes les manières, il s'agit de tout ramener, peu importent les époques, à 28 compétences et 4 attributs majeurs ainsi que 2 secondaires.
Dans l'absolu.
Ce n'est pas toujours évident, surtout quand les jeux que j'ai retenus pour cette grille universelle sont Shadowrun, Shadowrun 4, système Cortex (supernatural, serenity, battlestar), D6 system, white wolf, Warhammer, Torg et Chill.
Mais je suis pas loin du bout.

mardi 3 novembre 2009

Les visages de ceux qui respirent encore

2 heures 03, le 3

Il y a des tas de fois où je me dis que le lundi soir, je devrais essayer de faire quelques lignes sur chaque malade que j'ai rencontrés.
Ce qui est bizarre, de fait, très souvent cela dit, c'est que ce n'est pas tant ce qui est dit qui est important que l'émotion qui passe. Et ça c'est dur à retranscrire.
Il y avait le monsieur, avec un seul oeil, la tête cabossée, épileptique et dans une institution depuis l'âge de 6 ans... Il crachait des glaires bien vertes et m'a demandé plusieurs fois de lui jeter ses mouchoirs.
Il y avait le monsieur qui a causé bien longtemps. Un ancien président d'une association colombophile. Il dresse assez bien le portrait de sa vie et j'apprends quelques petits trucs sur les pigeons.
Il y avait une dame, de la semaine dernière, qui a facilement peur de tout et à qui je conseille de s'envoler un jour vers la Guadeloupe. Elle raconte émue que la fille adoptive de sa fille (qui a eu un cancer jeune et à qui on a dû enlever l'utérus) a découvert qu'elle avait un frère.
Il y avait le monsieur avec un caillot dans les poumons qui avait bien du mal à respirer que ça aurait pu en faire souffrir plus d'un.
Il y avait aussi un monsieur que j'ai l'habitude de voir, mais comme il dormait, hein.
Et puis des dames maghrébines qui attendait que le grand-père soit transféré.
Et j'en oublie.
Mais ce qu'il y avait surtout, c'était quoi ?
La magie de l'instant et les sourires.
Et ce me semble, c'est le plus important, non ?
Il y avait aussi les nouveaux dans le service et puis les visages que je reconnais de plus en plus. A la fin de l'année, il faudra que j'amène des chocolats.

lundi 2 novembre 2009

Chroniques Donjons et Dragons 41

Hum.
Té j'ai à nouveau réuni tout le monde.

Ceux sur qui il fallait compter.

Ah la la la...
Je me lève... Comme chaque aube. Je me dirige vers la tour aux reflets d'argent.
Une belle tour. Une grande tour, la plus grande de toutes dans la Cité. Ce matin, au loin, la mer est calme et je ne distingue pas l'écume un peu rosée si particulière aux jours de cendre dans la Cité.
Je caresse le mur de la tour aux reflets d'argent. Je ferme les yeux, je vois les autres endroits où se situe la Tour. Je me focalise sur mon endroit préféré. J'aime cette île, j'aime cette case simple, j'aime ce dépouillement. Juste moi, la nature, le souvenir de l'âme d'un peuple peint sur des rochers, la douceur du vent du nord soufflant sur le plateau d'Ubirr.
Ils n'ont pas l'air d'avoir compris les points d'attache en bas, quels que soient les mondes, quels que soient les 28, quelles que soient les graines qui doivent germer... Ils ne savent pas que la Tour est à la fois Cité et Nexus naturel. Qu'il y a une ligne tracée entre la Cité du temps de l'Homme et la marque du temps du Rêve.
Ils ne savent plus plutôt. Mais c'est normal. Tout est devenu si compliqué depuis que l'un des 28 est devenu l'Ombre, depuis qu'un Oracle est en passe de devenir un 28 et depuis que les voiles se sont déchirés dans la ligne verticale. Avant, c'était simple. 7 échos en vertical et en horizontal. Un par paire d'âmes jumelles, et pour leurs clones aussi.
Là, c'est plus flou, la balance a été perturbée et personne ne m'a remplacé depuis longtemps. hier, j'écrivais une histoire sur le vaisseau parti dans les étoiles ; avant-hier, j'écrivais une histoire sur ceux qui voulaient changer le monde... Mais je dois avouer que ça fait un moment que je n'ai pas écrit une histoire sur ceux qui ont déchiré un des objets sombres, ceux qui se sont sacrifiés avant la fin du cinquième cycle, ceux qui seront là pour la naissance de la ligne verticale.
Je continue et caresse le mur aux reflets ambre. Une belle tour. Je perçois ses deux principaux échos : Ales Stenar sur la côte sud de Skaane en Suède et la deuxième lune de la quatrième planète d'une étoile dont je ne me souviens que de la nomenclature. Je n'aime pas les chiffres. Ils manquent de poésie.
- Bonjour ! Me fait John alors que ma main se raidit sur la pierre froide.
Je n'ai pas sursauté. Nul ne peut me surprendre dans la cité. John me regarde. Il n'a pas l'air surpris par mon apparence. John est souvent surpris, ça je sais, mais pas par moi.
- J'ai apporté mon carnet avec les noms de tous ceux qui ont rencontré les cavaliers.
Il me tend un carnet taché, duquel dépasse morceau de papier collé et bouts d'articles de presse déchirés.
- Je vais encore avoir beaucoup de travail, John.
- Ce n'est pas comme si cela était compliqué, ici... Fait-il en tournant en rond tout en levant la tête.
- Les lunes ne percent pas le ciel de cendre, John.
Il me sourit. Il est déconcertant quand il me sourit. Je lui rends son sourire. Je suis tout aussi déconcertant que lui. Et pour cause.
- Il n'y a pas de mal à souhaiter qu'elles apparaissent. Dit-il alors que le ciel d'un seul coup s'éclaircit et que des rayons lunaires tombent sur lui et moi.
- John...
- Quoi ? Je n'ai pas le droit d'utiliser mon pouvoir ici ? Tu sais bien que c'est le seul endroit où je me sente capable de le faire sans risquer de provoquer un Tsunami qui éveillerait toutes les créatures de l'Inconnu.
- Je sais bien, John. C'est pour ça qu'existe la Cité.
- Tu inscriras bien leurs noms sur ma tour.
- Ce n'est pas encore ta tour, John.
- Tu sais très bien que ça le sera.
Je souris, un peu triste. Être un 28, c'est déjà compliqué. Être John, ça l'est encore plus.
- Tout le monde peut être John. Me glisse-t-il. Tout le monde.
Le cochon. Il est capable de lire dans mes pensées.
- Qui ne serait pas capable de lire dans ses propres pensées, une fois les brumes dissipées ?
- Je ne suis pas que tes pensées, John. Je suis aussi celles de tous les autres.
- Alors, il ne fallait pas prendre mon visage. Il n'y a rien de plus facile pour moi que de te lire lorsque tu es moi.
Il ne rajoute rien. Il ne demande pas pourquoi je prends le plus souvent son visage. Peut-être qu'il sait.
- Qui est dans la Cité en ce moment ? Fait alors John au moment où la lune cesse d'éclairer son visage.
- Ronan.
- Très bien. Je vais boire un coup. Ça fait un moment que je n'ai pas bu de pastis.
- Mais tu n'aimes pas ça, John.
- Ici, j'aime tout.
Je regarde John s'éloigner pour rejoindre la tour aux reflets bleus.
J'ouvre le carnet, page 38 et je lis :

Ceux sur qui ils pouvaient compter.

Cellule Faune, Downtown San Francisco.
Dana Troyle, chef de l'organisation d'observation de l'inconnu sur San Francisco. Formation d'avocate et licence de langues. Efficace, compétente, beaucoup de relations au niveau de la mairie, des flics. Elle a pris contact avec Sarah O'Reily lorsque celle-ci s'est retrouvée toute seule. C'est une amie d'enfance du capitaine Langman. Elle joue au tarot avec Cynthia et Derek Montgomery. Elle n'est pas au courant de la porte et du passage dans la cellule Phénix.
Rousse, cheveux courts, de ma taille, née en 64. C'est jeune pour être chef. Mais c'est ce que disent ses papiers. C'est bizarre parce que Langman, lui, il est de 48.
Dereck Montgomery. Journaliste. Il a rédigé le rapport sur ce qui se passe du côté de Guadalupe. Il est passionné par les chats. Il a cette statue qui mène à la porte du Caire. Les cavaliers finiront bien par le découvrir.
Brun, la voix un peu enrouée, des yeux marrons un peu bizarres qui fixent étrangement. Né en 62.
Harvey Wools. Archiviste. Il n'a pas encore été rencontré. De toutes les manières, depuis sa chaise roulante, il ne va pas souvent sur le terrain. S'il vendait toutes ses cartes de joueur de baseball, je crois qu'il serait plusieurs fois millionnaires. Il a un cousin, Rodney, qui travaille à la maison de la culture. Un cousin qui aura une fille Barbra parce qu'il ne sera pas tué par les coréens que Sarah a tué. Cette fille, elle recevra l'énergie d'un des 28, à Ubirr, lorsque tous se sacrifieront pour "sauver" le monde. Et ça va être comme ça pour plein d'autres personnes que les cavaliers vont sauver ou tuer. Ils tissent la toile et dévident les fils de la destinée. Il n'y a que eux qui puissent changer l'ordre des choses.
Noir, assez ventripotent, yeux très enfoncés, cheveux épars et déjà blancs. Près de 2 mètres quand il n'était pas en chaise roulante. Né en 52.
Nicolaï Spasky. Inspecteur de police. Il n'y a pas grand chose à dire sur Spasky. Le gars semble n'avoir quasiment aucun défaut si ce n'est le jeu. Mais encore... Même là, il sait se tenir. Vu qu'il n'est pas marié et qu'il budgette ses loisirs parfaitement, il n'a jamais eu à accepter de pots de vin comme nombre de ses collègues. Et puis, il a de la chance généralement. Il ne travaille pas tout à fait comme les autres, son travail de flic lui prenant du temps.
Châtain, voix assez clair, yeux clairs aussi. Une bonne tête, un visage doux pour un flic. Né en 61.
John Stark. Infirmier. Il est grand, fort, mais ne sent pas le sable chaud. Lui, il voit pas mal de trucs dans son métier. Il est à l'hôpital. L'hôpital, c'est important. Je sais qu'il a un p'tit problème avec des anti-douleurs mais ce n'est pas comme si je n'avais pas des tas de p'tits problèmes au niveau des médocs moi aussi. Il a étrangement un truc dans le sang qui repousse les vampires. Je ne sais pas ce que c'est. Peut-être que c'est un ange ou un géant.
Grand, baraque, cheveux blonds, yeux clairs. Né en 62. Il est d'origine allemande et certainement scandinave aussi. Il aurait fait un beau guerrier viking en d'autres temps.

Je soupire. Il y a plus de cinquante pages de la sorte dans le carnet. Moi aussi, d'un coup, j'ai envie d'un pastis.
Je range le carnet et me dirige vers le petit estaminet où John et Ronan doivent déjà être en train de s'en jeter un.

dimanche 1 novembre 2009

Le fol qui ne savait pas entretenir

10 heures 44, le 31

C'est juste que je me rends compte que le temps passe depuis que je suis rentré d'Australie. J'ai changé de fournisseur d'accès internet, j'ai repris une routine que je n'aime pas forcément, je suis occupé par mes activités en dehors du travail (théâtre, visiter les malades, forums, jeux de rôle, rédaction des parties de jeux de rôle, faire mes pages du jour ou vidéos quotidiennes, TV shows ou films, un peu facebook) et que bon, ça ne laisse pas de temps, des fois, pour autre chose.
Est-ce que tu es sur Facebook par hasard ?
Je ne pense pas. Je sais qu'internet n'est pas ta tasse première de thé comme on dit en France.
Je voulais juste te dire que si tu désirais des nouvelles plus quotidiennes, j'avais l'habitude de continuer à alimenter de manière régulière mon blog.
En ce qui concerne l'exercice de résumer un peu ce qui m'arrive en ce moment :
- une lassitude vis à vis du froid.
- l'envie de rejouer sur scène au théâtre.
- la rencontre avec de nouveaux joueurs de jeu de rôle, un nouveau club s'étant ouvert sur Bourges.
- l'envie de devenir plus quelqu'un qui soigne que qui aide à apprendre les devoirs.
- l'envie de mieux encore maîtriser mon anglais.
I should practice more and try to write in plain old english language. But, I'm not that fluent. Understanding is relatively easy, specially when you just have to read. Writing is a tricky thing. You have to be very cautious. You have to think in english. Thinking in french brings you to bad grammatical sentences. I'm trying to help youg students at work, but, though, I see how badly I've lost grammatical stuff. I can use them, but I do not know anymore why it should be that way.
Never mind, I've got the same problem in french.
When you're used to speak or read, when you're used to see the wall, it's difficult to narrow the vision to get a catch on the ways the bricks are built.
I'm thinking about our next trip. In my dreams, I would like to make it one week Darwin, one week an another Australian town, two weeks New Caledonia and two weeks California. But still, money and time will be an issue.
The two trips we will have to make are South Pacific and USA again.
So many landscapes or town to see in the US south or east coast, too.
I do really hope you have good time.
All my XXX and OOOs to you and your family.
Tu vois ?
C'est tout de suite moins fluide pour moi en anglais. Et j'aimerais vraiment avoir l'opportunité de passer plusieurs mois dans un pays anglophone pour avoir l'opportunité de le faire.
Une grosse embrassade encore une fois.
Et à plus vite que la dernière fois.

Resident Evil
3 heures 22, le premier.
Là, ce soir, je sors d'une partie one shot de Resident Evil RPG.
4 personnes réunies par la force des choses qui essaient de s'exfiltrer d'une zone mise en quarantaine.

Un scientifique indépendant qui a le choix ou non de rejoindre Umbrella, une grosse corpo d'enculés qui testent des tas de virus, qui dispose d'un statut d'observateur et qui doit ramener (on l'a su à la fin) une souche de virus à son employeur.

Un flic qui doit s'infiltrer au sein de la corpo pharmaceutique.

Un journaliste infiltré chargé de couvrir les évenements et de trouver des preuves incrimant Umbrella.

Un pompier qui essaie juste de sauver des gens et de les sortir de là.
Je jouais le pompier.
Les règles - maison - étaient simple sur une souche plus ou moins warhammer. Ca tournait bien.
Bonne ambiance stress et survie.
Bonne idée du maître de jeu du tour de parole à chacun. Je vais voir si je vais pas appliquer de temps en temps. Tiens.